fbpx

Fisheye Magazine

Filtres

Affichage de 1–67 sur 71 résultats

Voir 20/40/Tous

Departments

Price Filter

1-67 of 71 products

Bimestriel de 132 pages, disponible en kiosques et dans les librairies, Fisheye explore le monde à travers toutes les écritures photographiques en privilégiant les regards d’auteurs émergents, sans oublier les photographes confirmés.

Retrouvez sur cette page, les anciens numéros du magazine, en version physique et numérique.

  • Nouveau
    Quickview

    Fisheye Magazine #53 – Édition numérique

    Énigmes

    La nouvelle livraison de Fisheye est riche d’aventures, d’histoires et d’images. Vous y découvrirez de drôles de fêtes célébrant les vampires de la nuit new-yorkaise ; un enlèvement terrible au Guatemala ; des natures mortes intrigantes ; les « Reines de Catane », en Sicile – une plongée entre deux genres – ; ou les nuits oniriques indiennes à la recherche d’un mystérieux serpent… 60 pages de portfolios qui ne vous laisseront pas indifférents. Sans oublier les actualités de l’image, de la nouvelle édition du Palais augmenté qui met à l’honneur la création contemporaine en réalité augmentée, en passant par la nouvelle production de Charlotte Abramow qui s’est piquée d’apiculture. Vous pourrez aussi découvrir les deux nouvelles expositions de la Fisheye Gallery : Vierges et toreros, les compositions baroques de Christine Spengler, à Arles ; et un hommage à Notre-Dame associant clichés inédits du siècle dernier et photos d’auteur. Vous ferez connaissance avec Luce Lebart, brillante historienne et commissaire d’exposition, vous découvrirez une nouvelle galerie photo à Ménilmontant tenue par un passionné de 25 ans. Vous pourrez aussi faire un détour par la Bulgarie pour y voir une nouvelle génération, ou encore mettre vos pas dans ceux de Jean-Christophe Béchet qui arpente l’histoire de la street photography dans un livre qui vient de sortir. Enfin, vous pourrez poursuivre vos découvertes avec notre nouveau format web, Focus, à la croisée du podcast et de la vidéo, associant photos et paroles de photographes dans un format de quelques minutes passionnantes !
    3,00
  • Fisheye Magazine #52
    Fisheye Magazine #52
    Quickview

    Fisheye Magazine #52 – Édition numérique

    Signes — 表徴

    S’atteler à un numéro spécial Japon n’est pas une démarche instinctive. Surtout en matière de photographie. Il faut déjà accepter que les rapports au monde, la conscience, aux objets, la nature ou aux relations humaines soient différents de tout ce que l’on connaît. Il s’agit d’oublier ce que l’on suppute. Notamment la prétendue grandeur de la photographie japonaise grâce à la force de leur industrie en matière d’appareil, la célébrité de leurs grands maîtres tels Araki, Hosoe, Moriyama, Sugimoto ou Ueda ou alors l’importance de leur édition. La photo n’est en rien un art consacré au pays du Soleil-Levant. Y parler de photographie, c’est comprendre qu’aucun auteur n’est prophète en son pays et que la reconnaissance est toujours venue de l’étranger. On peut ainsi découvrir des artistes qui poursuivent une quête photographique majeure depuis des années sans que le vent du succès ne leur ait jamais caressé le visage. Rien n’est évident lorsque l’on se lance dans la folle aventure de devenir artiste photographe au Japon. Outre l’amour inconditionnel que je voue à ce pays, sa culture, ses arts martiaux ou sa nourriture, j’ai eu la chance de devenir ami avec un photographe nippon. Il s’agit de Akihito Yoshida. Nous nous sommes retrouvés par hasard voisins lors d’un trajet en bus de cinq heures dans le fin fond de la Chine. Son histoire, son approche, sa sensibilité  m’ont ému au-delà du raisonnable. Il parlait du travail au long cours sur la relation de sa grand-mère avec son cousin qu’elle avait élevé. Jamais je n’avais senti un tel instinct pour capter la chose humaine, surtout face à une histoire à la fin si funeste : son cousin s’est suicidé. Nous nous sommes revus de nombreuses fois à Kyoto, Tokyo ou Paris. À chaque fois, sa gentillesse, son humilité et sa conviction inébranlable m’ont saisi au plus profond. Je me souviens d’une soirée à boire des bières au bord de la rivière Kamo avec des amis à lui à Kyoto. L’alcool aidant, un de ses camarades m’avait raconté le respect qu’il avait pour Akihito. Tous les deux avaient suivi une formation d’instituteur. Une carrière que son ami poursuivait et qu’Akihito avait quittée pour se consacrer à la photographie. Une folie qui lui valait le statut de héros. Pourtant Akihito a été publié et exposé dans de nombreux pays, connaît un vrai succès et mène de nombreux projets en parallèle. Mais au Japon, sa démarche semble relever de la pure démence. C’est dans ce contexte que nous avons voulu célébrer ces nouveaux auteurs japonais pour le 10e anniversaire du festival Kyotographie – dont un tiré à part joint à ce numéro met en lumière 10 femmes photographes japonaises exposées à cette occasion. Nous avons glissé en profondeur dans les nouvelles écritures et l’histoire du médium de l’Archipel. Loin d’une vision éculée ou redondante d’un Japon en mutation, nous allons au fond de l’âme de ses habitants. Un voyage singulier qui ne laisse pas indemne. Cette quête nous a rappelé ce proverbe japonais : "La vie est une flamme de bougie dans le vent." Chaque élément de notre existence est éphémère, mais peut-être qu’avec le travail des photographes on peut toucher du doigt l’éternité, une vertu qui pourrait être associée à ce numéro à nul autre pareil.
    3,00
  • Fisheye Magazine #52
    Fisheye Magazine #52
    Quickview

    Fisheye Magazine #52

    Signes — 表徴

    S’atteler à un numéro spécial Japon n’est pas une démarche instinctive. Surtout en matière de photographie. Il faut déjà accepter que les rapports au monde, la conscience, aux objets, la nature ou aux relations humaines soient différents de tout ce que l’on connaît. Il s’agit d’oublier ce que l’on suppute. Notamment la prétendue grandeur de la photographie japonaise grâce à la force de leur industrie en matière d’appareil, la célébrité de leurs grands maîtres tels Araki, Hosoe, Moriyama, Sugimoto ou Ueda ou alors l’importance de leur édition. La photo n’est en rien un art consacré au pays du Soleil-Levant. Y parler de photographie, c’est comprendre qu’aucun auteur n’est prophète en son pays et que la reconnaissance est toujours venue de l’étranger. On peut ainsi découvrir des artistes qui poursuivent une quête photographique majeure depuis des années sans que le vent du succès ne leur ait jamais caressé le visage. Rien n’est évident lorsque l’on se lance dans la folle aventure de devenir artiste photographe au Japon. Outre l’amour inconditionnel que je voue à ce pays, sa culture, ses arts martiaux ou sa nourriture, j’ai eu la chance de devenir ami avec un photographe nippon. Il s’agit de Akihito Yoshida. Nous nous sommes retrouvés par hasard voisins lors d’un trajet en bus de cinq heures dans le fin fond de la Chine. Son histoire, son approche, sa sensibilité  m’ont ému au-delà du raisonnable. Il parlait du travail au long cours sur la relation de sa grand-mère avec son cousin qu’elle avait élevé. Jamais je n’avais senti un tel instinct pour capter la chose humaine, surtout face à une histoire à la fin si funeste : son cousin s’est suicidé. Nous nous sommes revus de nombreuses fois à Kyoto, Tokyo ou Paris. À chaque fois, sa gentillesse, son humilité et sa conviction inébranlable m’ont saisi au plus profond. Je me souviens d’une soirée à boire des bières au bord de la rivière Kamo avec des amis à lui à Kyoto. L’alcool aidant, un de ses camarades m’avait raconté le respect qu’il avait pour Akihito. Tous les deux avaient suivi une formation d’instituteur. Une carrière que son ami poursuivait et qu’Akihito avait quittée pour se consacrer à la photographie. Une folie qui lui valait le statut de héros. Pourtant Akihito a été publié et exposé dans de nombreux pays, connaît un vrai succès et mène de nombreux projets en parallèle. Mais au Japon, sa démarche semble relever de la pure démence. C’est dans ce contexte que nous avons voulu célébrer ces nouveaux auteurs japonais pour le 10e anniversaire du festival Kyotographie – dont un tiré à part joint à ce numéro met en lumière 10 femmes photographes japonaises exposées à cette occasion. Nous avons glissé en profondeur dans les nouvelles écritures et l’histoire du médium de l’Archipel. Loin d’une vision éculée ou redondante d’un Japon en mutation, nous allons au fond de l’âme de ses habitants. Un voyage singulier qui ne laisse pas indemne. Cette quête nous a rappelé ce proverbe japonais : "La vie est une flamme de bougie dans le vent." Chaque élément de notre existence est éphémère, mais peut-être qu’avec le travail des photographes on peut toucher du doigt l’éternité, une vertu qui pourrait être associée à ce numéro à nul autre pareil.
    7,50
  • Fisheye Magazine #51
    Fisheye Magazine #51
    Quickview

    Fisheye Magazine #51 – Édition numérique

    Mirage

    La photographie, littéralement l’écriture avec la lumière, nous a habitués, dans une acception largement fausse, à rendre compte d’une réalité. Or il est évident que cela n’est pas le cas la plupart du temps. Non parce que la réalité y serait altérée, mais sûrement plus parce que l’évidence que nous captons avec nos yeux n’est pas forcément le reflet de la vérité. Comme nous le dit Friedrich Nietzsche : « La vie n’est désormais plus conçue par la morale : elle veut l’illusion, elle vit d’illusion. » Et c’est dans cette veine que nous avons conçu ce 51e opus de Fisheye. Comment capter un monde qui n’offre pas à nos yeux une transposition du réel ? C’est toute la démarche de Sari Soininen, photographe finlandaise qui nous emmène dans sa chevauchée visuelle suite à une prise excessive de LSD. Bien que désormais sevrée, elle reste marquée par cette expérience et essaie de retranscrire une aventure alternative, pas forcément très réjouissante par ailleurs. Nous sommes aussi allés voir du côté des femmes médiums et de leur relation aux esprits. Un travail colossal de Philippe Baudouin dans Surnaturelles. Une histoire visuelle des femmes médiums. Un périple qui nous pousse à nous confronter à nos propres croyances ainsi qu‘à nos propres limites. Guérisseuses, voyantes, sorcières, somnambulisme magnétique, conversation avec les esprits… Le spectre est large. Plus proche de nous, Delfina Carmona joue avec la lumière et les couleurs pour influencer nos émotions. Tout comme Gabriel Dia, qui réinvente une iconographie de son propre corps pour transcender son histoire et en changer la destinée. Tout cela nous décrit un champ des possibles à l’horizon inexploré. Un pas de côté salvateur pour un monde qui meurt de se conformer. Alors même que nous entrons dans une troisième année de dystopie virale, nous avons besoin de renouveler notre imaginaire collectif pour savoir vers quoi nous devons regarder. Cette frontière fine entre réalité et virtuel, nous allons la sillonner toute l’année avec Fisheye. Sous la forme d’une exposition cet été à Arles au sein des Rencontres. Mais avant cela, au Grand Palais éphémère, avec le Palais augmenté qui revient en juin pour franchir le pas de la réalité augmentée. Enfin sur l’inévitable question du métavers que nous interrogeons depuis 2016. Il semble nécessaire d’en dessiner le cadre éthique si nous ne voulons pas le regretter dès son avènement. En somme, une nouvelle année pleine d’égarements salvateurs afin d’avoir la joie d’emprunter un chemin que nous n’avions pas envisagé. En 2022, rien ne se passera comme prévu : ce qui nous évitera d’être déçus. Tout, sauf la capacité de Fisheye à détecter les auteurs et les artistes qui disent le monde autrement. Il nous semble ainsi évident de vous souhaiter une belle année 2022, alternative, surprenante, irréelle et surtout disruptive. La clarté n’est pas toujours la destination, il faut savoir apprécier le chemin, surtout lorsqu’il devient sinueux.
    3,00
  • Fisheye Magazine #51
    Fisheye Magazine #51
    Quickview

