fbpx

Boutique

Filtres

Showing 25–48 of 208 results

Departments

Price Filter

25-48 of 208 products

  • Quickview

    Julie Cockburn – Stickybeak

    "Stickybeak" est la première monographie complète de Julie Cockburn. Le livre coïncide avec l'exposition personnelle de Cockburn "Telling it slant" à la Flowers Gallery de Londres, au Royaume-Uni (12 septembre-2 novembre 2019) Nous sommes tous, dans une certaine mesure, des becs gluants. Beaucoup de mes héros et héroïnes fictifs passent leur temps à enquêter ou, à tout le moins, à fouiner dans les affaires des autres : Mlle Marple, le lieutenant Columbo, Margo Leadbetter. Il y a même des histoires d'espionnage dans l'histoire pas si lointaine de ma famille. Quiconque possède un compte sur les médias sociaux se livre à une petite mise en scène - c'est dans la nature humaine d'être curieux. Les travaux présentés dans ce livre ont été réalisés sur une période de douze ans, certaines expériences ponctuelles, d'autres faisant partie de séries en cours que j'ajoute au fil du temps. Chaque pièce a commencé par la recherche de l'image parfaite, en me fixant des paramètres vaguement rigoureux. J'ai sélectionné des cartes postales usagées, de vieilles photographies, des ex-libris de renard et mes propres dessins d'enfance. Et chacun de ces enfants trouvés avait une histoire différente, une histoire inconnue ou oubliée à raconter. En se soumettant à mes interventions, ils se sont transformés d'orphelins silencieux, redondants, en objets matériels au battement de cœur régénéré. Je vois ce livre comme une continuation de ce processus. Les éditeurs ont fouillé dans les centaines d'images de mes archives de la même manière que je fouille dans les pages des marchés en ligne ou les tables mélangées des salons du coffre automobile. Mes broderies à la main et mes collages complexes sont ici légèrement modifiés, la séquence des images faisant allusion à un récit doux et humoristique. Nous le lirons tous différemment, en nous arrêtant sur les pièces qui nous parlent le plus fort, dans notre langue préférée. Mais en gros, cette sélection restreinte, notre jeu de conséquences choisi, examine la façon dont nous nous voyons nous-mêmes et dont nous nous voyons les uns les autres, ainsi que l'ambiguïté de la vie à plusieurs niveaux. Julie Cockburn
    40,00
  • 36,00300,00
    Quickview

    Thomas Klotz – EVE, la montagne et la jeune fille

    Disponible avec une édition de tête en exclusivité pour Fisheye, limitée à 20 exemplaires sous coffret est accompagnée d’un tirage photographique 18 x 24 cm numéroté et signé. Le récit de Thomas Klotz relève du montage, d’une  juxtaposition savamment ponctuée, ces photos racontent une histoire, celle que j’y vois: un conte mêlant une montagne et une jeune fille. Sortie des eaux, on lui colle un vêtement, dans l’air encore chaud de la douceur du soir qui l’enveloppe encore quelques minutes. Son premier regard est absorbé par ce monde plus grand que soi. Une ascension se prépare. Il va peut-être y faire plus froid. Toutes ces choses nouvelles qu’il faut gagner et celles qu’il faut laisser. Si vite. Mais il n’y a pas de manuel pour cela ? Son regard interroge l’objectif, et derrière lui, son père. Le père. Quelle est la direction ? Il n’y a rien d’écrit au tableau ? Un code couleur ? Quelle pancarte à suivre ? Faut-il faire ce que l’on nous dit ? Est-ce que c’est par là qu’il faut monter ? Elle se livre : perdue.  Dans la surprise et l’éclat. Perdue dans les espaces. Les manteaux, les cartables dans la nuit. Son regard me bouleverse, elle ressent tout, elle ne se cache pas, et ne ment pas. Son expression est puissante, elle ne pose pas. Pas de rapport de force, elle nous désarme dans sa durée calme. Statique, il a de l’élan et touche au plus profond de celui qui le soutient. Il a la durée d’un monologue face caméra, mais au-delà des mots. Le volant mal mis d’une robe comme un bonbon berlingot. Elle a trouvé où regarder, se regarder. Elle se voit maintenant et est présente au monde mais elle ne connait pas la formule magique. Alors elle colle les bouts de la carte, qu'elle trouve tels les indices d’une chasse au trésor, et reconstitue le plan, l’itinéraire pour trouver le sentier qui arrive au sommet.

     Extrait de La montagne et la jeune fille  -  Sophie Letourneur

    36,00300,00
    36,00300,00
  • Quickview

    Inframince #15 – L’image n’est pas le territoire

    Edtorial / Caroline Bernard – Nicolas Giraud – Portfolio / Who owns the USA Nans Bortuzzo – Dossier / De nouveaux imaginaires géographiques Jean Dubois et AL. – En chute libre : une tentative de réflexion sur la perspective verticale Hito Steyerl – A-t-on encore les pieds sur Terre ? Guillaume Pascale Nouveaux dispositifs de questionnement des territoires Danièle Méaux – Laboratoire / Flou, feuil, trait Jean-Roch Siebauer – Entretien / Eric Tabuchi – Nicolas Giraud – Portfolio / Matériaux de construction Mezli Vega Osorno La revue inframince, revue de recherche sur l’image et la photographie, consacre son numéro 15 à une réflexion sur les manières de représenter nos environnements contemporains, à travers notamment les formes augmentées de l’image. Une quantité croissante d’images est désormais produite par des machines et s’adresse de plus en plus à d’autres machines. Elles cartographient, mesurent, évaluent et l’une des questions est alors de savoir comment insérer une pratique et une pensée dans ce dialogue des machines. Ce numéro est construit en dialogue avec le projet de recherche Au-delà des images opératoires mené par l’ENSP et l’UQAM. Il réunit des textes de Danièle Méaux, Jean Arnaud, Guillaume Pascale, Hito Steyerl, Jean-Roch Siebauer et un entretien avec Eric Tabuchi. Il est l’occasion de réfléchir à de nouvelles modalités de l’image et à la façon dont elles reconfigurent nos environnements.
    15,00
  • Quickview

