fbpx

Atelier EXB

Filtres

Showing all 20 results

Departments

Price Filter

20 products

Atelier EXB
  • Nouveau
    Paolo Pellegrin - Des oiseaux
    Paolo Pellegrin - Des oiseaux
    Quickview

    Paolo Pellegrin – Des oiseaux

    Membre de l’agence Magnum, Paolo Pellegrin est l’un des grands photoreporters de sa génération. La puissance visuelle de ses images témoigne des bouleversements politiques, économiques ou encore écologiques du monde. Son esprit curieux le mène à poser son objectif sur des sujets parfois plus contemplatifs, où la nature tient une place majeure. Ainsi, lors d’un séjour au Japon, le photographe, parti assister au célèbre sakura zensen ou éclosion des cerisiers, est davantage saisi par la majesté d’une colonie d’aigles. À Kyoto, le temple de Shimogamo, situé dans le delta de la rivière Kamo-Gawa, se dresse au coeur de la forêt Tadasu no Mori, ou « forêt de la vérité ». Ce sanctuaire shinto, datant du VIIe siècle, niche au coeur d’une forêt primaire peuplée d’aigles. Planant au-dessus des visiteurs, surgissant aux détours de feuillages toutes ailes déployées, les aigles virevoltent tout près du photographe. Leur fulgurante vitesse est captée dans des cadrages serrés : les oiseaux semblent surgir du cadre ou en sortir à toute allure. Les chorégraphies se succèdent : en soliste, en duo ou en groupe, ces fascinants rapaces semblent glisser dans l’espace. Se détachant sur des ciels aux noirs et blancs saturés, les aigles de Pellegrin nous fixent, nous défient, nous surprennent. Leur majesté force l’admiration : ils planent, esquissent moult acrobaties. Leurs rémiges se font doigts, leurs ailes deviennent capes. Défiant les lois de la pesanteur, immergés dans les profondeurs des sous-bois, les oiseaux de Pellegrin nous invitent à pénétrer dans un monde mystérieux et fantomatique, où seule règne la présence animale.
    35,00
  • Nouveau
    Terri Weifenbach - Cloud Physics
    Terri Weifenbach - Cloud Physics
    Quickview

    Terri Weifenbach – Cloud Physics

    Quelles perceptions avons-nous de notre environnement, quel est notre rapport au monde sensible ? Comment saisir l’insaisissable en photographie ? Pour cette nouvelle série, Terri Weifenbach s’est intéressée au vivant, à la nature, l’eau, l’air, la lumière, le feu, et interroge l’aptitude de la photographie à capturer l’évanescence de phénomènes naturels et sensibles. En partant de l’étude d’instruments scientifiques qui mesurent avec une grande précision des manifestations météorologiques telles que la formation des nuages, la photographe américaine nous invite à explorer le caractère changeant, métaphorique, de ces événements impalpables avec toute la poésie et finesse qui caractérisent son travail. Une exploration du sensible au contact des éléments Lors d’une résidence sur l’un des sites d’observation scientifique de l’Atmospheric Radiation Measurement Research Facility (ARM), dédié à l’étude des phénomènes atmosphériques, Terri Weifenbach photographie des instruments de mesure – installés sur une vaste plaine en Oklahoma – tels des ready-made. Radiomètre à rayon crépusculaire, célomètre, photomètre solaire ou encore pluviomètre sont saisis comme des sentinelles enregistreuses du changement climatique. Face au protocole photographique de ces outils scientifiques, la photographe américaine déploie un corpus visuel immersif : des marais salants de St. Catherines Island, aux profondes vallées du Montana, des parcs immémoriaux de Nara, au Japon, au Jardin des plantes du Muséum national d’histoire naturelle de Paris, les images de Terri Weifenbach plongent le lecteur dans une nature perçue à travers ses infimes variations de lumière, d’humidité, de touffeur. Les nuages s’épaississent, se teintent de nuances mordorées, le monde végétal bruisse, semble parfois se dérober entre flou et netteté, la présence animale se révèle au creux d’un bois. Le geste photographique se fait perception. Où sommes-nous ? Le lecteur ne le saura qu’à la fin… Un essai de Luce Lebart, sur l’émergence de l’intérêt des artistes de la Renaissance pour les phénomènes météorologiques, jusqu’aux premières études scientifiques sur les nuages parues à l’aube du XIXe siècle, inscrit l’approche photographique de Terri Weifenbach dans la longue quête artistique pour tenter de restituer le sensible du monde.
    45,00
  • Nouveau
    Bruce Gilden - Cherry Blossom
    Bruce Gilden - Cherry Blossom
    Quickview