    Fisheye Magazine #51

    Mirage

    La photographie, littéralement l’écriture avec la lumière, nous a habitués, dans une acception largement fausse, à rendre compte d’une réalité. Or il est évident que cela n’est pas le cas la plupart du temps. Non parce que la réalité y serait altérée, mais sûrement plus parce que l’évidence que nous captons avec nos yeux n’est pas forcément le reflet de la vérité. Comme nous le dit Friedrich Nietzsche : « La vie n’est désormais plus conçue par la morale : elle veut l’illusion, elle vit d’illusion. » Et c’est dans cette veine que nous avons conçu ce 51e opus de Fisheye. Comment capter un monde qui n’offre pas à nos yeux une transposition du réel ? C’est toute la démarche de Sari Soininen, photographe finlandaise qui nous emmène dans sa chevauchée visuelle suite à une prise excessive de LSD. Bien que désormais sevrée, elle reste marquée par cette expérience et essaie de retranscrire une aventure alternative, pas forcément très réjouissante par ailleurs. Nous sommes aussi allés voir du côté des femmes médiums et de leur relation aux esprits. Un travail colossal de Philippe Baudouin dans Surnaturelles. Une histoire visuelle des femmes médiums. Un périple qui nous pousse à nous confronter à nos propres croyances ainsi qu‘à nos propres limites. Guérisseuses, voyantes, sorcières, somnambulisme magnétique, conversation avec les esprits… Le spectre est large. Plus proche de nous, Delfina Carmona joue avec la lumière et les couleurs pour influencer nos émotions. Tout comme Gabriel Dia, qui réinvente une iconographie de son propre corps pour transcender son histoire et en changer la destinée. Tout cela nous décrit un champ des possibles à l’horizon inexploré. Un pas de côté salvateur pour un monde qui meurt de se conformer. Alors même que nous entrons dans une troisième année de dystopie virale, nous avons besoin de renouveler notre imaginaire collectif pour savoir vers quoi nous devons regarder. Cette frontière fine entre réalité et virtuel, nous allons la sillonner toute l’année avec Fisheye. Sous la forme d’une exposition cet été à Arles au sein des Rencontres. Mais avant cela, au Grand Palais éphémère, avec le Palais augmenté qui revient en juin pour franchir le pas de la réalité augmentée. Enfin sur l’inévitable question du métavers que nous interrogeons depuis 2016. Il semble nécessaire d’en dessiner le cadre éthique si nous ne voulons pas le regretter dès son avènement. En somme, une nouvelle année pleine d’égarements salvateurs afin d’avoir la joie d’emprunter un chemin que nous n’avions pas envisagé. En 2022, rien ne se passera comme prévu : ce qui nous évitera d’être déçus. Tout, sauf la capacité de Fisheye à détecter les auteurs et les artistes qui disent le monde autrement. Il nous semble ainsi évident de vous souhaiter une belle année 2022, alternative, surprenante, irréelle et surtout disruptive. La clarté n’est pas toujours la destination, il faut savoir apprécier le chemin, surtout lorsqu’il devient sinueux.
    7,50
  • Fisheye Magazine #50
    Fisheye Magazine #50
    Quickview

    Fisheye Magazine #50 – Édition numérique

    Instinct

    Cinquante numéros pour un quotidien cela prend moins de deux mois à concevoir, pour Fisheye, cela nous a demandé plus de huit ans. Pas que nous soyons faignants, mais il faut de l’enthousiasme pour raconter une histoire, surtout avec des images. L’histoire d’un médium qui n’arrête pas de se transformer dans un magazine qui, lui, prend le temps, cela fait parfois des étincelles. Fisheye porte un regard non pas sur la photographie mais sur les photographes, les autrices, les auteurs, ceux qui créent avec le réel et l’irréel. Dans leur complexité, ils nous ont permis avec brio de mieux raconter le monde dans lequel on vit, ou en tout cas, nous croyons vivre. Ils nous inspirent, nous exaltent, nous transcendent, parfois nous énervent, mais ne nous laissent indifférents en rien. Lorsque je regarde les couvertures de Fisheye, je vois des joies, des fiertés, des déceptions, des contradictions, des bouclages tardifs, des moments de vie, des talents, des inconnus, des stars, des femmes, des hommes, un chien, un chat, des oiseaux et désormais un serpent. Emblème de l’énergie vitale par sa mue, cet animal vient acter la transformation réussie, si j’en juge à vos nombreux commentaires, de notre nouvelle formule.
    3,00
  • Fisheye Magazine #50
    Fisheye Magazine #50
    Quickview

    Fisheye Magazine #50

    Instinct

    Cinquante numéros pour un quotidien cela prend moins de deux mois à concevoir, pour Fisheye, cela nous a demandé plus de huit ans. Pas que nous soyons faignants, mais il faut de l’enthousiasme pour raconter une histoire, surtout avec des images. L’histoire d’un médium qui n’arrête pas de se transformer dans un magazine qui, lui, prend le temps, cela fait parfois des étincelles. Fisheye porte un regard non pas sur la photographie mais sur les photographes, les autrices, les auteurs, ceux qui créent avec le réel et l’irréel. Dans leur complexité, ils nous ont permis avec brio de mieux raconter le monde dans lequel on vit, ou en tout cas, nous croyons vivre. Ils nous inspirent, nous exaltent, nous transcendent, parfois nous énervent, mais ne nous laissent indifférents en rien. Lorsque je regarde les couvertures de Fisheye, je vois des joies, des fiertés, des déceptions, des contradictions, des bouclages tardifs, des moments de vie, des talents, des inconnus, des stars, des femmes, des hommes, un chien, un chat, des oiseaux et désormais un serpent. Emblème de l’énergie vitale par sa mue, cet animal vient acter la transformation réussie, si j’en juge à vos nombreux commentaires, de notre nouvelle formule.
    7,50
  • Fisheye Magazine #49
    Fisheye Magazine 49
    Quickview

    Fisheye Magazine #49 – Édition numérique

    Invisiblité

    Ce nouvel opus de Fisheye placé sous le signe de l’invisibilité met en avant des travaux d’artistes qui nous rappellent la dimension politique des images. Comme la photographe sud-africaine Zanele Muholi (en couverture), qui nous montre à quel point une image peut impacter nos consciences, ou le portfolio d’Elliott Verdier au Liberia, ou encore celui de Parlamenti et Pantanella qui trace la cartographie des « pays qui n’existent pas ». Sans oublier le travail exceptionnel de Guillaume Herbaut qui dresse un portrait cinglant d’une Ve République à bout de souffle.
    3,00
  • Fisheye Magazine #49
    Fisheye Magazine 49
    Quickview

    Fisheye Magazine #49

    Invisiblité

    Ce nouvel opus de Fisheye placé sous le signe de l’invisibilité met en avant des travaux d’artistes qui nous rappellent la dimension politique des images. Comme la photographe sud-africaine Zanele Muholi (en couverture), qui nous montre à quel point une image peut impacter nos consciences, ou le portfolio d’Elliott Verdier au Liberia, ou encore celui de Parlamenti et Pantanella qui trace la cartographie des « pays qui n’existent pas ». Sans oublier le travail exceptionnel de Guillaume Herbaut qui dresse un portrait cinglant d’une Ve République à bout de souffle.
    7,50
  • Fisheye Magazine #48
    Fisheye Magazine #48
    Quickview

    Fisheye Magazine #48 – Édition numérique

    Renaissance

    Fisheye nouvelle formule Raconter, inspirer, réveler la photographie contemporaine Ce n’est ni notre 50e numéro, ni notre 10e anniversaire, ni une date remarquable, juste le bon moment de se remettre en question et de proposer une nouvelle formule en phase avec vos attentes et avec notre vision. Fisheye, après huit années, avait réellement besoin de faire peau neuve avec cette volonté farouche de servir encore mieux les auteurs. L’équipe s’est donc mise au travail afin de se réinventer, se questionner, s’élever. On a gardé ce qui nous semblait au cœur du projet : le nom, le format et les auteurs. Le reste, on l’a repensé entièrement. Outre cette nouvelle couverture (qui existe en version premium pour les abonnés), vous trouverez deux papiers différents à l’intérieur. Un satiné au début et à la fin pour l’analyse, les agendas, les portraits, les chroniques ou la réflexion. Au centre, un papier mat qui sert une séquence de 60 pages de portfolios qui nous racontent des histoires, sans pub, comme une immersion dans le meilleur des productions photo du moment. Cette séquence est au cœur du nouveau Fisheye, car elle en résume l’esprit : dénicher, partout à travers le monde, les regards les plus en phase avec notre époque. On a voulu être un anti papier glacé. Cet objet que vous tenez entre les mains possède une pérennité. Ce n’est plus tout à fait un magazine, ni un livre, ni un mook, mais un objet à part qui a été pensé pour rendre hommage aux photographes. Ainsi de la fiction de la guerre aux aveugles qui rêvent en image, du road trip mélancolique de Théo Gosselin aux guérisseurs du Pérou, Fisheye a repensé son cœur pour mieux nourrir vos âmes.
    3,00
  • Fisheye Magazine 48
    Fisheye Magazine 48
    Quickview

    Fisheye Magazine #48

    Renaissance

    Fisheye nouvelle formule Raconter, inspirer, réveler la photographie contemporaine Ce n’est ni notre 50e numéro, ni notre 10e anniversaire, ni une date remarquable, juste le bon moment de se remettre en question et de proposer une nouvelle formule en phase avec vos attentes et avec notre vision. Fisheye, après huit années, avait réellement besoin de faire peau neuve avec cette volonté farouche de servir encore mieux les auteurs. L’équipe s’est donc mise au travail afin de se réinventer, se questionner, s’élever. On a gardé ce qui nous semblait au cœur du projet : le nom, le format et les auteurs. Le reste, on l’a repensé entièrement. Outre cette nouvelle couverture (qui existe en version premium pour les abonnés), vous trouverez deux papiers différents à l’intérieur. Un satiné au début et à la fin pour l’analyse, les agendas, les portraits, les chroniques ou la réflexion. Au centre, un papier mat qui sert une séquence de 60 pages de portfolios qui nous racontent des histoires, sans pub, comme une immersion dans le meilleur des productions photo du moment. Cette séquence est au cœur du nouveau Fisheye, car elle en résume l’esprit : dénicher, partout à travers le monde, les regards les plus en phase avec notre époque. On a voulu être un anti papier glacé. Cet objet que vous tenez entre les mains possède une pérennité. Ce n’est plus tout à fait un magazine, ni un livre, ni un mook, mais un objet à part qui a été pensé pour rendre hommage aux photographes. Ainsi de la fiction de la guerre aux aveugles qui rêvent en image, du road trip mélancolique de Théo Gosselin aux guérisseurs du Pérou, Fisheye a repensé son cœur pour mieux nourrir vos âmes.
    7,50
  • Fisheye Magazine 47
    Fisheye Magazine 47
    Quickview

    Fisheye Magazine #47 – Édition numérique

    Faut-il faire une école photo ?

