fbpx

Fisheye Magazine

Filtres

Affichage de 61–75 sur 75 résultats

Departments

Price Filter

61-75 of 75 products

  • Fisheye Magazine #20
    Fisheye Magazine #20
    Quickview

    Fisheye Magazine #20

    Photographie documentaire : En avant les histoires

    Ce 20e numéro de Fisheye vous propose un dossier sur la photographie documentaire, un genre qui s’intercale entre photojournalisme et fine art, avec une histoire et des écritures en mouvement. Une appellation aujourd’hui très présente, que l’on retrouve à l’affiche de festivals et de galeries. Fisheye tente de faire la lumière sur ce pan de la photographie en donnant la parole à des auteurs, des critiques et des curateurs, et en allant voir ce qui se trame sur les réseaux sociaux. Cette 20e édition vous entraînera aussi dans un panorama de la Belgique photographique, pour un focus sur ce petit pays aux grands talents. Vous irez également en Suisse jeter un œil du côté du festival Images Vevey, avant de vous rendre à Hong Kong à la découverte des images de la nouvelle génération présentées aux Photaumnales, et de faire un détour par la Chine pour une relecture de la Révolution culturelle. Enfin, vous pourrez replonger dans le Paris underground des années 1980, faire un crochet par les quartiers de la région parisienne à la rencontre des nouveaux entrepreneurs, ou vous laisser éblouir par L’Indifférence des étoiles, le portfolio découverte de Julien Mauve. Ce numéro de rentrée marque aussi l’ouverture de la Fisheye Gallery. Un espace dédié aux auteurs contemporains porteurs d’un univers personnel fort. Le très bon accueil que vous nous avez réservé à Arles cet été, avec des milliers de visiteurs et plusieurs dizaines de tirages vendus, nous pousse à continuer cette expérimentation qui vient compléter notre magazine. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous suivre sur les réseaux sociaux, sur notre site, en kiosque ou par abonnement, et nous espérons que cet engouement se matérialisera aussi à la Fisheye Gallery de Paris qui ouvrira ses portes le 29 septembre.
    4,90
  • Fisheye Magazine #19
    Fisheye Magazine #19
    Quickview

    Fisheye Magazine #19

    Spécial Rencontres d'Arles

    Pour les trois ans du magazine, l’équipe de Fisheye a décidé de la jouer arlésienne. Pas dans l’idée de vous faire faux bond, bien au contraire. Les Rencontres d’Arles sont chaque année un rendez-vous privilégié pour observer les tendances de la photographie contemporaine, ce qui est aussi une de nos ambitions. On vous a donc concocté un dossier sur ces Rencontres particulières pour vous guider dans une sélection d’expositions sérieuses, rafraîchissantes, colorées, déroutantes ou mystérieuses. Vous pourrez vous plonger dans l’univers des monstres et des extraterrestres, faire un détour par une Afrique pop, vous balader dans l’histoire de la street photography, vous payer une séance de western camarguais, vous interroger sur les nouvelles approches documentaires, succomber au charme des photos vernaculaires, ou découvrir des photographes émergents. Vous retrouverez aussi vos rubriques pour décrypter le monde qui nous entoure, des élections américaines aux questions du harcèlement, en passant par les nouvelles images d’actualité, les courses de drones, les photos de sport ou de musique, sans oublier les portfolios qui donnent la priorité aux images d’auteur. Arles est aussi (d’abord ?) un rendez-vous festif, avec ses projections, ses animations, et ses rencontres, évidemment… L’occasion de se retrouver au sein de notre Fisheye Gallery qui prend ses quartiers d’été au Magasin de jouets du 4 juillet au 15 septembre, dans l’ancienne cité romaine convertie depuis bientôt un demi-siècle à la photographie.
    4,90
  • Fisheye Magazine #18
    Fisheye Magazine #18
    Quickview