    Bruce Gilden – Cherry Blossom

    Cet ouvrage rassemble les photographies que Bruce Gilden a réalisées au Japon lors de deux résidences et plusieurs voyages entre 1995 et 1999, présentant à la fois les plus iconiques et une moitié d’inédites. Comme toujours, sur une impulsion de quelques fractions de seconde, le photographe Magnum s’approche au plus près de ses sujets et les prend au vol. À Tokyo et Osaka, il cherche les endroits impénétrables et s’intéresse aux communautés que la société japonaise tente de dissimuler tout particulièrement les yakuzas, gangs de motards, marginaux… Il en résulte une galerie de portraits troublante et fascinante. Vingt ans après Inspiré par l’exposition sur « La nouvelle photographie japonaise » au MoMA en 1974, Bruce Gilden débarque au Japon vingt ans plus tard pour une première résidence à la Villa Médicis hors les murs de six mois suivie d’une deuxième de trois mois en 1998 dans le cadre de la Japan Foundation et de plusieurs voyages jusqu’en 2000. Avec son Leica, il part chaque jour, dès l’aube, explorer un Japon que l’on ne connaît pas, celui des personnes à la marge dans les grandes métropoles nippones notamment dans le dangereux quartier de Sanya où se cotoient les gangsters yakuzas mais aussi les bosozukus, gangs de motards adolescents : « j’ai cru débarquer dans un autre monde, un genre de cour des miracles version japonaise où tous les journaliers, indigents, alcooliques et autres paumés exclus de la société subsistent au jour le jour. Le soir ils allument des braseros pour se réchauffer et le matin de bonne heure ils font la queue dans l’espoir de se faire engager par les yakuzas pour un petit boulot. Je prenais le métro presque tous les jours pour arriver à 5 h 30 du matin, dans le noir, seul, et je faisais confiance à mon instinct pour flairer le danger. » Chaque image est une rencontre puissante, à l’énergie nerveuse, qui créé le tableau d’une scène de rue étrange et singulière. Une première sélection de ces photographies a été publiée dans GO en 2000 et pour ce nouvel ouvrage, vingt après, Bruce Gilden s’est plongé dans ses archives. Avec le recul, il a extrait une trentaine d’images inédites de ces séjours hallucinés à la recherche de personnalités aussi fortes que la sienne. Il retranscrit ainsi sa vision du Japon. En introduction, le photographe nous fait également revivre par le texte ses pérégrinations à travers plusieurs anecdotes et récits.
    45,00
  • Masahisa Fukase – SASUKE
    Masahisa Fukase – SASUKE
    Quickview