    Devenir photographe recouvre une grande diversité de situations. De la photographie appliquée à la photographie d’auteur, de la publicité à la mode en passant par le photoreportage, le monde de l’art ou l’édition, il y a toute une galaxie de métiers pour travailler dans la photo. Est-il nécessaire de passer par une école pour arriver à ses fins ? Qu’elles sont les autres voies possibles ? Les stages ? La formation professionnelle ? L’apprentissage ? L’assistanat ? Les réseaux sociaux ? Une enquête qui donne la parole à plus d’une vingtaine d’acteurs du milieu, dont la moitié de photographes.
    3,00
  • Fisheye Magazine 47
    Fisheye Magazine 47
    Quickview

    Fisheye Magazine #47

    Faut-il faire une école photo ?

    Devenir photographe recouvre une grande diversité de situations. De la photographie appliquée à la photographie d’auteur, de la publicité à la mode en passant par le photoreportage, le monde de l’art ou l’édition, il y a toute une galaxie de métiers pour travailler dans la photo. Est-il nécessaire de passer par une école pour arriver à ses fins ? Qu’elles sont les autres voies possibles ? Les stages ? La formation professionnelle ? L’apprentissage ? L’assistanat ? Les réseaux sociaux ? Une enquête qui donne la parole à plus d’une vingtaine d’acteurs du milieu, dont la moitié de photographes.
    6,50
  • Fisheye Magazine 46
    Fisheye Magazine 46
    Quickview

    Fisheye Magazine #46 – Édition numérique

    Restons créatifs !

    Photographe, écrivain, plasticien, dessinateur, graphiste, designer, chorégraphe, metteur en scène… Onze créateurs contemporains de plusieurs générations retracent leur processus créatif en livrant au passage leurs recommandations aux jeunes artistes. Sortez de votre zone de confort ! Prenez des risques : Expérimentez ! Explorez ! Travaillez avec intensité ! Composez avec vos intuitions ! Soyez radicaux ! Cherchez l’inspiration dans votre quotidien ! Tirez les leçons de vos échecs ! Creusez ce qui est en vous ! Retrouvez une liberté d’esprit ! Nourrissez-vous des œuvres d’autres artistes ! Laissez-vous guider par vos rêveries ! Révoltez-vous !… Autant de pistes à expérimenter pour trouver votre propre voie.
    3,00
  • Fisheye Magazine 46
    Fisheye Magazine 46
    Quickview

    Fisheye Magazine #46

    Restons créatifs !

    Photographe, écrivain, plasticien, dessinateur, graphiste, designer, chorégraphe, metteur en scène… Onze créateurs contemporains de plusieurs générations retracent leur processus créatif en livrant au passage leurs recommandations aux jeunes artistes. Sortez de votre zone de confort ! Prenez des risques : Expérimentez ! Explorez ! Travaillez avec intensité ! Composez avec vos intuitions ! Soyez radicaux ! Cherchez l’inspiration dans votre quotidien ! Tirez les leçons de vos échecs ! Creusez ce qui est en vous ! Retrouvez une liberté d’esprit ! Nourrissez-vous des œuvres d’autres artistes ! Laissez-vous guider par vos rêveries ! Révoltez-vous !… Autant de pistes à expérimenter pour trouver votre propre voie.
    6,50
  • Fisheye Magazine 45
    Fisheye Magazine 45
    Quickview

    Fisheye Magazine #45 – Édition numérique

    Les arpenteurs de paysages

    Utilisant les techniques de la photographie argentique ou numérique, mobilisant des algorithmes d’intelligence artificielle ou ayant recours à des manipulations physiques, une dizaine de photographes contemporains proposent leur vision du paysage, un des genres les plus traditionnels des modes représentation. Nourris par des siècles d’images, ces arpenteurs du paysage explorent notre connexion au monde, notre relation au sublime ou aux territoires en lutte en escaladant les montagnes ou en s’immergeant dans les océans. Associant fiction, sciences et arts plastiques, leurs investigations poétiques questionnent notre espace et nos manières de l’habiter.
    3,00
  • Fisheye Magazine 45
    Fisheye Magazine 45
    Quickview

    Fisheye Magazine #45

    Les arpenteurs de paysages

    Utilisant les techniques de la photographie argentique ou numérique, mobilisant des algorithmes d’intelligence artificielle ou ayant recours à des manipulations physiques, une dizaine de photographes contemporains proposent leur vision du paysage, un des genres les plus traditionnels des modes représentation. Nourris par des siècles d’images, ces arpenteurs du paysage explorent notre connexion au monde, notre relation au sublime ou aux territoires en lutte en escaladant les montagnes ou en s’immergeant dans les océans. Associant fiction, sciences et arts plastiques, leurs investigations poétiques questionnent notre espace et nos manières de l’habiter.
    6,50
  • Fisheye Magazine 44
    Fisheye Magazine 44
    Quickview

    Fisheye Magazine #44 – Édition numérique

    Les femmes photographes sortent de l’ombre

    Après notre hors-série sur les femmes photographes en 2017, et le dossier publié il y a deux ans sur les 10 femmes qui font la photo en France, Fisheye revient une nouvelle fois sur le manque de visibilité des femmes dans le 8e art. La prise de conscience de cette sous-exposition commence à être reconnue, comme l’atteste Une Histoire mondiale des femmes photographes, que viennent de publier les éditions Textuel dont nous rendons compte dans ce dossier. Mais le chemin est encore long. C’est ce que souligne une étude commanditée par le ministère de la Culture, dont nous publions les chiffres ici. L’institution a également pris l’initiative, avec Paris Photo, d’organiser un parcours numérique dans le cadre de la politique qu’elle mène en faveur de la visibilité des femmes photographes. Cette plateforme, ellesxparisphoto.com, rassemble ainsi près de 40 femmes, jeunes, confirmées, peu connues ou ayant marqué l’histoire de la photographie. Fiches biographiques, entretiens et vidéos permettent de revenir sur leurs engagements.
    3,00
  • Fisheye Magazine 44
    Fisheye Magazine 44
    Quickview

    Fisheye Magazine #44

    Les femmes photographes sortent de l’ombre

    Après notre hors-série sur les femmes photographes en 2017, et le dossier publié il y a deux ans sur les 10 femmes qui font la photo en France, Fisheye revient une nouvelle fois sur le manque de visibilité des femmes dans le 8e art. La prise de conscience de cette sous-exposition commence à être reconnue, comme l’atteste Une Histoire mondiale des femmes photographes, que viennent de publier les éditions Textuel dont nous rendons compte dans ce dossier. Mais le chemin est encore long. C’est ce que souligne une étude commanditée par le ministère de la Culture, dont nous publions les chiffres ici. L’institution a également pris l’initiative, avec Paris Photo, d’organiser un parcours numérique dans le cadre de la politique qu’elle mène en faveur de la visibilité des femmes photographes. Cette plateforme, ellesxparisphoto.com, rassemble ainsi près de 40 femmes, jeunes, confirmées, peu connues ou ayant marqué l’histoire de la photographie. Fiches biographiques, entretiens et vidéos permettent de revenir sur leurs engagements.
    6,50
  • Fisheye Magazine 43
    Fisheye Magazine 43
    Quickview

    Fisheye Magazine #43 – Édition numérique

    Spiritualités, explorations au-delà du visible

    Ouvrir le champ du mystique, de la spiritualité et du religieux, c’est interroger notre rapport au réel. Se demander si l’immatériel prend corps au-delà de nos connaissances scientifiques actuelles. La recherche de la lumière, cette composante à l’origine de la photographie, entraîne parfois les artistes sur des chemins aventureux, à la poursuite de mondes peuplés de chimères et de spectres qu’alimentent des croyances en tout genre. Sur la route des chamanes ou du vaudou, de l’islam au judaïsme en passant par la vie des saints ou celles des morts, la douzaine d’auteurs réunis dans ce dossier tentent de se connecter à d’autres univers. Des incursions troublantes où les vues deviennent visions.
    3,00
  • Fisheye Magazine #43
    Fisheye Magazine #43
    Quickview

    Fisheye Magazine #43

    Spiritualités, explorations au-delà du visible

    Ouvrir le champ du mystique, de la spiritualité et du religieux, c’est interroger notre rapport au réel. Se demander si l’immatériel prend corps au-delà de nos connaissances scientifiques actuelles. La recherche de la lumière, cette composante à l’origine de la photographie, entraîne parfois les artistes sur des chemins aventureux, à la poursuite de mondes peuplés de chimères et de spectres qu’alimentent des croyances en tout genre. Sur la route des chamanes ou du vaudou, de l’islam au judaïsme en passant par la vie des saints ou celles des morts, la douzaine d’auteurs réunis dans ce dossier tentent de se connecter à d’autres univers. Des incursions troublantes où les vues deviennent visions.
    6,50
  • Fisheye Magazine #42 - Édition numérique
    Fisheye Magazine #42 - Édition numérique
    Quickview