    Fisheye Magazine #18

    La slow photo donne le tempo

    Le temps demeure, dans sa complexité, l’acteur central de la photographie. Il impacte directement la lumière, l’exposition et le rendu final. Dans ce nouveau numéro, nous avons voulu interroger les pratiques de la slow photography, un mouvement aux contours mal définis né en opposition à l’instantanéité, la fulgurance, le partage immédiat et l’ubiquité totale. Des pratiques qui mettent en avant l’expérience photographique, la matérialité des supports et s’attachent à enregistrer des durées plus que des instants. Avec des photographes privilégiant la photo argentique, la chambre grand format, le sténopé, le Polaroid ou les procédés anciens comme l’ambrotype ou les tirages Fresson. À l’aube de ses trois ans, Fisheye grandit vite et, comme nous vous l’annoncions, nous inaugurons la Fisheye Gallery en juin, dans le 10e arrondissement de Paris. Un espace pour présenter des regards, des auteurs, des gens en qui l’on croit depuis longtemps. Une nouvelle aventure qui prolongera la mise en avant des photographes de l’édition papier, de notre site Internet et des réseaux sociaux. Nous vous préparons de nouvelles surprises pour le numéro d’été qui sera résolument placé sous le signe des Rencontres…
    4,90
  • Fisheye Magazine #17
    Fisheye Magazine #17
    Quickview

    Fisheye Magazine #17

    Les photos de famille nous racontent des histoires

    Les photos de famille occupent une place singulière parmi les images qui nous entourent. Elles explorent la question de l’intime, de la représentation du bonheur, du rapport à nos proches, des traces qu’on nous laisse et de celles que l’on veut transmettre. Elles sont comme des concentrés d’émotion qui nous font osciller entre joie et mélancolie. Des généalogistes aux collectionneurs, elles s’invitent dans nos vies au-delà des albums traditionnels. Photographes, cinéastes, écrivains, gens de théâtre… les artistes ne sont pas en reste pour interroger ces images de notre intimité et développer les histoires qu’elles recèlent. Si les photos de famille et leurs usages ont évolué avec les mutations de la société, leur relation au document s’estompe au profit de fictions qui explorent nos réalités. Comme le démontre la quinzaine de photographes qui nous livrent leurs histoires, entre réalités et fictions, de Vik Muniz à Carolle Benitah, en passant par Alain Keler ou Louise Narbo. Ce numéro vous entraînera de l’autre côté de l’Atlantique pour découvrir la nouvelle scène new-yorkaise, et fera un crochet par le centre Pompidou qui met à l’honneur la photographie des années 1980. Vous pourrez aussi découvrir différents travaux : celui du duo Epectase qui interroge le politique via sa résidence à Corbeil-Essonnes, dans le cadre de L’Œil urbain ; la nouvelle série de Shane Lynam sur les stations balnéaires construites dans les années 1960 entre Montpellier et Perpignan, présentée au festival Circulation(s) ; sans oublier un portfolio d’Amaury da Cunha, photographe, critique et écrivain, qui nous éclaire sur son travail en répondant aux questions de son ancien professeur, Arnaud Claass.
    4,90
  • Fisheye Magazine #16
    Fisheye Magazine #16
    Quickview

    Fisheye Magazine #16

    L'image automatisée, les auteurs s'emparent des machines

    Les images qui sont réalisées sans aucune intention humaine se développent et prolifèrent autour de nous. Photomatons, caméras de surveillance, satellites, drones… Si ces images pouvaient laisser croire de prime abord à la disparition des auteurs, ceux-ci retournent le paradoxe en se servant d’elles comme matériau pour retrouver leur autorité. Le développement des techniques est toujours un révélateur des préoccupations d’une société et de son inconscient technologique, et ces nouvelles photographies nous racontent quelque chose de notre époque. Nous posons donc la question de ces images sans auteur. Qu’apportent-elles ? Que racontent-elles ? Quels sont leurs usages ? Comment les artistes en reprennent-ils possession ? Le sujet est vaste et touche aux frontières de la liberté. Avec cette masse de photos, la réflexion se pose désormais sur leur analyse et leur exploitation dans cet ensemble « merveilleux » qu’est le Big Data. Chaque image automatisée contribue à un système pour le moins discutable, et que pourtant personne ne réfute. En tant que magazine de société sur l’image, nous nous devions d’ouvrir le débat. Dans ce numéro, vous trouverez aussi un reportage sur la photothérapie, une enquête sur la photographie en Chine, un portrait d’Eileen Gittins, la fondatrice de Blurb, et bien sûr des portfolios comme celui de Géraldine Millo sur les jeunes en formation, ou encore celui d’Estelle Hanania qui met en scène de drôles de personnages conjurant les mauvais esprits de l’hiver. Avec aussi le regard de David Burnett sur le sport, et bien d’autres choses encore…
    4,90
  • Fisheye Magazine #15
    Fisheye Magazine #15
    Quickview