    Masahisa Fukase – SASUKE

    Après la monographie sur l’ensemble de son travail, cet ouvrage est consacré à la série emblématique de Masahisa Fukase autour de ses deux chats, Sasuke et Momoe, mêlant photographies iconiques et inédites. En 1977, Fukase tourne son objectif vers son nouveau compagnon : Sasuke. Entouré de félins depuis l’enfance, il décide avec l’arrivée de ce nouveau chaton d’en faire un sujet photographique à part entière, fasciné par cette créature pleine de vie nommée d’après un ninja légendaire. À son grand désarroi, Sasuke disparaît après une dizaine de jours et le photographe placarde une centaine d’affichettes de son chat perdu (celles reprises sur la couverture de l’ouvrage) dans son quartier. Une personne lui ramène son chat mais ce n’est pas Sasuke, peu importe il l’accueille avec tout autant d’affection. Un an plus tard, il prend un second chat, surnommée Momoe, qui entrera dans le cadre elle aussi. Fukase ne se lassera pas de photographier leurs jeux, qui deviendront un véritable terrain d’expérimentation visuel sans limites. Il s’agit bien ici, comme souvent dans son œuvre, d’une forme de projection du photographe dans son sujet. Le chat, compagnon fidèle qui ne le quitte pas, prend la place de sa femme, éternel chagrin d’amour, représenté plus tard par les emblématiques corbeaux fuyants. Ses chats ont fait l’objet de plusieurs livres de son vivant. Tomo Kosuga, directeur des archives Fukase, s’est replongé dans ce corpus d'images afin de concevoir cet ouvrage comme l’aboutissement d’une série de publications dédiées à ses félins.
    45,00
  • Francis Rocard, Alfred S. McEwen – MARS, Une exploration photographique
    Francis Rocard, Alfred S. McEwen – MARS, Une exploration photographique
    Quickview

    Francis Rocard, Alfred S. McEwen – MARS, Une exploration photographique

    Valles Marineris, Olympus, Arcadia Planitia, Elysium Mons, Planum Boreum, Icaria Fossae et Noachis Terra sont autant de régions martiennes survolées par la sonde d’observation de la NASA mise en orbite en 2005, à une distance moyenne de 300 km, pour étudier la surface de la planète. Parmi ces dizaines de milliers de relevés d’une résolution sans précédent, Xavier Barral a extrait une série de près de 200 photographies en conservant une zone large de 6 km pour chaque cliché. Cette sélection offre une vision inédite de Mars qui révèle les contours géologiques et minéralogiques de cette planète mythique. Un paysage insoupçonnable qui se dessine depuis plus de trois milliards d’années. Ces images s’ouvrent à de multiples interprétations et elles nous renvoient ainsi à nous-même. Pour poursuivre cette exploration photographique, dessinée par Xavier Barral et Sébastien Girard, des textes de l'astrophysicien Francis Rocard et du professeur de science planétaire Alfred McEwen, des légendes détaillées du planétologue et géophysicien Nicolas Mangold ainsi qu'un planisphère de Mars nous offrent des clefs d'interprétation et replacent ces images énigmatiques dans leur contexte.
    79,00
  • Hiroshi Sugimoto – Seascapes
    Hiroshi Sugimoto – Seascapes
    Quickview

    Hiroshi Sugimoto – Seascapes

    Seascapes rassemble pour la première fois l’ensemble de la série avec un grand nombre de photographies inédites. Depuis plus de trente ans, Sugimoto parcourt le monde en photographiant les mers. Du clair à l’obscur, les paysages marins débordent du cadre, la surface de l’eau passe d’une mer d’huile à quelques discrets remous, du mat à l’irisé. Présentés parfois sous la forme de triptyques, nous observons la ligne d’horizon se dissoudre peu à peu créant de véritables tableaux abstraits où la mer et le ciel se fondent en une seule entité. Un texte inédit de Munesuke Mita, professeur de sociologie à l’Université de Tokyo, accompagne ce voyage et nous éclaire sur la démarche de Sugimoto en examinant l’art contemporain à l’aune de l’histoire et de la sociologie.
    60,00
  • Eugène Atget – Voir Paris
    Eugène Atget – Voir Paris
    Quickview

    Eugène Atget – Voir Paris

    Photographe le plus célèbre du vieux Paris, Eugène Atget (1857-1927) a parcouru inlassablement la capitale avec sa chambre à soufflet chargée de plaques de verre à partir de 1897, et ce pendant trente ans, en saisissant la topographie d’une ville qui change. Fruit d’un travail de recherche de deux ans, effectué conjointement par Anne de Mondenard et Agnès Sire, cet ouvrage rassemble une sélection de 146 photographies parmi les 9 164 tirages qui constituent le fonds Atget du musée Carnavalet. Conçu comme une promenade onirique et esthétique, Voir Paris nous fait voyager dans le temps à travers les étalages, cours d’immeuble, intérieurs cossus, ruelles, cafés, chiffonniers de la zone, jardins urbains, quais de la Seine… Privilégiant les lumières du petit matin, sa maîtrise absolue du cadrage, son attention aux lignes des bâtiments, aux détails inattendus, aux choses abandonnées élaborent un univers singulier. Chez Atget, la photographie est réduite à elle-même, elle n’a aucun apprêt. Par son regard, par sa vision qui mêle imaginaire et réel, Eugène Atget a inventé la photographie moderne. Les photographies, imprimées en quadrichromie, conservent leurs bords originaux dans l’ouvrage. Elles témoignent ainsi de la matérialité et de la tonalité des tirages originaux ce qui est sans précédent dans la publication de l’œuvre d’Atget.
    42,00
  • Terri Weifenbach – Des oiseaux
    Terri Weifenbach – Des oiseaux
    Quickview