    Fisheye Magazine #42 – Édition numérique

    Sexe, un air de liberté

    Depuis sept ans que Fisheye existe, après une cinquantaine de publications en comptant les hors-séries, nous n’avions pas encore franchi le pas. Est-ce « l’âge de raison » qui nous libère de cet interdit ? Ou faut-il plus simplement y voir une évidence : le sexe nous concerne toutes et tous, et les photographes s’y frottent depuis longtemps avec peut-être plus de liberté. Le sexe, cet objet de désir, est au cœur des pratiques de certains auteurs, comme Antoine D’Agata, qui nous a accordé une précieuse interview. Nous voulions essayer de tordre le cou au stéréotype du genre et nous interroger sur ce qui lie l’image à la sexualité, au-delà de la pornographie. Inclusif, dérangeant et joyeux, ce dossier vous surprendra. Se mettre à nu, c’est un peu ce que nous impose l’époque afin de se renouveler, et laisser derrière nous le fardeau de nos préjugés pour se réinventer.
    3,00
  • Quickview

    Fisheye Magazine #42

    Sexe, un air de liberté

    Depuis sept ans que Fisheye existe, après une cinquantaine de publications en comptant les hors-séries, nous n’avions pas encore franchi le pas. Est-ce « l’âge de raison » qui nous libère de cet interdit ? Ou faut-il plus simplement y voir une évidence : le sexe nous concerne toutes et tous, et les photographes s’y frottent depuis longtemps avec peut-être plus de liberté. Le sexe, cet objet de désir, est au cœur des pratiques de certains auteurs, comme Antoine D’Agata, qui nous a accordé une précieuse interview. Nous voulions essayer de tordre le cou au stéréotype du genre et nous interroger sur ce qui lie l’image à la sexualité, au-delà de la pornographie. Inclusif, dérangeant et joyeux, ce dossier vous surprendra. Se mettre à nu, c’est un peu ce que nous impose l’époque afin de se renouveler, et laisser derrière nous le fardeau de nos préjugés pour se réinventer.
    6,50
  • Fisheye Magazine #41 - Édition numérique
    Fisheye Magazine #41 - Édition numérique
    Quickview

    Fisheye Magazine #41 – Édition numérique

    Festival Circulation(s), 10 ans de découvertes

    Le festival Circulation(s) célèbre aujourd’hui sa 10e édition. Dix ans à défricher la jeune photographie européenne, ses émergences, ses expérimentations, ses aventures. Un itinéraire que nous avons souvent accompagné dans les pages de notre magazine, tant nos sensibilités sont proches. Nombreux sont les artistes qu’on a ainsi pu voir accrochés sur les cimaises du festival et publiés dans les pages de Fisheye. Nul hasard dans ce compagnonnage, comme en témoigne le portrait que nous avions déjà consacré à sa flamboyante fondatrice, Marion Hislen, en septembre 2015, qui revient ici dans un long entretien sur cette belle histoire. Ce dossier nous donne aussi l’occasion de dérouler un panorama en images de cette décennie et de recueillir les paroles de quelques-uns des 500 auteurs découverts par l’équipe de Fetart, l’association à l’origine de cette manifestation.
    3,00
  • Fisheye Magazine #41
    Fisheye Magazine #41
    Quickview

    Fisheye Magazine #41

    Festival Circulation(s), 10 ans de découvertes

    Le festival Circulation(s) célèbre aujourd’hui sa 10e édition. Dix ans à défricher la jeune photographie européenne, ses émergences, ses expérimentations, ses aventures. Un itinéraire que nous avons souvent accompagné dans les pages de notre magazine, tant nos sensibilités sont proches. Nombreux sont les artistes qu’on a ainsi pu voir accrochés sur les cimaises du festival et publiés dans les pages de Fisheye. Nul hasard dans ce compagnonnage, comme en témoigne le portrait que nous avions déjà consacré à sa flamboyante fondatrice, Marion Hislen, en septembre 2015, qui revient ici dans un long entretien sur cette belle histoire. Ce dossier nous donne aussi l’occasion de dérouler un panorama en images de cette décennie et de recueillir les paroles de quelques-uns des 500 auteurs découverts par l’équipe de Fetart, l’association à l’origine de cette manifestation.
    4,90
  • Fisheye Magazine #40 - Édition numérique
    Fisheye Magazine #40 - Édition numérique
    Quickview

    Fisheye Magazine #40 – Édition numérique

    Contes d’hiver

    « La haine, c’est l’hiver du cœur », écrivait Victor Hugo dans Les Contemplations. Ainsi, l’hiver est rarement associé à une période positive. La littérature déborde d’attente languissante du printemps, saison du renouveau, de l’amour et de la vie. L’hiver se voit affublé de la mort, de la tristesse et du froid. Pourtant, diable que l’hiver est beau, intrigant, inattendu, et riche visuellement. En nous penchant sur ce thème, nous n’imaginions pas trouver un tel emballement pictural avec des auteurs qui embrassent l’hiver avec passion pour nous retranscrire ses mystères. Tels des conteurs, ils écrivent une nouvelle grammaire de l’image qui se glisse dans les recoins de notre imagination. On plonge dans le grand blanc, surnaturel et incroyablement envoûtant, comme on s’abandonne à une substance illicite, la peur au ventre mais le cœur exalté. Plus qu’une sémantique, ce dossier est un sentiment, une conviction, un grimoire qui recèle des formules magiques que seuls le lâcher-prise et l’acceptation de la rêverie permettront de décrypter.
    3,00
  • Fisheye Magazine #40
    Fisheye Magazine #40
    Quickview

    Fisheye Magazine #40

    Contes d’hiver

    « La haine, c’est l’hiver du cœur », écrivait Victor Hugo dans Les Contemplations. Ainsi, l’hiver est rarement associé à une période positive. La littérature déborde d’attente languissante du printemps, saison du renouveau, de l’amour et de la vie. L’hiver se voit affublé de la mort, de la tristesse et du froid. Pourtant, diable que l’hiver est beau, intrigant, inattendu, et riche visuellement. En nous penchant sur ce thème, nous n’imaginions pas trouver un tel emballement pictural avec des auteurs qui embrassent l’hiver avec passion pour nous retranscrire ses mystères. Tels des conteurs, ils écrivent une nouvelle grammaire de l’image qui se glisse dans les recoins de notre imagination. On plonge dans le grand blanc, surnaturel et incroyablement envoûtant, comme on s’abandonne à une substance illicite, la peur au ventre mais le cœur exalté. Plus qu’une sémantique, ce dossier est un sentiment, une conviction, un grimoire qui recèle des formules magiques que seuls le lâcher-prise et l’acceptation de la rêverie permettront de décrypter.
    4,90
  • Fisheye Magazine #39 - Édition numérique
    Fisheye Magazine #39 - Édition numérique
    Quickview

    Fisheye Magazine #39 – Édition numérique

    Écologie, les auteurs au chevet d’un monde à la dérive

    Les photographes sont obligés d’aller sur le terrain pour réaliser leurs images. Toujours aux premières loges, ils connaissent le monde mieux que nous. C’est sans doute la raison pour laquelle nombre d’entre eux ont pris conscience – bien avant que l’écologie devienne une « tendance » – des problèmes environnementaux qui menacent notre planète. C’est probablement aussi pour cela qu’ils se sont engagés sur la question de l’eau, du dérèglement climatique, de la destruction de la biodiversité, des problèmes de pollution, de la disparition des forêts, des aberrations consuméristes et énergivores… Ils se sont faits lanceurs d’alerte par des images qui nous interpellent par leur beauté, leur horreur ou leur inquiétante étrangeté. Sans nourrir beaucoup d’illusion sur la capacité des photos à changer le monde, ils poursuivent, ils insistent, ils s’acharnent à inventer de nouvelles formes d’images qui nous surprennent et nous donnent à penser.
    3,00
  • Fisheye Magazine #39
    Fisheye Magazine #39
    Quickview

    Fisheye Magazine #39

    Écologie, les auteurs au chevet d’un monde à la dérive

    Les photographes sont obligés d’aller sur le terrain pour réaliser leurs images. Toujours aux premières loges, ils connaissent le monde mieux que nous. C’est sans doute la raison pour laquelle nombre d’entre eux ont pris conscience – bien avant que l’écologie devienne une « tendance » – des problèmes environnementaux qui menacent notre planète. C’est probablement aussi pour cela qu’ils se sont engagés sur la question de l’eau, du dérèglement climatique, de la destruction de la biodiversité, des problèmes de pollution, de la disparition des forêts, des aberrations consuméristes et énergivores… Ils se sont faits lanceurs d’alerte par des images qui nous interpellent par leur beauté, leur horreur ou leur inquiétante étrangeté. Sans nourrir beaucoup d’illusion sur la capacité des photos à changer le monde, ils poursuivent, ils insistent, ils s’acharnent à inventer de nouvelles formes d’images qui nous surprennent et nous donnent à penser.
    4,90
  • Fisheye Magazine #38 - Édition numérique
    Fisheye Magazine #38 - Édition numérique
    Quickview

    Fisheye Magazine #38 – Édition numérique

    Mode, la nouvelle ère

    Depuis plus d’un siècle, les photographies imprimées sur papier glacé ne font pas seulement la chronique des tendances de la mode, elles reflètent aussi les changements culturels qui traversent la société. Faisant l’éloge du vêtement pour susciter le désir et encourager l’achat, l’histoire de la photographie de mode est marquée par nombre de révolutions déclenchées par des photographes, des directeurs artistiques ou des magazines. Autant de sismographes enregistrant les frémissements de chaque décennie. Simple marché de niche à son origine, cette photographie est devenue un acteur déterminant de la culture de consommation de masse. L’arrivée du numérique, avec ses outils accessibles et ses modes de diffusion élargis, a donné lieu à de nouvelles pratiques pour toute une génération d’auteurs. Ces derniers, plus libres et décomplexés que leurs aînés, laissent libre cours à leurs questionnements sur le genre, l’identité et à leurs univers personnels qu’ils expriment loin des règles convenues de la célébration du vêtement. Cette singularité et cette liberté de ton font l’intérêt de ces auteurs qui redessinent les contours de la photographie de mode aujourd’hui.
    3,00
  • Fisheye Magazine #38
    Fisheye Magazine #38
    Quickview

    Fisheye Magazine #38

    Mode, la nouvelle ère

    Depuis plus d’un siècle, les photographies imprimées sur papier glacé ne font pas seulement la chronique des tendances de la mode, elles reflètent aussi les changements culturels qui traversent la société. Faisant l’éloge du vêtement pour susciter le désir et encourager l’achat, l’histoire de la photographie de mode est marquée par nombre de révolutions déclenchées par des photographes, des directeurs artistiques ou des magazines. Autant de sismographes enregistrant les frémissements de chaque décennie. Simple marché de niche à son origine, cette photographie est devenue un acteur déterminant de la culture de consommation de masse. L’arrivée du numérique, avec ses outils accessibles et ses modes de diffusion élargis, a donné lieu à de nouvelles pratiques pour toute une génération d’auteurs. Ces derniers, plus libres et décomplexés que leurs aînés, laissent libre cours à leurs questionnements sur le genre, l’identité et à leurs univers personnels qu’ils expriment loin des règles convenues de la célébration du vêtement. Cette singularité et cette liberté de ton font l’intérêt de ces auteurs qui redessinent les contours de la photographie de mode aujourd’hui.
    4,90
  • Fisheye Magazine #37 - Édition numérique
    Fisheye Magazine #37 - Édition numérique
    Quickview