    Fisheye Magazine #15

    Collections : portes ouvertes

    Évidemment, cela devait bien nous arriver. Plus de deux ans à s’interroger sur la photo, il fallait forcément que l’on tombe sur le sujet de la collection. Pour choisir nos dossiers, nous mettons tous les thèmes qui nous passent par la tête sur des petits bouts de papier dans un bocal, on mélange et on demande au plus jeune de tirer au sort. On cherchait bien à l’éviter, la collection, mais là, on n’a pas eu le choix, il ne restait plus que celui-là. Il a fallu s’y coller. On a commencé par ceux qu’on aime bien, les auteurs, ces photographes qui ont des choses à exprimer à travers leurs images. Ils ont souvent une place de choix dans les collections privées ou publiques, comme celles de la Maison européenne de la photographie ou du Fonds national d’art contemporain qui nous ont ouvert grand leurs portes. Et puis, nous nous sommes frottés aux collectionneurs avant de nous attaquer au ressort psychologique de la chose. Mais la vraie problématique de la collection est celle du sens. Quelle signification donnons-nous à une collection, en tant que propriétaire ou spectateur ? Est-ce un acte artistique ou mercantile de collectionner ? Finalement, elle n’était pas si mal, cette thématique. Même très chouette, en fait. Mais on va devoir remettre des papiers dans le bocal. Dans ce numéro automnal, nous avons essayé de sortir des petites pépites, comme le travail incroyable (si, si, vraiment) de Stephan Vanfleteren sur Charleroi ou les reportages au long cours d’Olivier Jobard et de Samuel Gratacap sur les phénomènes migratoires commencés depuis de nombreuses années. Nous avons aussi prévu des papiers de fond, comme celui sur la photographie arabe, et des portfolios très poétiques tels celui de Juliette-Andrea Elie ou celui de la Sud-Coréenne Mi-Yeon.
    4,90
  • Fisheye Magazine #14
    Fisheye Magazine #14
    Quickview

    Fisheye Magazine #14

    Les photographes se la jouent collectif

    Pour ce numéro de rentrée, nous nous sommes interrogés sur le travail collaboratif dans la photo. Face au mythe du photographe en loup solitaire, il fallait mettre en lumière les initiatives de plus en plus nombreuses qui voient les œuvres s’élaborer au sein d’une réflexion mutuelle où chacun s’enrichit plus qu’il ne se vampirise. Notre dossier montre la multitude des points de vue et la capacité à faire passer les ego derrière la réalisation commune. Fisheye a mené l’enquête en France et à l’étranger en interrogeant des photographes qui nous racontent leur parcours. Et en découvrant des expériences qui, comme autant de laboratoires, cherchent des solutions pour continuer à inventer ce que la photographie permet d’explorer. Embarquement pour le Cambodge, le Nigeria, le Royaume-Uni, la République du Congo, la Pologne, le Canada, l’Angola, l’Argentine, sans oublier la France, pour une virée chez des photographes qui ont décidé de jouer collectif. Du Mois de la photo à Montréal qui s’interroge sur la condition post-photographique avec Joan Fontcuberta, aux Photaumnales qui revisitent les procédés anciens, en passant par un panorama sur la photographie suisse, la nouvelle édition de Photoquai, la saga de Hara-Kiri à Charlie Hebdo, la plongée dans les archives de Peter Menzel à l’émergence d’Internet, ou encore la polémique sur les photos du Débarquement de Robert Capa, ce nouveau numéro de Fisheye devrait chatouiller votre curiosité.
    4,90
  • Fisheye Magazine #13
    Fisheye Magazine #13
    Quickview