    Terri Weifenbach – Des oiseaux

    Réalisées dans l'espace de son jardin personnel à Washington DC, les photographies de Terri Weifenbach révèlent le monde secret de la nature peuplé d'oiseaux qui nichent dans les jardins urbains. Oscillant entre fantaisie et réalité, ses images semblent être prises en cachette lorsque les oiseaux font la course à toute vitesse, dansent, ou s'installent, se figent et se rassemblent dans les parlements. Les saisons se succèdent, les couleurs du jardin varient. La lumière et les couleurs saturées, les jeux de détails flous et cristallins, les arrêts sur image dépeignent une "supra-réalité". Terri Weifenbach nous immerge dans l'infiniment petit, nous transportant dans un monde particulièrement vivant et merveilleux. Cette publication fait partie de la collection Des oiseaux qui célèbre, à travers la vision de différents artistes, leur immense présence dans un monde où ils sont désormais vulnérables. En accompagnement de ces photographies, l'ornithologue Guilhem Lesaffre rédige un essai spécial. Pour ce titre, il apporte un éclairage sur l'adaptation des oiseaux en milieu urbain.
    35,00
  • Bernard Plossu – Des oiseaux
    Bernard Plossu – Des oiseaux
    Quickview

    Bernard Plossu – Des oiseaux

    Voyageur-migrateur, comme il se nomme lui-même, Bernard Plossu arpente le monde depuis des années, saisissant à travers son objectif des instants furtifs où les oiseaux sont pris en plein vol formant d’immenses nuées, se tenant seuls au milieu d’une étendue d’eau, en équilibre sur des fils électriques ou encore planant de façon solitaire parmi les cimes. Le vol fascine le photographe, de l’ivresse de la vitesse des hirondelles à l’immobilité hypnotique des grands rapaces se laissant porter par le vent en altitude. Il donne à voir des fragments du monde, un monde où les oiseaux réinvestissent notre espace. L’essai de l’ornithologue Guilhem Lesaffre évoque un aspect fondamental de la vie des oiseaux : la migration, mise en lumière ici avec les photographies de Bernard Plossu. Cet ouvrage avec celui de Pentti Sammallahti inaugurent la collection Des oiseaux célébrant, à travers le regard de différents artistes, leur immense présence dans un monde où il sont aujourd’hui fragilisés.
    35,00
  • Pentti Sammallahti – Des oiseaux
    Pentti Sammallahti – Des oiseaux
    Quickview