    Fisheye Magazine #37 – Édition numérique

    Le goût des auteurs : 10 coups de cœur de photographes

    Depuis six ans, les équipes de Fisheye défendent une politique des auteurs - une notion héritée du 7e art que critiques et réalisateurs de la Nouvelle Vague revendiquent haut et fort. Les photographes sont aussi des auteurs, et nous souhaitons leur rendre hommage une nouvelle fois dans un dossier exceptionnel de 60 pages qui fait la part belle à l'image. Les dix artistes que nous publions ici ont, pour la plupart, déjà trouvé leur place dans notre magazine, sur notre site Internet ou sur les murs de notre galerie. Nous continuons à suivre leur travail et à les soutenir, car ils sont la ligne de force de nos activités. Ce sont ces femmes et ces hommes qui, à travers leur regard, nous donnent une autre vision du monde. Ils sont la matière même de ces pages, et sans leur créativité et leur fidélité, nous ne serions pas là aujourd'hui.
    3,00
  • Fisheye Magazine #37
    Fisheye Magazine #37
    Quickview

    Fisheye Magazine #37

    Le goût des auteurs : 10 coups de cœur de photographes

    Depuis six ans, les équipes de Fisheye défendent une politique des auteurs - une notion héritée du 7e art que critiques et réalisateurs de la Nouvelle Vague revendiquent haut et fort. Les photographes sont aussi des auteurs, et nous souhaitons leur rendre hommage une nouvelle fois dans un dossier exceptionnel de 60 pages qui fait la part belle à l'image. Les dix artistes que nous publions ici ont, pour la plupart, déjà trouvé leur place dans notre magazine, sur notre site Internet ou sur les murs de notre galerie. Nous continuons à suivre leur travail et à les soutenir, car ils sont la ligne de force de nos activités. Ce sont ces femmes et ces hommes qui, à travers leur regard, nous donnent une autre vision du monde. Ils sont la matière même de ces pages, et sans leur créativité et leur fidélité, nous ne serions pas là aujourd'hui.
    4,90
  • Fisheye Magazine #36 - Édition numérique
    Fisheye Magazine #36 - Édition numérique
    Quickview

    Fisheye Magazine #36 – Édition numérique

    Le noir et blanc réinventé

    On le croyait obsolète, désuet, réservé aux nostalgiques… il n’en est rien ! Le retour de l’argentique, le goût pour les procédés anciens, le désir d’expressivité, le renouvellement d’un certain classicisme, ou son inscription dans des démarches contemporaines constituent autant de voies que les photographes défrichent pour réinventer le noir et blanc. Évanescent et puissant, épique et onirique, précis et vaporeux, le monochrome permet un large champ des possibles, du reportage à l’art en passant par la mode ou le portrait. Il aimante nos likes sur Instagram, et constitue la majorité des ventes dans les foires de photographie contemporaine majeures. Il permet de se concentrer sur l’essentiel et d’échapper à la distraction, souvent marketing, des couleurs. Le cadre, la lumière, le sujet, la matière. Surtout la matière. Le noir et blanc porte un substrat physique dans son essence même. Du sel d’argent au charbon, la profondeur des noirs nous subjugue toujours autant. En explorant ce thème rebattu, Fisheye n’a évidemment pas choisi une voie classique ou attendue. En réunissant des auteurs contemporains autour de leur pratique, nous avons dessiné une carte qui permet de naviguer dans ce monde à part.
    3,00
  • Fisheye Magazine #35 - Édition numérique
    Fisheye Magazine #35 - Édition numérique
    Quickview

    Fisheye Magazine #35 – Édition numérique

    Amérique latine, Révolution permanente

    Difficile de mettre dans le même sac les dix-huit pays qui constituent ce que l’on nomme « Amérique latine ». Cette appellation trouve son origine dans les langues parlées dans cette partie du Nouveau Monde : espagnol, portugais – et français, en comptant Haïti. Une vision postcoloniale qui est fortement remise en cause par toute une génération de photographes, comme le rappelle la partie historique de ce dossier. La création photographique contemporaine conserve en grande partie une dimension politique et sociale. Les photographes latino-américains témoignent avec force des différentes convulsions qui soulèvent leur continent depuis plusieurs années, et leurs productions s’incarnent fréquemment dans des éditions originales, comme le démontre notre enquête sur les fotolibros. Sans avoir la prétention d’être exhaustive sur un continent si vaste et des pratiques aussi diverses, l’équipe de Fisheye s’est mobilisée pour vous proposer une sélection de onze auteurs qui nous ont paru emblématiques de cette nouvelle génération d’artistes.
    3,00
  • Fisheye Magazine #34 - Édition numérique
    Fisheye Magazine #34 - Édition numérique
    Quickview

    Fisheye Magazine #34 – Édition numérique

    Correspondances, photographes & écrivains se répondent

    Pour réaliser ce dossier, nous avons sollicité de nombreux auteurs pour qu’ils nous livrent leur éclairage, leur regard et leurs mots sur ce jeu de miroir entre image et littérature. Les écrivains Arnaud Cathrine, Anne-Marie Garat, Christian Garcin et Dominique Fabre ont réagi chacun à leur manière devant une photo que nous leur avons proposée. De même que nous avons interrogé plusieurs photographes sur leur rapport à la littérature à partir de leurs images. Certains auteurs sont difficiles à classer tant leurs productions oscillent entre les deux écritures. Patrick Bard, photographe-écrivain-voyageur, nous explique ainsi comment l’œuvre de Nicolas Bouvier a nourri ses pratiques ; Amaury da Cunha nous propose, lui, un portfolio de ses nouvelles images mises en regard avec ses textes ; enfin Franck Courtès évoque comment son parcours de portraitiste a basculé du côté de l’écrit pour le conduire à publier plusieurs romans, dont La Dernière Photo en 2018.
    3,00
  • Fisheye Magazine #33 - Édition numérique
    Fisheye Magazine #33 - Édition numérique
    Quickview

    Fisheye Magazine #33 – Édition numérique

    Les femmes qui font la photo

    Existe-t-il un regard de femme ? Faut-il imposer des quotas pour compenser la sous-exposition des femmes photographes dans les manifestations culturelles, alors qu’elles sont majoritaires à la sortie des écoles photo. Doit-on mettre en place une discrimination positive ? Autant de questions auxquelles répondent une dizaine de femmes engagées dans le milieu de la photo aujourd’hui, en France. Elles sont curatrices indépendantes, galeristes, éditrice photo, responsable au ministère de la Culture… Leurs points de vue permettent d’aborder avec finesse des sujets qui traversent actuellement le milieu de la photographie, et qui seront développés lors de plusieurs tables rondes de Paris Photo, entre autres.
    3,00
  • Fisheye Magazine #33
    Fisheye Magazine #33
    Quickview

    Fisheye Magazine #33

    Les femmes qui font la photo

    Existe-t-il un regard de femme ? Faut-il imposer des quotas pour compenser la sous-exposition des femmes photographes dans les manifestations culturelles, alors qu’elles sont majoritaires à la sortie des écoles photo. Doit-on mettre en place une discrimination positive ? Autant de questions auxquelles répondent une dizaine de femmes engagées dans le milieu de la photo aujourd’hui, en France. Elles sont curatrices indépendantes, galeristes, éditrice photo, responsable au ministère de la Culture… Leurs points de vue permettent d’aborder avec finesse des sujets qui traversent actuellement le milieu de la photographie, et qui seront développés lors de plusieurs tables rondes de Paris Photo, entre autres.
    4,90
  • Fisheye Magazine #32 - Édition numérique
    Fisheye Magazine #32 - Édition numérique
    Quickview

    Fisheye Magazine #32 – Édition numérique

    Fake news, la fabrique du réel

    Le dossier de cette rentrée est consacré aux différentes manières de construire des images, et à leurs différents régimes de vérité. Avec, d’une part, les photos délibérément manipulées à des buts de propagande, et d’autre part, des travaux d’artistes qui empruntent les chemins de la mise en scène ou de la fiction pour révéler des réalités qui ne se laissent pas facilement approcher. Analyses et approches subjectives tentent de nous éclairer.
    3,00
  • Fisheye Magazine #31 - Édition numérique
    Fisheye Magazine #31 - Édition numérique
    Quickview

    Fisheye Magazine #31 – Édition numérique

    Dossier Rencontres d’Arles

    Pour ce dossier spécial de 30 pages sur le grand rendez-vous photo de l’été, nous avons sélectionné une quinzaine d’expositions, quelques pépites du off, sans oublier le festival de réalité virtuelle et la rétrospective de Delphine Diallo organisés par les équipes de Fisheye. Vous trouverez également quelques bonnes adresses pour grignoter entre deux expos ou prendre un verre : une belle occasion de célébrer le 5e anniversaire de votre magazine préféré !
    3,00
  • Fisheye Magazine #31
    Fisheye Magazine #31
    Quickview

    Fisheye Magazine #31

    Dossier Rencontres d’Arles

    Pour ce dossier spécial de 30 pages sur le grand rendez-vous photo de l’été, nous avons sélectionné une quinzaine d’expositions, quelques pépites du off, sans oublier le festival de réalité virtuelle et la rétrospective de Delphine Diallo organisés par les équipes de Fisheye. Vous trouverez également quelques bonnes adresses pour grignoter entre deux expos ou prendre un verre : une belle occasion de célébrer le 5e anniversaire de votre magazine préféré !
    4,90
  • Fisheye Magazine #30 - Édition numérique
    Fisheye Magazine #30 - Édition numérique
    Quickview

    Fisheye Magazine #30 – Édition numérique

    Photographie sociale, pratiques militantes

    Plus que des photojournalistes qui répondent aux commandes de la presse, les acteurs de la photographie sociale font de leur pratique un choix de vie, qui est aussi un choix politique. Avec de nouvelles écritures pour réveiller nos consciences. Une photographie d’engagement qui renouvelle les approches classiques du photoreportage pour faire bouger les lignes. Les auteurs présentés dans ce dossier nous proposent de regarder ce qu’on ne voit pas, ce qu’on ne veut pas voir, ce qu’on ne peut plus voir.
    3,00
  • Fisheye Magazine #30
    Fisheye Magazine #30
    Quickview

    Fisheye Magazine #30

    Photographie sociale, pratiques militantes

    Plus que des photojournalistes qui répondent aux commandes de la presse, les acteurs de la photographie sociale font de leur pratique un choix de vie, qui est aussi un choix politique. Avec de nouvelles écritures pour réveiller nos consciences. Une photographie d’engagement qui renouvelle les approches classiques du photoreportage pour faire bouger les lignes. Les auteurs présentés dans ce dossier nous proposent de regarder ce qu’on ne voit pas, ce qu’on ne veut pas voir, ce qu’on ne peut plus voir.
    4,90
  • Fisheye Magazine #29 - Édition numérique
    Fisheye Magazine #29 - Édition numérique
    Quickview

