fbpx

The(M) éditions

Filtres

Showing all 9 results

Departments

Price Filter

9 products

The(M) éditions
101 rue de Charonne 75011 Paris marie.sepchat@gmail.com
  • Yannig Hedel – Passent les heures blanches
    Yannig Hedel – Passent les heures blanches
    Quickview

    Yannig Hedel – Passent les heures blanches

    "Dès le départ, l'œuvre de Yannig Hedel présente des particularités précoces et singulières. Ses photographies argentiques en noir et blanc des premières décennies sont celles d'un photographe arpenteur de villes, dont la quête tenace ne s'exprime ni dans la photographie de rue ni dans les vues urbaines qui caractérisent par ailleurs les années 80. Ses images prodigieusement silencieuses présentent des formes géométriques extraites de la ville. Chacune porte les effets d'une métamorphose discrète, dont le ressort principal est la perte d'échelle : pignons d'immeubles transmutés en pyramides, cheminées rehaussées à la taille d'un bâtiment, éléments ornementaux des années 30 rappelant les temples mayas. Les nuances de gris sont remarquablement subtiles, soutenues par de vastes aplats qui émanent de ses formes géométriques." Françoise Lonardoni
  • Yoshinori Mizutani – Sakura
    Yoshinori Mizutani – Sakura
    Quickview

    Yoshinori Mizutani – Sakura

    "Les fleurs de cerisier sont si belles que je ne pense pas avoir passé autant de temps temps à regarder quoi que ce soit d'autre Face à un cerisier sakura mes yeux passent d'un pétale à l'autre d'une fleur à l'autre jusqu'à ce que je saisisse l'ensemble du tableau. Dans "SAKURA j'essaie de visualiser le mouvement de mes yeux observateurs et de cristalliser l'expérience visuelle de la méditation et de l'errance sur l'arbre en fleurs. Le résultat les images montrent que la photographie capture non seulement un moment spécifique mais aussi le passage du temps" Yoshinori Mizutani
  • Renato D’Agostin – Harmony of Chaos
    Renato D’Agostin – Harmony of Chaos
    Quickview

    Renato D’Agostin – Harmony of Chaos

    Reconnu pour son style unique, exposé dans le monde entier, figurant dans de prestigieuses collections privées et publiques et faisant l'objet de nombreuses publications à succès, le travail de Renato D'Agostin a occupé au fil des années une place très spéciale dans le monde de la photographie. Avec sa nouvelle série, Harmony of Chaos, l'artiste place la barre encore plus haut, découvrant de nouveaux horizons. Dans Harmony of Chaos, Renato D'Agostin dépeint la vibration et la claustrophobie qu'il a ressenties dans les rues de Shanghai. Loin de dresser un simple portrait de la ville, il tire de cette expérience sensorielle une série qui met en évidence l'ADN des villes postmodernes au sens large. Les photographies mettent l'accent sur l'anonymat généré par les structures urbaines dans un vocabulaire maîtrisé qui joue sans cesse avec les échelles. La série nous donne un aperçu des changements rapides survenus dans ces villes et questionne la place de l'Homme dans ces nouvelles mégalopoles. Theo-Mario Coppola, qui a écrit la préface du livre, décrit parfaitement l'atmosphère de la série : "Abstractions de ciment, soufflées par le vent, noyées dans le brouillard, les façades denses et mouvantes se détachent, sans fondement, sans ciel, comme d'immenses coulisses peintes d'un décor de théâtre. Les acteurs - les passants - vont et viennent dans cette masse fluide où l'on se déplace pour vivre. Leur apparence est furtive. Leurs actions sont constituées de gestes simples, réduits à la chorégraphie du silence et à l'harmonie du chaos".
    450,00
  • Paul Cupido – Mukayu
    Paul Cupido – Mukayu
    Quickview

    Paul Cupido – Mukayu (Livre + Tirage de tête)

    « Une pièce vide sera remplie de lumière de par son vide ». C’est ainsi que le concept de « Mukayu » est défini par le philosophe Chinois Zhuangzi.