    Pentti Sammallahti – Des oiseaux

    Photographe voyageur, Pentti Sammallahti saisit au fil de ses pérégrinations les mystères de la nature et parmi eux, le monde des oiseaux. Bords de mer, étangs, parcs, plaines infinies, frondaisons de forêts, paysages enneigés… Dans ces espaces isolés à travers le monde, les oiseaux révèlent avec malice et poésie leur présence. Tels des contes visuels, ses photographies en N&B témoignent d’une attention particulière accordée aux détails, à la lumière qui modèle les espaces, aux étendues silencieuses dans lesquelles surgit soudain une présence humaine ou animale. L’expérience de l’image est double : au-delà de sa virtuosité narrative, son usage de la bichromie, avec des blancs immaculés, tel le plumage de ses cygnes ou de ses flamands roses, confrontés à des noirs profonds, crée un jeu sur les textures et restitue avec force un monde où les oiseaux tiennent une place singulière. Cet ouvrage constitue l’un des deux premiers titres de la collection Des oiseaux qui célèbre, à travers le regard de différents artistes, leur immense présence dans un monde où ils sont aujourd’hui fragilisés. Pour accompagner cet ensemble de photographies, l’ornithologue Guilhem Lesaffre met en lumière la relation aux saisons qui est un aspect fondamental de la vie des oiseaux. Là où il existe, l’hiver est une contrainte importante avec laquelle les oiseaux doivent composer et qui induit notamment des stratégies de recherche de nourriture et d’économie d’énergie, ou encore le grégarisme. L’auteur associe ici la vie des oiseaux en hiver avec les images de Pentti Sammallahti.
    35,00
  • Yoshinori Mizutani – Des oiseaux
    Yoshinori Mizutani – Des oiseaux
    Quickview

    Yoshinori Mizutani – Des oiseaux

    Figure de la jeune photographie japonaise, Yoshinori Mizutani revisite l’espace urbain de sa ville, Tokyo. Profondément imprégné de la tradition picturale japonaise, le photographe explore la vie quotidienne tokyoïte et capture des scènes aux confins du fantastique. Ses cadrages et ses couleurs acidulées confèrent à ses images une certaine étrangeté. Formes, textures, nuances colorées, profondeur de champ élaborent un vocabulaire visuel à la fois poétique et pop. Visions de rêve ou de cauchemars, les oiseaux de Yoshinori Mizutani saturent par leur présence le monde de la ville et lui restitue son mystère. Cet ouvrage fait partie de la collection Des oiseaux qui célèbre, à travers le regard de différents artistes, leur immense présence dans un monde où ils sont aujourd’hui fragilisés. L’ornithologue Guilhem Lesaffre propose un essai inédit pour accompagner chaque ensemble de photographies. Pour celles de Yoshinori Mizutani, il met en lumière le comportement grégaire des oiseaux. Cet ouvrage fait partie de la collection Des oiseaux qui célèbre, à travers le regard de différents artistes, leur immense présence dans un monde où ils sont aujourd’hui fragilisés. L’ornithologue Guilhem Lesaffre propose un essai inédit pour accompagner chaque ensemble de photographies. Les autre titres de la collection incluent : Michael Kenna, Yoshinori Mizutani, Bernard Plossu, Pentti Sammallahti et Terri Weifenbach.
    35,00
  • Byung-Hun Min – Des oiseaux
    Byung-Hun Min – Des oiseaux
    Quickview

    Byung-Hun Min – Des oiseaux

    Rendre visible le silence et la simplicité de la nature, la sensation du temps qui passe. Les photographies du Coréen Byung-Hun Min, réalisées à travers le monde entre 1998 et 2020, ont l’évanescence d’un dessin au crayon : peu contrastées, jouant de tonalités soyeuses, elles semblent montrer un instant fugace entre clarté et dissolution. Les oiseaux de Min habitent un espace impalpable. Ils semblent enveloppés dans un voile blanc, dans une lumière argentée. La quasi monochromie de l’image, l’uniformité des tons oscillant entre blancs et gris, l’absence de perspectives et de contrastes, la simplicité de la construction et le minimalisme des formes restituent un réel devenu fantastique. Le long travail lors du tirage du négatif permet au photographe de rendre non seulement ce qu’il a vu mais aussi perçu. Les oiseaux de Min invitent à la contemplation. Cet ouvrage fait partie de la collection Des oiseaux qui célèbre, à travers le regard de différents artistes, leur immense présence dans un monde où ils sont aujourd’hui fragilisés. L’ornithologue Guilhem Lesaffre propose un essai inédit pour accompagner chaque ensemble de photographies. Pour cet ouvrage, il s’intéresse à la relation qui lie l’homme à l’oiseau depuis les premières représentations de la préhistoire à la domestication de certaines espèces, à l’oiseau comme instrument de chasse jusqu’à la pure observation de cet inépuisable sujet d’étude et d’émerveillement. Cet ouvrage fait partie de la collection Des oiseaux qui célèbre, à travers le regard de différents artistes, leur immense présence dans un monde où ils sont aujourd’hui fragilisés. L’ornithologue Guilhem Lesaffre propose un essai inédit pour accompagner chaque ensemble de photographies. Les autre titres de la collection incluent : Michael Kenna, Yoshinori Mizutani, Bernard Plossu, Pentti Sammallahti et Terri Weifenbach.
    35,00
  • Michael Kenna – Des oiseaux
    Michael Kenna – Des oiseaux
    Quickview