    Fisheye Magazine #29 – Édition numérique

    Corps en liberté

    Les photographes ont toujours eu affaire au corps. Le leur, comme celui des personnes qui passent devant leur objectif. La représentation qu’en font les auteurs publiés dans ce dossier – corps sauvage, modèle ou politique – ne fait qu’élargir le champ des libertés. Liberté d’en disposer, liberté de le préserver, liberté d’en faire un territoire de pensée, liberté de ne pas répondre aux diktats de la société, ou liberté de l’afficher à la face du monde.
    3,00
  • Fisheye Magazine #28 - Édition numérique
    Fisheye Magazine #28 - Édition numérique
    Quickview

    Fisheye Magazine #28 – Édition numérique

    Chine en transition

    C’est à une véritable exploration que vous invite notre dossier consacré à la création photographique en Chine. En plus d’un reportage qui nous a entraînés à Lianzhou pour découvrir le premier musée public de photographie, à Xiamen pour la seconde édition du Jimei x Arles International Photo Festival, et à Hong Kong pour visiter les nouvelles galeries, vous trouverez de nombreux portfolios et analyses pour comprendre les raisons de cette effervescence. Les photographes chinois témoignent des mutations de leur pays à travers leurs regards et leurs expérimentations, utilisant tour à tour l’image documentaire, la mise en scène, la performance, l’image vernaculaire, la vidéo ou les mondes virtuels.
    3,00
  • Fisheye Magazine #28
    Fisheye Magazine #28
    Quickview

    Fisheye Magazine #28

    Chine en transition

    C’est à une véritable exploration que vous invite notre dossier consacré à la création photographique en Chine. En plus d’un reportage qui nous a entraînés à Lianzhou pour découvrir le premier musée public de photographie, à Xiamen pour la seconde édition du Jimei x Arles International Photo Festival, et à Hong Kong pour visiter les nouvelles galeries, vous trouverez de nombreux portfolios et analyses pour comprendre les raisons de cette effervescence. Les photographes chinois témoignent des mutations de leur pays à travers leurs regards et leurs expérimentations, utilisant tour à tour l’image documentaire, la mise en scène, la performance, l’image vernaculaire, la vidéo ou les mondes virtuels.
    4,90
  • Fisheye Magazine #27 - Édition numérique
    Fisheye Magazine #27 - Édition numérique
    Quickview

    Fisheye Magazine #27 – Édition numérique

    Édition, une nouvelle génération tourne la page

    Le monde de l’édition photo est en plein bouleversement. Une nouvelle génération d’éditeurs indépendants bouscule les habitudes. Privilégiant la production de livres-objets confectionnés avec des graphistes inventifs, ils renouent avec une audace éditoriale qu’on croyait disparue. Ces nouveaux acteurs prennent acte des difficultés du marché et mettent à profit les nouveaux outils de fabrication et de diffusion pour développer des ouvrages créatifs où s’inventent les écritures de demain. Plongée dans ce laboratoire de la photographie au travers d’une dizaine d’éditeurs de cette nouvelle vague.
    3,00
  • Fisheye Magazine #27
    Fisheye Magazine #27
    Quickview

    Fisheye Magazine #27

    Édition, une nouvelle génération tourne la page

    Le monde de l’édition photo est en plein bouleversement. Une nouvelle génération d’éditeurs indépendants bouscule les habitudes. Privilégiant la production de livres-objets confectionnés avec des graphistes inventifs, ils renouent avec une audace éditoriale qu’on croyait disparue. Ces nouveaux acteurs prennent acte des difficultés du marché et mettent à profit les nouveaux outils de fabrication et de diffusion pour développer des ouvrages créatifs où s’inventent les écritures de demain. Plongée dans ce laboratoire de la photographie au travers d’une dizaine d’éditeurs de cette nouvelle vague.
    4,90
  • Fisheye Magazine #26 - Édition numérique
    Fisheye Magazine #26 - Édition numérique
    Quickview

    Fisheye Magazine #26 – Édition numérique

    Photographie & Architecture, nouvelles perspectives

    Les architectes se rêvent photographes et inversement. Chacun se regarde avec envie et les collaborations donnent souvent des projets assez fusionnels. Le destin du premier et celui du huitième art se croisent aussi sur la montée en puissance de la notion de collectif, bousculant l’image de l’individu créateur qui régnait jusque-là en maître. Utilisation de la lumière, patrimoine, mémoire commune : les points de rapprochement se déclinent à l’infini entre ces deux cousins. Un dossier à grignoter sans modération dans lequel pourraient se cacher, entre les lignes, images 3D et maquettes.
    3,00
  • Fisheye Magazine #26
    Fisheye Magazine #26
    Quickview

    Fisheye Magazine #26

    Photographie & Architecture, nouvelles perspectives

    Les architectes se rêvent photographes et inversement. Chacun se regarde avec envie et les collaborations donnent souvent des projets assez fusionnels. Le destin du premier et celui du huitième art se croisent aussi sur la montée en puissance de la notion de collectif, bousculant l’image de l’individu créateur qui régnait jusque-là en maître. Utilisation de la lumière, patrimoine, mémoire commune : les points de rapprochement se déclinent à l’infini entre ces deux cousins. Un dossier à grignoter sans modération dans lequel pourraient se cacher, entre les lignes, images 3D et maquettes.
    4,90
  • Fisheye Magazine #25 - Édition numérique
    Fisheye Magazine #25 - Édition numérique
    Quickview

    Fisheye Magazine #25 – Édition numérique

    Spécial Arles - Faites de belles rencontres

    Pour le 4e anniversaire de Fisheye, la rédaction vous a mijoté un numéro généreux de 140 pages avec un dossier sur les Rencontres d’Arles qui fait le point sur les expositions à ne pas manquer : que ce soient les points forts sur la Colombie et l’Iran, le programme de la Fisheye Gallery qui prend ses quartiers d’été dans le Sud, ou encore le VR Arles Festival qui passe à la vitesse supérieure avec une vingtaine de films diffusés pendant deux mois. Vous y trouverez aussi l’étonnante histoire d’Isabelle Mège, la femme aux 140 portraits ; un portfolio sur Generation Wealth de Lauren Greenfield, une enquête de vingt-cinq ans sur la société consumériste ; la politique en mode paillettes par l’agence Myop ; le dernier travail de Valérie Belin ; ou encore le portrait d’Agnès b. à l’occasion de la présentation de sa collection photo à Avignon. Sans oublier nos pages jeux, musique, labo, vidéo, Tumblr… entre autres.
    3,00
  • Fisheye Magazine #25
    Fisheye Magazine #25
    Quickview

    Fisheye Magazine #25

    Spécial Arles - Faites de belles rencontres

    Pour le 4e anniversaire de Fisheye, la rédaction vous a mijoté un numéro généreux de 140 pages avec un dossier sur les Rencontres d’Arles qui fait le point sur les expositions à ne pas manquer : que ce soient les points forts sur la Colombie et l’Iran, le programme de la Fisheye Gallery qui prend ses quartiers d’été dans le Sud, ou encore le VR Arles Festival qui passe à la vitesse supérieure avec une vingtaine de films diffusés pendant deux mois. Vous y trouverez aussi l’étonnante histoire d’Isabelle Mège, la femme aux 140 portraits ; un portfolio sur Generation Wealth de Lauren Greenfield, une enquête de vingt-cinq ans sur la société consumériste ; la politique en mode paillettes par l’agence Myop ; le dernier travail de Valérie Belin ; ou encore le portrait d’Agnès b. à l’occasion de la présentation de sa collection photo à Avignon. Sans oublier nos pages jeux, musique, labo, vidéo, Tumblr… entre autres.
    4,90
  • Fisheye Magazine #24
    Fisheye Magazine #24
    Quickview

    Fisheye Magazine #24

    Bestiaire moderne

    Fisheye est un magazine de société qui traite du monde à travers le regard des photographes, et il nous a semblé évident que les auteurs engagés dans la représentation des bêtes avaient des choses nouvelles à nous raconter. Avec des images qui parlent avant tout de nous, les humains, et de la manière dont nous projetons sur les animaux nos peurs, nos faiblesses et nos organisations sociales. Dénicher les auteurs autour du globe a été un délice, une vraie chasse au trésor qui nous a permis de trouver de jolies pépites, drôles, bouleversantes ou inspirantes. La photographie animalière contemporaine nous livre des points de vue assumés, porteurs de messages forts, à l’image de William Wegman, qui signe la couverture de ce numéro. Cette 24e édition de Fisheye s’est invitée au pays du Soleil levant pour voir ce qui se passait du côté de Kyotographie, le nouveau festival qui monte, avant d’explorer les offres photographiques des Pays-Bas, aussi généreuses que variées. Puis c’est en Suède, dans la banlieue de Malmö, que nous a entraînés Martin Bogren avec ses Tractor Boys, nous offrant grâce à ses images charbonneuses une virée étourdissante dans le monde des ados. Mais nous n’avons pas négligé l’Hexagone, en passant du côté de La Gacilly, en Bretagne, pour découvrir les talents émergents, ou encore à Vichy, où l’agence Modds expose sa French touch au festival Portrait(s). Ce numéro vous entraîne encore sur d’autres territoires : Adobe prépare une révolution qui devrait recomposer le paysage en profondeur ; certaines municipalités déploient leur arsenal anti-SDF que répertorie en images le collectif Survival Group… Mais heureusement, Guerlain nous apporte une touche de poésie avec les photos de Sarah Moon, Alice Springs et Dolorès Marat qui posent leur regard sur les femmes…
    4,90
  • Fisheye Magazine #23
    Fisheye Magazine #23
    Quickview

    Fisheye Magazine #23

    Mois de la photo, le pari du Grand Paris

    Le nouveau Mois de la photo joue l’ouverture et la curiosité. Au-delà des lieux institutionnels et des galeries spécialisées qui balisent d’habitude l’événement, cette édition s’aventure dans des lieux moins connus de la banlieue parisienne avec une programmation éclectique et pas moins d’une centaine d’expositions. Les organisateurs ne produisent pas, ils fédèrent, galvanisent, mettent en lumière et tentent une aventure collective. Dans ces arcanes, nous sommes partis en quête de sens pour vous proposer notre lecture. Sommes-nous objectifs ? Certainement pas, et c’est cela que nous vous proposons : une lecture du monde, un point de vue à travers la photographie. Nous sommes allés voir du côté de la photo amateur et des expositions participatives : Le Grand Paris vu de nos fenêtres et L’Histoire est à Noue. Nous nous sommes intéressés aux expositions thématiques qui nous racontent notre histoire : Autophoto et L’Esprit français, 1969-1989, entre autres. Et nous sommes partis à la découverte des travaux d’étudiants, ces chercheurs qui questionnent la photographie dans leurs « laboratoires ». On vous a aussi préparé une sélection d’une vingtaine d’expos à ne pas rater. Dans ce numéro, vous trouverez également un focus sur l’Inde qui explore les manifestations photo du sous-continent. Vous partirez en mode roman-photo dans des villes tenues par le FN, avant de vous aventurer sur la dernière route de Jack Kerouac, de faire un crochet en Haute-Volta, puis de visiter Le Royaume de Stéphane Lavoué, nouvelle exposition de la Fisheye Gallery (du 30 mars au 6 mai 2017).
    4,90
  • Fisheye Magazine #22
    Fisheye Magazine #22
    Quickview