    Le travail photographique récent, poétique et très intime de Paul Cupido réalisé au Japon s’inspire de ce concept de « Mukayu », qui fait aussi référence à la « non-existence », aux « choses telles qu’elles sont ».

    Mukayu s'inscrit dans le cadre plus large du concept philosophique de « Mu », source d’inspiration pour Paul Cupido depuis son premier livre d'artiste Searching for Mu. Mu pourrait se traduire par « ne pas avoir » ou encore « lâcher prise ».

    À travers ses images, Paul Cupido explore les thèmes du vide, de la métamorphose, du transitoire, de l’éphémère, en lien avec nos expériences émotionnelles.

    Ses images, véritables poèmes visuels, parfois mélancoliques et surréalistes, interrogent notre rapport au réel et notre capacité à rêver. Son désir de comprendre et d'embrasser la nature imprègne son travail, qui se nourrit de son île natale, Terschelling, et du lien unissant ses habitants à la nature.

    Le système de double-livret permet une multitude d'associations d'images, imprimées sur 4 types de papiers.

    Mukayu est un ouvrage qui offre une expérience émotionnelle, à l'image des oeuvres organiques de l'artiste, qui se ressentent, comme une méditation.

    600,00
  • Margaret Lansink – Borders of Nothingness – On the Mend
    Margaret Lansink – Borders of Nothingness – On the Mend
    Quickview

    Margaret Lansink – Borders of Nothingness – On the Mend

    Dans Borders of Nothingness, la photographe hollandaise Margaret Lansink (née en 1961) explore l’ambiguïté transitionnelle de la décision de sa fille adulte de suspendre tout contact avec elle, en photographiant des paysages et des femmes nues dont la présence éphémère interroge les mêmes tourments : est-ce le moment où tu es partie ? Au fil du temps, Lansink et sa fille ont repris contact pour tenter de ressouder leur relation. Lansink a alors revisité et réinterprété Borders of Nothingness de façon à refléter matériellement leurs efforts émotionnels de guérison. S’inspirant de la méthode japonaise de réparation de la céramique brisée avec des feuilles d’or, elle regroupe ses images, les déchire puis les recolle avec des feuilles d'or pour donner de l'espoir à la possibilité de recréer un lien d’autant plus fort et plus beau qu’il avait une fois été cassé.

    Katherine Oktober Matthews

    270,00
  • Rupture de stock
    Albarrán Cabrera – Pale Blue • 95.00
    Albarrán Cabrera – Pale Blue • 95.00
    Quickview

    Albarrán Cabrera – Pale Blue • 95.00

    Pale Blue · est un hommage à une photographie emblématique et à un personnage emblématique, l’astronome Carl Sagan.

    Cette photographie est celle montrant la planète Terre, prise le 14 février 1990 par la sonde spatiale Voyager 1 à une distance record d’environ 6 milliards de kilomètres, faisant partie du Portrait de famille (ensemble de photographies du système solaire prises ce jour-là).

    Elle est baptisée Un point bleu pâle, d’après le titre d’un livre inspiré par cette photographie, écrit en 1994 par Carl Sagan, car la terre y figure sous la forme d’un minuscule point bleu.

    Le livre Pale Blue · d’Albarrán Cabrera est un voyage symbolique débutant aux origines de la planète Terre.

    Les différentes strates de cette Terre aident l’humanité à mieux comprendre ses propres origines et son évolution, et cette « mémoire » semble vouloir lui signifier que leurs destinées sont indissociables, mais qu’il est de la responsabilité de l’humanité de « préserver et de chérir ce point bleu pâle, la seule maison qu’elle ait jamais connue ».

    Édition limitée à 500 exemplaires numérotés.

    95,00
  • Rupture de stock
    Miho Kajioka – So it goes
    Miho Kajioka – So it goes
    Quickview

    Miho Kajioka – So it goes

    Cette édition est une version révisée et simplifiée de l'ouvrage so it goes, lauréat du Prix Nadar 2019.