    Michael Kenna – Des oiseaux

    Maître de la photographie de paysage en noir et blanc, Michael Kenna donne à voir un monde presque évanescent qu’il nous invite à contempler. « Dans tout mon travail, il y a un thème sous-jacent qui est celui de la mémoire, du temps, du changement, des atmosphères qui semblent liées aux lieux. » Les oiseaux planent, dessinent des figures aériennes dans des ciels moutonneux, patientent sagement sur des branches… Vols suspendus, moments arrêtés : le temps se fige, se fait immuable. Dégradés de gris, tons au léger virage sépia et profondeur de champ insufflent aux photographies de Michael Kenna une certaine mélancolie. Le monde est silence. Cet ouvrage fait partie de la collection Des oiseaux qui célèbre, à travers le regard de différents artistes, leur immense présence dans un monde où ils sont aujourd’hui fragilisés. L’ornithologue Guilhem Lesaffre propose un essai inédit pour accompagner chaque ensemble de photographies. Les autre titres de la collection incluent : Michael Kenna, Yoshinori Mizutani, Bernard Plossu, Pentti Sammallahti et Terri Weifenbach.
    35,00
  • Graciela Iturbide – Des oiseaux
    Graciela Iturbide – Des oiseaux
    Quickview

    Graciela Iturbide – Des oiseaux

    Figure de la photographie latino-américaine, Graciela Iturbide crée des images qui oscillent entre approche documentaire et lyrisme. Cadrages décentrés, effets graphiques et puissance des ombres élaborent un univers poétique où le sentiment d’étrangeté se mêle à celui d’une réalité crue. L’équilibre puissant de ses compositions donne à voir des ciels saturés d’oiseaux, des situations cocasses et inattendues où des poulets attendent sagement sur des étals de marché, où des pigeons se disputent avec des singes, ailleurs se sont des nuées mouvantes qui ressemblent à de véritables organismes vivants aux mouvements souples et fluides. Pour Iturbide, les oiseaux vivants représentent la liberté. Mais la mort n’est jamais loin et un certain esprit surréaliste non plus. De l’Inde au Mexique, des fronts de mer aux terrasses urbaines, mouettes, aigles, pigeons, hérons, corbeaux envahissent l’espace des hommes ou s’y glissent de manière inopinée et solitaire. Les oiseaux de Graciela Iturbide suscitent à la fois attraction et répulsion : leur fragilité mais parfois aussi leur puissance. Cet ouvrage fait partie de la collection Des oiseaux qui célèbre, à travers le regard de différents artistes, leur immense présence dans un monde où ils sont aujourd’hui fragilisés. L’ornithologue Guilhem Lesaffre propose un essai inédit pour accompagner chaque ensemble de photographies. Les autre titres de la collection incluent : Michael Kenna, Yoshinori Mizutani, Bernard Plossu, Pentti Sammallahti et Terri Weifenbach.
    35,00
  • Rupture de stock
    Raymond Depardon – La chambre
    Raymond Depardon – La chambre
    Quickview