    Fisheye Magazine #22

    Photographes et politiques : Jeux de pouvoir

    2017 sera une année politique intense, entre l’élection d’un nouveau président de la République en mai prochain et celle de l’Assemblée nationale en juin. Une belle occasion pour examiner les relations entre photographes et hommes politiques qui s’affrontent régulièrement sur les questions de pouvoir de l’image et de l’image du pouvoir. Les regards d’une douzaine d’auteurs nous ont servi de guides dans cette enquête et nous ont conduits dans des rédactions, print et web, et sur les réseaux sociaux. Une façon de décrypter comment, de l’information à la propagande, les images tentent de prendre le pouvoir sur nos consciences. Ce numéro s’arrête aussi sur la nouvelle édition de Circulation(s), sur un voyage à Lianzhou, en Chine, pays de tous les possibles photographiques, à La Nouvelle-Orléans de nuit et dans les boîtes de nuit de jour. Vous descendrez également dans les entrailles de la Terre avec Raphaël Dallaporta pour (re)visiter la grotte Chauvet d’une manière surprenante. Vous passerez par Haïti afin de découvrir le Kolektif 2 Dimansyon, puis le regard décalé de Corentin Fohlen présenté à la Fisheye Gallery, à partir du 18 janvier. Vous vous rendrez à Flint, dans le Michigan, faire connaissance avec Claressa « T-Rex », une jeune femme qui s’en sort à la force de ses poings, et qui vient de décrocher son second titre olympique de boxe aux JO de Rio.
    4,90
  • Fisheye Magazine #21
    Fisheye Magazine #21
    Quickview

    Fisheye Magazine #21

    L’Afrique révélée par elle-même

    Cela faisait un moment que nous tournions autour de la photographie africaine sans vraiment arriver à trouver le bon angle. Évidemment, depuis la création de Fisheye, nous avons réalisé de nombreux articles sur le sujet, mais cela nous semblait mériter davantage. La créativité, l’énergie et le talent des photographes africains sont une évidence. Au-delà des pères fondateurs, notamment maliens ou sud-africains, c’est toute une nouvelle génération qui affiche son style, son point de vue et ses aspirations dans une impulsion globale qui célèbre les multiples influences du continent. Avec ce dossier, nous avons essayé de partager notre regard sur ce mouvement de fond sans chercher à être encyclopédique. Dans ce numéro 21 à la pagination augmentée (148 pages), vous trouverez aussi un focus sur la photographie polonaise, un reportage sur le festival de Valparaiso, plusieurs portfolios, de l’adolescence vue par Steeve Iuncker à la situation en Syrie vue par quatre artistes syriens. Sans oublier toutes nos rubriques habituelles : musique, vidéo, expos, livres, politique, éducation… auxquelles s’ajoute une nouvelle page « cuisine ».
    4,90
  • Fisheye Magazine #20
    Fisheye Magazine #20
    Quickview

    Fisheye Magazine #20

    Photographie documentaire : En avant les histoires

    Ce 20e numéro de Fisheye vous propose un dossier sur la photographie documentaire, un genre qui s’intercale entre photojournalisme et fine art, avec une histoire et des écritures en mouvement. Une appellation aujourd’hui très présente, que l’on retrouve à l’affiche de festivals et de galeries. Fisheye tente de faire la lumière sur ce pan de la photographie en donnant la parole à des auteurs, des critiques et des curateurs, et en allant voir ce qui se trame sur les réseaux sociaux. Cette 20e édition vous entraînera aussi dans un panorama de la Belgique photographique, pour un focus sur ce petit pays aux grands talents. Vous irez également en Suisse jeter un œil du côté du festival Images Vevey, avant de vous rendre à Hong Kong à la découverte des images de la nouvelle génération présentées aux Photaumnales, et de faire un détour par la Chine pour une relecture de la Révolution culturelle. Enfin, vous pourrez replonger dans le Paris underground des années 1980, faire un crochet par les quartiers de la région parisienne à la rencontre des nouveaux entrepreneurs, ou vous laisser éblouir par L’Indifférence des étoiles, le portfolio découverte de Julien Mauve. Ce numéro de rentrée marque aussi l’ouverture de la Fisheye Gallery. Un espace dédié aux auteurs contemporains porteurs d’un univers personnel fort. Le très bon accueil que vous nous avez réservé à Arles cet été, avec des milliers de visiteurs et plusieurs dizaines de tirages vendus, nous pousse à continuer cette expérimentation qui vient compléter notre magazine. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous suivre sur les réseaux sociaux, sur notre site, en kiosque ou par abonnement, et nous espérons que cet engouement se matérialisera aussi à la Fisheye Gallery de Paris qui ouvrira ses portes le 29 septembre.
    4,90
  • Fisheye Magazine #19
    Fisheye Magazine #19
    Quickview

    Fisheye Magazine #19

    Spécial Rencontres d'Arles

    Pour les trois ans du magazine, l’équipe de Fisheye a décidé de la jouer arlésienne. Pas dans l’idée de vous faire faux bond, bien au contraire. Les Rencontres d’Arles sont chaque année un rendez-vous privilégié pour observer les tendances de la photographie contemporaine, ce qui est aussi une de nos ambitions. On vous a donc concocté un dossier sur ces Rencontres particulières pour vous guider dans une sélection d’expositions sérieuses, rafraîchissantes, colorées, déroutantes ou mystérieuses. Vous pourrez vous plonger dans l’univers des monstres et des extraterrestres, faire un détour par une Afrique pop, vous balader dans l’histoire de la street photography, vous payer une séance de western camarguais, vous interroger sur les nouvelles approches documentaires, succomber au charme des photos vernaculaires, ou découvrir des photographes émergents. Vous retrouverez aussi vos rubriques pour décrypter le monde qui nous entoure, des élections américaines aux questions du harcèlement, en passant par les nouvelles images d’actualité, les courses de drones, les photos de sport ou de musique, sans oublier les portfolios qui donnent la priorité aux images d’auteur. Arles est aussi (d’abord ?) un rendez-vous festif, avec ses projections, ses animations, et ses rencontres, évidemment… L’occasion de se retrouver au sein de notre Fisheye Gallery qui prend ses quartiers d’été au Magasin de jouets du 4 juillet au 15 septembre, dans l’ancienne cité romaine convertie depuis bientôt un demi-siècle à la photographie.
    4,90
  • Fisheye Magazine #18
    Fisheye Magazine #18
    Quickview

    Fisheye Magazine #18

    La slow photo donne le tempo

    Le temps demeure, dans sa complexité, l’acteur central de la photographie. Il impacte directement la lumière, l’exposition et le rendu final. Dans ce nouveau numéro, nous avons voulu interroger les pratiques de la slow photography, un mouvement aux contours mal définis né en opposition à l’instantanéité, la fulgurance, le partage immédiat et l’ubiquité totale. Des pratiques qui mettent en avant l’expérience photographique, la matérialité des supports et s’attachent à enregistrer des durées plus que des instants. Avec des photographes privilégiant la photo argentique, la chambre grand format, le sténopé, le Polaroid ou les procédés anciens comme l’ambrotype ou les tirages Fresson. À l’aube de ses trois ans, Fisheye grandit vite et, comme nous vous l’annoncions, nous inaugurons la Fisheye Gallery en juin, dans le 10e arrondissement de Paris. Un espace pour présenter des regards, des auteurs, des gens en qui l’on croit depuis longtemps. Une nouvelle aventure qui prolongera la mise en avant des photographes de l’édition papier, de notre site Internet et des réseaux sociaux. Nous vous préparons de nouvelles surprises pour le numéro d’été qui sera résolument placé sous le signe des Rencontres…
    4,90
  • Fisheye Magazine #17
    Fisheye Magazine #17
    Quickview

    Fisheye Magazine #17

    Les photos de famille nous racontent des histoires

    Les photos de famille occupent une place singulière parmi les images qui nous entourent. Elles explorent la question de l’intime, de la représentation du bonheur, du rapport à nos proches, des traces qu’on nous laisse et de celles que l’on veut transmettre. Elles sont comme des concentrés d’émotion qui nous font osciller entre joie et mélancolie. Des généalogistes aux collectionneurs, elles s’invitent dans nos vies au-delà des albums traditionnels. Photographes, cinéastes, écrivains, gens de théâtre… les artistes ne sont pas en reste pour interroger ces images de notre intimité et développer les histoires qu’elles recèlent. Si les photos de famille et leurs usages ont évolué avec les mutations de la société, leur relation au document s’estompe au profit de fictions qui explorent nos réalités. Comme le démontre la quinzaine de photographes qui nous livrent leurs histoires, entre réalités et fictions, de Vik Muniz à Carolle Benitah, en passant par Alain Keler ou Louise Narbo. Ce numéro vous entraînera de l’autre côté de l’Atlantique pour découvrir la nouvelle scène new-yorkaise, et fera un crochet par le centre Pompidou qui met à l’honneur la photographie des années 1980. Vous pourrez aussi découvrir différents travaux : celui du duo Epectase qui interroge le politique via sa résidence à Corbeil-Essonnes, dans le cadre de L’Œil urbain ; la nouvelle série de Shane Lynam sur les stations balnéaires construites dans les années 1960 entre Montpellier et Perpignan, présentée au festival Circulation(s) ; sans oublier un portfolio d’Amaury da Cunha, photographe, critique et écrivain, qui nous éclaire sur son travail en répondant aux questions de son ancien professeur, Arnaud Claass.
    4,90
  • Fisheye Magazine #16
    Fisheye Magazine #16
    Quickview