    Fisheye Magazine #13

    2 ans d'aventures photographiques

    Fisheye a deux ans. Deux ans d’aventures intenses qui mêlent photo, auteurs, enjeux de société, tendances, artistes et chemins de traverse. Deux ans pour mener ce projet un peu fou : réinventer le magazine photo avec des aspirations qui vont de l’argentique aux réseaux sociaux, du photojournalisme à la photo plasticienne, et qui n’oublient pas l’imprévu, la joie et les nouvelles pratiques. Pour cette 13e édition anniversaire, nous avons voulu donner plus de place au foisonnement de la création photographique en y consacrant notre dossier. Tenter de rendre compte de cette diversité en une vingtaine de pages aurait été un pari insensé. Établir un classement des dix meilleurs photographes à suivre, une illusion. C’est pourquoi nous avons préféré laisser s’exprimer les choix de l’équipe de Fisheye pour vous présenter, en toute partialité, une dizaine de photographes comme autant de partis pris assumés par chacun. Et comme en écho au premier numéro qui proposait le portrait d’une nouvelle génération à travers une vingtaine d’auteurs français, les photographes que nous vous montrons aujourd’hui ont été choisis en dehors de l’Hexagone. Vous trouverez aussi dans ce numéro 13 nos rubriques habituelles, avec le portrait de Jean-Luc Monterosso, un road trip dans les pas de Meffre et Marchand en Pologne, un reportage à Srebrenica, une sujet sur les nouvelles têtes du FN, ou encore une enquête sur les paradis fiscaux par Paolo Woods et Gabriele Galimberti, qui sera également exposée aux Rencontres d’Arles.
    4,90
  • Fisheye Magazine #12
    Fisheye Magazine #12
    Quickview

    Fisheye Magazine #12

    W€b 3.0, piège ou eldorado pour la photo ?

    Déjà le 12e numéro de Fisheye présent en kiosque, en librairie et très bientôt disponible sur tablette (version iPad). À la veille de son deuxième anniversaire, Fisheye garde pour boussole la curiosité à décrypter le monde à travers la photographie, et réciproquement, comme le laisse transparaître le sommaire de cette édition. De la résistance de l’argentique aux tentatives de monétisation de la photo par les réseaux sociaux – avec notre dossier Web 3.0 –, l’œil de Fisheye reste curieux. Il regarde du côté du porno et de la 3D, des reconfigurations du journalisme par la culture du lol, s’intéresse au graphisme, au renouveau de la photo en Angleterre, à la France vue d’ici – un projet documentaire conduit par ImageSingulières et Médiapart. Il fait un détour du côté de Bruxelles pour découvrir un nouveau lieu consacré à la photographie, écoute l’Observatoire de la liberté de création parler de la progression de la censure depuis les attentats à Charlie Hebdo, décrypte comment les photos de 1914-1918 et de la Shoah modifient notre perception de l’histoire sur la Toile. Fisheye prend également un grand bol d’air avec le portfolio de Massimo Siragusa sur ses Théâtres à l’italienne, exposés à La Gacilly, et celui de Philippe Grollier sur les Bonfires en Irlande du Nord. Les Tumblr des lecteurs sont toujours là, comme tous les autres rendez-vous : les expos, les livres, le labo, l’art vidéo, les projets Web et toutes les chroniques.
    4,90
  • Rupture de stock
    Fisheye Magazine #11
    Fisheye Magazine #11
    4,90
    Quickview

    Fisheye Magazine #11

    (Auto)censure, l'art victime de la peur

    Au sommaire de cette 11e livraison de Fisheye, on trouve un dossier d’une vingtaine de pages sur la nuit, largement illustré par des travaux de photographes contemporains qui parlent de leur démarche nocturne. En contrepoint, une courte ébauche d’une histoire de la photographie de nuit vient mettre en perspective ces approches. On trouvera aussi le portrait d’un jeune photographe de 24 ans, Raphaël Yaghobzadeh, symbole d’une génération qui s’interroge sur le photojournalisme ; un reportage sur l’origine et le fonctionnement du mouvement Everyday Egypt sur Instagram ; un portfolio inédit de Luc Choquer sur les femmes à Istanbul ; une enquête sur les pressions qui ont conduit à plusieurs décrochages d’œuvres, ces dernières semaines ; plusieurs pages sur les nouveaux services offerts aux photographes ; une incursion dans le service photo de l’Élysée ; un reportage de Grégoire Korganow sur les prisons françaises ; un bilan du Festival de la mode et de la photographie à Hyères à l’occasion de sa 30e édition ; un portfolio inédit d’images d’architecture de Matthias Heiderich ; et même une petite virée chez un poissonnier qui expose des photos au-dessus de ses sardines. Et, bien sûr, toutes les autres rubriques : Tumblr des lecteurs, Art vidéo, Métier, Projet Web, Expositions, Livres, Caméra test, Atelier photo, Éducation, Chroniques… Bref, de quoi envisager l’arrivée du printemps avec le sourire.
    4,90
    4,90
  • Fisheye Magazine #6
    Fisheye Magazine #6
    Quickview