    Raymond Depardon – La Chambre

    Édition signée et numérotée de 1 à 500 Dans l'ouvrage La Chambre, signé et numéroté à 500 exemplaires, Raymond Depardon nous invite à un voyage dans la ferme familiale du Garet, où il a grandi, à travers une sélection d'images emblématiques prises en couleur, à la chambre photographique. Ce grand format de négatif, à la pose longue, transforme chaque image en tableau, un passage silencieux dans et autour de cette ferme qui a marqué le destin familial. Les moindres petits détails, anodins en apparence, deviennent un sujet photographique. Une chaise, une table, un motif de papier peint, chaque élément est un fragment de la mémoire du photographe qui nous transporte par ses souvenirs dans une tension permanente entre passé et présent. L’ouvrage questionne ce rapport au temps et le concept universel de la mémoire, tous deux mis en avant dans un texte du philosophe Jacques Rancière, écrit spécialement pour le livre. La Chambre se présente comme un livre d’artiste à la fabrication soignée et à la forme étonnante. Chaque photographie est collée à la main uniquement sur le bord supérieur du papier et positionnée dans une cuvette marquée à sec identique au format du négatif original. Les images sont donc reproduites à l’échelle 1 et apparaissent tel un tirage collé dans un album.
    120,00
  • Harry Gruyaert - India
    Harry Gruyaert - India
    Quickview

    Harry Gruyaert – India

    L'Inde est déconcertante, elle vous déstabilise et vous fait perdre vos repères. Elle vous stimule intellectuellement. Il y a là une énergie qui naît d’une impression de constant chaos : les gens, les villes, le grouillement de la foule. Ce qui m’a immédiatement intéressé, c’est la multiplicité des éléments avec lesquels on peut composer et cette orgie de couleurs qu’il faut essayer de contrôler pour ne pas tomber dans la facilité. - Harry Gruyaert À travers une dizaine de voyages sur plus de 40 ans, Harry Gruyaert a parcouru inlassablement la péninsule indienne et nous livre dans cet ouvrage un témoignage de ce pays en tension où coexistent en permanence tradition et modernité, effervescence et tranquillité. De multiples détails, différentes strates, s’enchevêtrent dans ces photographies, pour la plupart inédites, qui oscillent entre puissance chromatique et une palette quasi monochrome. L’air est saturé de couleurs, de lumière, de bruits, parfois de silence aussi. En restituant l’expérience multi-sensorielle qu’il a perçue au fil des ans face aux mystères de ce pays, le photographe belge dresse un tableau contrasté à rebours de tout exotisme. Harry Gruyaert raconte, en introduction, sa découverte et fascination pour l’Inde. Tandis que différents extraits du Dictionnaire amoureux de l’Inde de Jean-Claude Carrière viennent ponctuer cette exploration visuelle de la péninsule indienne.
    45,00
  • Rupture de stock
    Albarrán Cabrera - Des oiseaux
    Albarrán Cabrera - Des oiseaux
    Quickview

    Albarrán Cabrera – Des oiseaux

    L’univers poétique du duo de photographes espagnols Albarrán Cabrera est ici présenté au fil d’un voyage onirique au pays des oiseaux. Entre réalité et illusion, l’image interroge notre rapport au monde tangible et se fait vibration sensible au fil des différentes nuances chromatiques et procédés photographiques : tirage platine, au palladium, cyanotype, gélatine argentique, impression pigmentée… Chaque image est comme une histoire arrêtée. Les oiseaux semblent tout droit sortis de contes fantastiques ; ils prennent leur envol sur des surfaces miroitantes, se dispersent parmi de sombres frondaisons tandis que certains cadrages serrés soulignent leur présence physique. Les oiseaux deviennent presque abstraits représentés parfois par des points ou des ombres. Albarrán Cabrera laissent l’interprétation de leurs images à la mémoire du spectateur pour laisser voler notre imagination. Cet ouvrage fait partie de la collection Des oiseaux qui célèbre, à travers le regard de différents artistes, leur immense présence dans un monde où ils sont aujourd’hui fragilisés. L’ornithologue Guilhem Lesaffre propose un essai inédit pour accompagner chaque ensemble de photographies. Pour cet ouvrage, il s’intéresse aux différents habitats des oiseaux et leur capacité d’adaptation à leur environnement qu’il soit céleste, marin ou dans les hauteurs.
    35,00
  • Leila Jeffreys - Des oiseaux
    Leila Jeffreys - Des oiseaux
    Quickview