    Dans ce livre, Miho Kajioka présente un travail relatif aux concepts de temps, de mémoire et de lieu. Comme dans ses œuvres précédentes, la série révèle des images intuitives de fragments de son quotidien, à différentes époques. C’est en lisant le roman de Kurt Vonnegut, Slaughterhouse-five, que Miho Kajioka s’est véritablement intéressée à ce sujet. Miho Kajioka a longtemps été fascinée par la chronologie et le sens des événements. Selon elle, la photographie capture des moments et les fige ; afficher des impressions, c'est comme jouer avec le sens du temps et se perdre dans cette chronologie.

    55,00
  • Rupture de stock
    Paul Cupido – Mukayu
    Paul Cupido – Mukayu
    Quickview

    Paul Cupido – Mukayu

    « Une pièce vide sera remplie de lumière de par son vide ». C’est ainsi que le concept de « Mukayu » est défini par le philosophe Chinois Zhuangzi.

    Le travail photographique récent, poétique et très intime de Paul Cupido réalisé au Japon s’inspire de ce concept de « Mukayu », qui fait aussi référence à la « non-existence », aux « choses telles qu’elles sont ».

    Mukayu s'inscrit dans le cadre plus large du concept philosophique de « Mu », source d’inspiration pour Paul Cupido depuis son premier livre d'artiste Searching for Mu. Mu pourrait se traduire par « ne pas avoir » ou encore « lâcher prise ».

    À travers ses images, Paul Cupido explore les thèmes du vide, de la métamorphose, du transitoire, de l’éphémère, en lien avec nos expériences émotionnelles.

    Ses images, véritables poèmes visuels, parfois mélancoliques et surréalistes, interrogent notre rapport au réel et notre capacité à rêver. Son désir de comprendre et d'embrasser la nature imprègne son travail, qui se nourrit de son île natale, Terschelling, et du lien unissant ses habitants à la nature.

    Le système de double-livret permet une multitude d'associations d'images, imprimées sur 4 types de papiers.

    Mukayu est un ouvrage qui offre une expérience émotionnelle, à l'image des oeuvres organiques de l'artiste, qui se ressentent, comme une méditation.

    Édition limitée à 540 exemplaires numérotés.

    95,00
  • Casper Faassen - Recollection
    Casper Faassen - Recollection
    Quickview

    Casper Faassen – Recollection

    Je me revois dessinant les athlètes que j’admirais, des couchers de soleil pendant les vacances ou des peintures comme « la Ronde de nuit » de Rembrandt. Depuis ma petite enfance, c’est une façon pour moi d’assimiler les moments de connexion, de comprendre ce qui rend ces impressions précieuses. Et aujourd’hui, en recherchant la ‘vie’ ou le ‘statisme’ dans une nature morte, je sens plus que jamais que j’arrête le temps, en enfermant ces objets qui appartiennent ou ont autrefois appartenu à des collectionneurs, des artistes, des scientifiques ou à des musées. Par leur simple présence, chaque objet apporte sa propre histoire. En m’attardant sur l’époque, l’esprit et la valeur de ces objets, j’ai commencé à intégrer dans mon travail des croyances et des philosophies japonaises telles que l’animisme, le kintsugi ou le mono no aware. Entre mon studio à Leyde et le fait que je travaillais à ma collection et sur le Japon, j’ai inévitablement croisé le chemin du Dr Philipp Franz von Siebold qui avait vécu à Leyde ainsi qu’à Dejima au 19ème siècle. Il avait commencé à collectionner sur la flore et la faune à des fins scientifiques mais rapidement son projet avait pris de l’ampleur et il avait créé son propre centre culturel japonais : La maison Siebold. Et même si je ne possède pas matériellement la plupart des objets de ce livre, ils font maintenant tous partie de ma collection : je m’entoure d’anciens vases Jomon, de rares pots de gingembre de la période Edo ainsi que de plantes de glycine apportées au jardin Hortus Botanicus de Leyde par von Siebold. Je retravaille, ajoute mon language, questionne et admire. Je me souviens.

    Casper Faassen

    70,00

Suivez l'actualité Fisheye