    Fisheye Magazine #16

    L'image automatisée, les auteurs s'emparent des machines

    Les images qui sont réalisées sans aucune intention humaine se développent et prolifèrent autour de nous. Photomatons, caméras de surveillance, satellites, drones… Si ces images pouvaient laisser croire de prime abord à la disparition des auteurs, ceux-ci retournent le paradoxe en se servant d’elles comme matériau pour retrouver leur autorité. Le développement des techniques est toujours un révélateur des préoccupations d’une société et de son inconscient technologique, et ces nouvelles photographies nous racontent quelque chose de notre époque. Nous posons donc la question de ces images sans auteur. Qu’apportent-elles ? Que racontent-elles ? Quels sont leurs usages ? Comment les artistes en reprennent-ils possession ? Le sujet est vaste et touche aux frontières de la liberté. Avec cette masse de photos, la réflexion se pose désormais sur leur analyse et leur exploitation dans cet ensemble « merveilleux » qu’est le Big Data. Chaque image automatisée contribue à un système pour le moins discutable, et que pourtant personne ne réfute. En tant que magazine de société sur l’image, nous nous devions d’ouvrir le débat. Dans ce numéro, vous trouverez aussi un reportage sur la photothérapie, une enquête sur la photographie en Chine, un portrait d’Eileen Gittins, la fondatrice de Blurb, et bien sûr des portfolios comme celui de Géraldine Millo sur les jeunes en formation, ou encore celui d’Estelle Hanania qui met en scène de drôles de personnages conjurant les mauvais esprits de l’hiver. Avec aussi le regard de David Burnett sur le sport, et bien d’autres choses encore…
    4,90
  • Fisheye Magazine #15
    Fisheye Magazine #15
    Quickview

    Fisheye Magazine #15

    Collections : portes ouvertes

    Évidemment, cela devait bien nous arriver. Plus de deux ans à s’interroger sur la photo, il fallait forcément que l’on tombe sur le sujet de la collection. Pour choisir nos dossiers, nous mettons tous les thèmes qui nous passent par la tête sur des petits bouts de papier dans un bocal, on mélange et on demande au plus jeune de tirer au sort. On cherchait bien à l’éviter, la collection, mais là, on n’a pas eu le choix, il ne restait plus que celui-là. Il a fallu s’y coller. On a commencé par ceux qu’on aime bien, les auteurs, ces photographes qui ont des choses à exprimer à travers leurs images. Ils ont souvent une place de choix dans les collections privées ou publiques, comme celles de la Maison européenne de la photographie ou du Fonds national d’art contemporain qui nous ont ouvert grand leurs portes. Et puis, nous nous sommes frottés aux collectionneurs avant de nous attaquer au ressort psychologique de la chose. Mais la vraie problématique de la collection est celle du sens. Quelle signification donnons-nous à une collection, en tant que propriétaire ou spectateur ? Est-ce un acte artistique ou mercantile de collectionner ? Finalement, elle n’était pas si mal, cette thématique. Même très chouette, en fait. Mais on va devoir remettre des papiers dans le bocal. Dans ce numéro automnal, nous avons essayé de sortir des petites pépites, comme le travail incroyable (si, si, vraiment) de Stephan Vanfleteren sur Charleroi ou les reportages au long cours d’Olivier Jobard et de Samuel Gratacap sur les phénomènes migratoires commencés depuis de nombreuses années. Nous avons aussi prévu des papiers de fond, comme celui sur la photographie arabe, et des portfolios très poétiques tels celui de Juliette-Andrea Elie ou celui de la Sud-Coréenne Mi-Yeon.
    4,90
  • Fisheye Magazine #14
    Fisheye Magazine #14
    Quickview

    Fisheye Magazine #14

    Les photographes se la jouent collectif

    Pour ce numéro de rentrée, nous nous sommes interrogés sur le travail collaboratif dans la photo. Face au mythe du photographe en loup solitaire, il fallait mettre en lumière les initiatives de plus en plus nombreuses qui voient les œuvres s’élaborer au sein d’une réflexion mutuelle où chacun s’enrichit plus qu’il ne se vampirise. Notre dossier montre la multitude des points de vue et la capacité à faire passer les ego derrière la réalisation commune. Fisheye a mené l’enquête en France et à l’étranger en interrogeant des photographes qui nous racontent leur parcours. Et en découvrant des expériences qui, comme autant de laboratoires, cherchent des solutions pour continuer à inventer ce que la photographie permet d’explorer. Embarquement pour le Cambodge, le Nigeria, le Royaume-Uni, la République du Congo, la Pologne, le Canada, l’Angola, l’Argentine, sans oublier la France, pour une virée chez des photographes qui ont décidé de jouer collectif. Du Mois de la photo à Montréal qui s’interroge sur la condition post-photographique avec Joan Fontcuberta, aux Photaumnales qui revisitent les procédés anciens, en passant par un panorama sur la photographie suisse, la nouvelle édition de Photoquai, la saga de Hara-Kiri à Charlie Hebdo, la plongée dans les archives de Peter Menzel à l’émergence d’Internet, ou encore la polémique sur les photos du Débarquement de Robert Capa, ce nouveau numéro de Fisheye devrait chatouiller votre curiosité.
    4,90
  • Fisheye Magazine #13
    Fisheye Magazine #13
    Quickview

    Fisheye Magazine #13

    2 ans d'aventures photographiques

    Fisheye a deux ans. Deux ans d’aventures intenses qui mêlent photo, auteurs, enjeux de société, tendances, artistes et chemins de traverse. Deux ans pour mener ce projet un peu fou : réinventer le magazine photo avec des aspirations qui vont de l’argentique aux réseaux sociaux, du photojournalisme à la photo plasticienne, et qui n’oublient pas l’imprévu, la joie et les nouvelles pratiques. Pour cette 13e édition anniversaire, nous avons voulu donner plus de place au foisonnement de la création photographique en y consacrant notre dossier. Tenter de rendre compte de cette diversité en une vingtaine de pages aurait été un pari insensé. Établir un classement des dix meilleurs photographes à suivre, une illusion. C’est pourquoi nous avons préféré laisser s’exprimer les choix de l’équipe de Fisheye pour vous présenter, en toute partialité, une dizaine de photographes comme autant de partis pris assumés par chacun. Et comme en écho au premier numéro qui proposait le portrait d’une nouvelle génération à travers une vingtaine d’auteurs français, les photographes que nous vous montrons aujourd’hui ont été choisis en dehors de l’Hexagone. Vous trouverez aussi dans ce numéro 13 nos rubriques habituelles, avec le portrait de Jean-Luc Monterosso, un road trip dans les pas de Meffre et Marchand en Pologne, un reportage à Srebrenica, une sujet sur les nouvelles têtes du FN, ou encore une enquête sur les paradis fiscaux par Paolo Woods et Gabriele Galimberti, qui sera également exposée aux Rencontres d’Arles.
    4,90
  • Fisheye Magazine #12
    Fisheye Magazine #12
    Quickview

    Fisheye Magazine #12

    W€b 3.0, piège ou eldorado pour la photo ?

    Déjà le 12e numéro de Fisheye présent en kiosque, en librairie et très bientôt disponible sur tablette (version iPad). À la veille de son deuxième anniversaire, Fisheye garde pour boussole la curiosité à décrypter le monde à travers la photographie, et réciproquement, comme le laisse transparaître le sommaire de cette édition. De la résistance de l’argentique aux tentatives de monétisation de la photo par les réseaux sociaux – avec notre dossier Web 3.0 –, l’œil de Fisheye reste curieux. Il regarde du côté du porno et de la 3D, des reconfigurations du journalisme par la culture du lol, s’intéresse au graphisme, au renouveau de la photo en Angleterre, à la France vue d’ici – un projet documentaire conduit par ImageSingulières et Médiapart. Il fait un détour du côté de Bruxelles pour découvrir un nouveau lieu consacré à la photographie, écoute l’Observatoire de la liberté de création parler de la progression de la censure depuis les attentats à Charlie Hebdo, décrypte comment les photos de 1914-1918 et de la Shoah modifient notre perception de l’histoire sur la Toile. Fisheye prend également un grand bol d’air avec le portfolio de Massimo Siragusa sur ses Théâtres à l’italienne, exposés à La Gacilly, et celui de Philippe Grollier sur les Bonfires en Irlande du Nord. Les Tumblr des lecteurs sont toujours là, comme tous les autres rendez-vous : les expos, les livres, le labo, l’art vidéo, les projets Web et toutes les chroniques.
    4,90
  • Rupture de stock
    Fisheye Magazine #11
    Fisheye Magazine #11
    4,90
    Quickview

    Fisheye Magazine #11

    (Auto)censure, l'art victime de la peur

    Au sommaire de cette 11e livraison de Fisheye, on trouve un dossier d’une vingtaine de pages sur la nuit, largement illustré par des travaux de photographes contemporains qui parlent de leur démarche nocturne. En contrepoint, une courte ébauche d’une histoire de la photographie de nuit vient mettre en perspective ces approches. On trouvera aussi le portrait d’un jeune photographe de 24 ans, Raphaël Yaghobzadeh, symbole d’une génération qui s’interroge sur le photojournalisme ; un reportage sur l’origine et le fonctionnement du mouvement Everyday Egypt sur Instagram ; un portfolio inédit de Luc Choquer sur les femmes à Istanbul ; une enquête sur les pressions qui ont conduit à plusieurs décrochages d’œuvres, ces dernières semaines ; plusieurs pages sur les nouveaux services offerts aux photographes ; une incursion dans le service photo de l’Élysée ; un reportage de Grégoire Korganow sur les prisons françaises ; un bilan du Festival de la mode et de la photographie à Hyères à l’occasion de sa 30e édition ; un portfolio inédit d’images d’architecture de Matthias Heiderich ; et même une petite virée chez un poissonnier qui expose des photos au-dessus de ses sardines. Et, bien sûr, toutes les autres rubriques : Tumblr des lecteurs, Art vidéo, Métier, Projet Web, Expositions, Livres, Caméra test, Atelier photo, Éducation, Chroniques… Bref, de quoi envisager l’arrivée du printemps avec le sourire.
    4,90
    4,90
  • Fisheye Magazine #6
    Fisheye Magazine #6
    Quickview

    Fisheye Magazine #6

    Sport, au-delà des clichés

    Fisheye se met aux couleurs du sport pour son 6e numéro. Nous sommes partis en quête de l’image Panini de l’attaquant anglais Robbie Fowler ou explorer le regard d’Olivier Cablat sur ces fameuses vignettes. Neil Leifer, photographe de Sports Illustrated, nous compte une photo mythique de Mohamed Ali dans un combat dont nous savons désormais qu’il était truqué. Nous avons même suivi une saison de base-ball pendant un an. Le sujet ne sera jamais épuisé, tant le sport et la photo sont générateurs d’histoires en perpétuel renouvellement. Un stade, un court, une piscine, un terrain de basket, quels meilleurs décors pour figer la légende ? Échauffez-vous, le coup d’envoi de ce nouveau Fisheye est donné. Dans ce numéro, nous partons aussi à la découverte de la nouvelle scène photo en Inde. Nous décryptons le féminisme pop des Femen. Et nous confions le test à un judoka et le portfolio aux lignes de fuite d’un grand reporter.
    4,90

Suivez l'actualité Fisheye