fbpx
Liu Silin – Celine Liu
  • celine-liu-i
  • I, Celine Liu - 01
  • I, Celine Liu - 02
  • I, Celine Liu - 03
  • I, Celine Liu - 04
  • I, Celine Liu - 05
  • I, Celine Liu - 10
  • I, Celine Liu - 11
  • I, Celine Liu - 12
  • I, Celine Liu - 13

Liu Silin – Celine Liu

par La Maison de Z

47,00

Liu Silin crée à travers elle-même un personnage, Celine Liu, qui traverse l’histoire, la culture, la politique et l’identité, tout en affirmant que Celine Liu n’est en fait personne : Elle peut être n’importe qui, et n’importe qui peut être Celine Liu.

À l’ère de la surcharge d’images, Céline Liu se sert d’elle-même comme d’un médium pour repousser les frontières entre le réel et le fictif, le banal et le rituel, le privé et le public, l’individuel et l’universel, permettant au personnage fictif, de circuler, d’évoluer et d’être « consommé » dans le monde virtuel d’Internet.

Ainsi, dans « I’m everywhere« , l’artiste « falsifie l’histoire » en s’insérant de manière transparente en tant que Céline Liu dans de vieilles photographies de célébrités, en voyageant dans et hors des scènes historiques majeures, ou en discutant et en riant avec elles en privé.

Dans « Appme« , elle crée une série d’autoportraits hybrides de Céline Liu en utilisant une application de selfie, et représente des personnes de diverses décennies et identités du 20e siècle.

Dans la série « Sirène« , elle parcourt les villes et les villages à la recherche de passants qui peuvent synchroniser leurs lèvres et imiter le son des sirènes avec elle. Ces personnes viennent de différentes parties du monde, ont des identités différentes, très connues ou complètement anonymes.

Alors que de nombreux artistes choisissent de mettre l’accent sur l’aspect « art », Liu Silin, elle, détourne au contraire l’attention portée à l' »art », en essayant de dissoudre l' »élitisme » et les limites de l’art lui-même, dans un effort pour combler le fossé entre l’art et le grand public. Comme elle l’a dit lorsqu’elle a travaillé sur la série « Siren« , « Tout le monde devrait avoir le droit de s’exprimer et la conscience de le faire. »

À travers ses images auto-construites, Liu Silin réexamine les récits historiques et les souvenirs culturels, et réfléchit à l’obsession des icônes culturelles et à la valeur de la culture des marchandises dans l’environnement des médias de masse. Dans sa pratique artistique, Liu Silin étudie et réinterprète les conventions sociales traditionnelles du « culte de l’image », conventions qui sont construites et façonnées précisément par l’environnement des médias de masse et notre vie numérique.

UGS : FIS-BOK-143 Catégorie :
000

Éditeur : La Maison de Z
Photographies et textes : Liu Silin/ aka Celine Liu
Design : Zhen Shi, Yinhe Cheng
Parution : octobre 2021
Edition limitée à 500 exemplaires
Multi-set composé d’un livret imprimé en 5 couleurs, d’un flip book et d’un coffret de matériel sonore,
Emballé dans un sac à emporter imprimé en fluorescent Pantone

ISBN : 978-2-9564071-6-4

Informations complémentaires

Poids 0.410 kg
Dimensions 13 × 26 × 3 cm

La Maison de Z

La Maison de Z est une plateforme de livres photo axée sur la photographie contemporaine chinoise et les publications indépendantes. Utilisant l'édition comme moyen de recherche qui explore la relation complexe entre réalités et souvenirs, La Maison de Z a été fondée en 2015 et a commencé à publier ses propres éditions en 2018. La plateforme permet à un public croissant de découvrir les œuvres les plus récentes d'artistes chinois émergents et établis.