    Leila Jeffreys – Des oiseaux

    Leila Jeffreys nous invite dans cet ouvrage à un voyage dans les forêts et jungles tropicales à travers le monde à la rencontre d'étonnantes espèces d'oiseaux qu'elle photographie depuis 2008 : « J’ai toujours remarqué que beaucoup d’oiseaux avaient des expressions particulières. Pour les capter, il m’a fallu trouver comment les photographier de manière à faire surgir leur caractère propre. Ma façon préférée de les photographier est d’installer un studio de portrait dans un endroit qui leur est familier. Je leur parle pendant que je travaille afin qu’ils interagissent avec moi. ». Cultivant cet art de l’attente, Leila Jeffreys nous livre une galerie de portraits à la fois fantaisistes et hyperréalistes peuplée de cacatoès, perruches sauvages, diamants à cinq couleurs et autres espèces exotiques aux couleurs bigarrées. Tour à tour, gracieux, espiègles, farouches, fiers, timides, poseurs : chaque oiseau photographié laisse transparaître sa personnalité et semble vouloir dialoguer avec le regardeur. Sa pratique souligne l’anthropomorphisme partagé entre l’homme et l’animal. Cet ouvrage fait partie de la collection Des oiseaux qui célèbre, à travers le regard de différents artistes, leur immense présence dans un monde où ils sont aujourd’hui fragilisés. L’ornithologue Guilhem Lesaffre propose un essai inédit pour accompagner chaque ensemble de photographies.
    35,00
  • Rupture de stock
    Josef Koudelka - Ruines
    Josef Koudelka - Ruines
    Quickview

    Josef Koudelka – Ruines

    À travers près de 200 photographies, cet important ouvrage retrace l’ensemble du travail de Josef Koudelka réalisé sur les sites antiques du pourtour méditerranéen. Fruit de 28 ans de pérégrinations en parcourant 20 pays, Koudelka a photographié selon un même format panoramique 200 sites archéologiques. Pour certains, il y est revenu plusieurs fois, parfois même dix fois, sur différentes périodes, à la recherche de la « meilleure image ». Au-delà d’une vision romantique et pittoresque de ces sites, les cadrages étonnants de Josef Koudelka, souvent à fleur de sol en plongée ou contre-plongée, et ses noirs et blancs aux puissants contrastes nous font redécouvrir certains lieux mythiques comme Delphes et Pompéi. Parmi les photographies de Koudelka, certaines donnent à voir des sites désormais disparus ou mutilés suite aux récents conflits dans le monde arabe, tels Palmyre ou Bosra. Ce corpus exceptionnel révèle l’homogénéité d’un empire, dirigé depuis Rome, durant des siècles, la fascination que nous avons pour les ruines et pour une civilisation fondatrice de la nôtre. Pour accompagner ces photographies, l’helléniste Alain Schnapp a puisé dans la littérature antique et celle des écrivains voyageurs des citations anciennes et modernes qui jettent un autre regard sur l’Antiquité et ses ruines, et mettent en perspective notre vision du passé. Plusieurs textes mettent également en lumière ce travail : Héloïse Conésa examine l’approche singulière du photographe et la recontextualise dans l’histoire de l’art, Bernard Latarjet raconte l’intérêt de Koudelka pour le format panoramique et sa fascination pour les ruines tandis qu’Alain Schnapp retrace l’histoire des ruines et ce qu’elles ont représentées pour les sociétés à travers les siècles.
    55,00
  • Sergio Larrain - Londres 1959
    Sergio Larrain - Londres 1959
    Quickview

    Sergio Larrain – Londres 1959

    Cet ouvrage réunit les photographies de Sergio Larrain réalisées pendant son séjour londonien durant l'hiver 1958-1959 dont près de la moitié inédites – non publiées dans la première édition parue aux éditions Hazan en 1998. Une sélection élargie par l'auteur lui-même. À Londres, le photographe chilien constitue sa première série d'importance pendant les quatre mois de sa résidence grâce à une bourse du British Council. Curieusement, ces photographies prises sur le mode de la flânerie, ont été peu reproduites dans la presse. Un essai de Roberto Bolaño, écrit spécialement pour ces images en 1998.
    39,00

Suivez l'actualité Fisheye