    Fisheye Magazine #6

    Sport, au-delà des clichés

    Fisheye se met aux couleurs du sport pour son 6e numéro. Nous sommes partis en quête de l’image Panini de l’attaquant anglais Robbie Fowler ou explorer le regard d’Olivier Cablat sur ces fameuses vignettes. Neil Leifer, photographe de Sports Illustrated, nous compte une photo mythique de Mohamed Ali dans un combat dont nous savons désormais qu’il était truqué. Nous avons même suivi une saison de base-ball pendant un an. Le sujet ne sera jamais épuisé, tant le sport et la photo sont générateurs d’histoires en perpétuel renouvellement. Un stade, un court, une piscine, un terrain de basket, quels meilleurs décors pour figer la légende ? Échauffez-vous, le coup d’envoi de ce nouveau Fisheye est donné. Dans ce numéro, nous partons aussi à la découverte de la nouvelle scène photo en Inde. Nous décryptons le féminisme pop des Femen. Et nous confions le test à un judoka et le portfolio aux lignes de fuite d’un grand reporter.
    4,90
  • Fisheye Magazine #4
    Fisheye Magazine #4
    Quickview

    Fisheye Magazine #4

    Selfie, tous égocentrés?

    Pour ce numéro de janvier, Fisheye consacre le dossier de son quatrième numéro à l’autoportrait nouvelle génération : le selfie. Pour comprendre comment ce mot a envahi notre quotidien, Fisheye a fait appel à la sociologue Monique Dagnaud et à la psychologue Sylviane Barthe Liberge. Nos deux spécialistes des réseaux sociaux analysent cet autoportrait pris à bout de bras et posté sur les réseaux sociaux. Des artistes, des photographes amateurs et des lecteurs de Fisheye nous ont également livré leur vision du selfie. De Justin Bieber à Barack Obama, embarquez pour un ego trip 2.0. Fisheye n° 4, c’est aussi une analyse par l’image de la propagande du FN, le récit de l’épopée GoPro, le décryptage de l’appli Snapchat, un appartement transformé en sténopé et un voyage en Chine à la rencontre des photographes performers.
    4,90
  • Fisheye Magazine #3
    Fisheye Magazine #3
    Quickview

    Fisheye Magazine #3

    Urban Culture, skate, hip-hop, graff, la rue en images

    MARCHÉ DE L'ART : Ici, c'est Paris Photo FOCUS : Femmes photographes POLITIQUE : In bed with Vladimir Poutine MONDE :  Apatrides de Birmanie ÉCONOMIE :  Rencontres vs Luma : combat en Arles SOCIÉTÉ : Illétrisme, droit de savoir(s) LABO :  Argentique, pratique des procédés anciens MÉTIER :  Photographe de l'identité judiciaire  
    4,90
  • Rupture de stock
    Fisheye Magazine #2
    Fisheye Magazine #2
    4,90
    Quickview

    Fisheye Magazine #2

    Réinventer le photo-journalisme

    Pour ce deuxième numéro, Fisheye sonde le photojournalisme, voyage avec des travellers, traverse le Mexique avec les Car Poolers d’Alejandro Cartagena, explore la scène photo de Rio, se lance à la recherche de l’insaisissable JR, passe les appareils photo au scanner et se perd dans le désert avec Yougo Jeberg.
    4,90
    4,90
  • Rupture de stock
    Fisheye Magazine #1
    Fisheye Magazine #1
    4,90
    Quickview

    Fisheye Magazine #1

    Photographes, portrait d'une génération

    Fisheye est un grand-angle. Il questionne tout par la photo, il questionne la photo, partout. Les rubriques sont celles d’un news magazine, on y parle de société, de politique, d’économie, de culture, de technique et de tous les styles de photographies. Du photojournalisme à Instagram, Fisheye voit la photographie en grand.
    4,90
    4,90