    Voyages extra-ordinaires – Festival du Regard 2020

    La photographie, dès ses origines, s’est développée autour de deux axes : la photo de famille et la photo de voyage. Que ce soient des souvenirs touristiques capturés par des amateurs ou des reportages à l’autre bout du monde, la photographie a par essence un statut associé à l’idée du déplacement, du dépaysement, de l’ailleurs… Et chaque fois, le voyage bouscule nos idées reçues et chamboule notre quotidien, loin de chez soi on oublie l’ordinaire et l’on se confronte à l’extraordinaire. C’est ce que nous avons voulu mettre en évidence ici, l’ordinaire des uns peut devenir l’extraordinaire des autres, celui des voyageurs ou des spectateurs d’une exposition photo (le Festival du Regard aménage une ancienne poste gigantesque à Cergy-Pontoise… un voyage en soi!). Car tel est le pouvoir de l’image fixe, arrêter le temps et l’espace pour en proposer une interprétation à la fois documentaire et poétique, à la fois réaliste et fictionnelle.   Photographes exposants : Evgenia Arbugaeva, Rémi Noël, Cédric Delsaux, Graciela Iturbide, Davide Monteleone, Gregor Beltzig, Anita Conti, Bogdan Konopka, FLORE, Philippe Séclier, Richard Mosse, Richard Pak, Ronan Guillou, Giorgio Negro, Robert Kluba. Les Voyages extra-ordinaires vus par… Sabine Weiss, Vivian Maier, Bernard Plossu , Max Pam , Françoise Nuñez , Jean-Christophe Béchet, Eric Dessert.   Sylvie Hugues et Mathilde Terraube Directrices artistiques du Festival du Regard
    5,00
  • Quickview

    Fisheye Magazine #44 – Édition numérique

    Les femmes photographes sortent de l'ombre

    Les Ailleurs, le Festival VR à la Gaîté Lyrique Changement climatique, Les futures studies de Luca Locatelli POLITIQUE : Documenter les violences policières PORTFOLIO : Les drôles d'idoles de Leonard Suryajaya TENDANCE : Irving Penn s'installe à la MEP JEUX VIDÉO : Terrain de jeu des photographes PORTRAIT : Marie Robert SOCIÉTÉ : Un guide pour la photo inclusive
    3,00
  • Quickview

    Odyssées – Aglaé Bory

    L'odyssée d’Homère raconte l’histoire d’un retour qui n’en finit pas. Le retour d’Ulysse à Ithaque après vingt longues années d’absence.
Ce travail est un écho à ce récit de voyage originel. “J’ai suivi plusieurs personnes en situation d’exil, demandeurs d’asile ou réfugiés, le plus souvent en attente de statut. La plupart d’entre eux vivent dans des centres d’hébergement en attendant la réponse de l’administration. L’attente est souvent longue et douloureuse. Elle les isole du réel et les enferme dans un espace mental en suspens. A travers cette succession de portraits et de paysages, j’ai voulu créer une correspondance entre leur intériorité et les paysages dans lesquels ces personnes évoluent afin de rendre perceptible ce sentiment d’exil.
Je les ai photographié dans leurs lieux de vie, dans leur territoire quotidien bien que précaire et temporaire. Leurs regards se perdent à travers les fenêtres. Ils sont dans le flou. Ils s’en remettent souvent au ciel, dont l’azur semble pourtant les ignorer. La mer est le refuge de leur intériorité, de leurs espoirs et leurs promesses. Elle est la réalité physique de la distance parcourue – souvent ils l’ont traversée pour arriver jusqu’ici – et de l’éloignement.”
Tous souffrent de déracinement et d’inquiétude quant à leur avenir. Ce travail photographique sur l’exil a été réalisé dans la ville du Havre.
    20,00
  • Quickview

    20 No Music, No Life! – La coopérative de Mai, Julien Mignot, JD Beauvallet

    La Coopérative de Mai fête en mars 2020 ses 20 ans. 20 ans, c’est l’âge d’un public sans cesse rajeuni qui a fait de la salle son point de convergence. 20 ans, c’est le vertigineux décompte d’activisme, de soutien aux artistes locaux, de défrichage qui ont résolument placé Clermont-Ferrand sur la carte des villes qui comptent. Fière de son travail, de son importance dans le tissu local, la Coopé voit alors grand et haut : l’équipe rêve d’un beau livre, qui sera classé parmi les ouvrages d’art. Car contrairement à ce qu’affirmait Serge Gainsbourg, dont la rue de la salle porte le nom, l’équipe ne croit pas à la hiérarchie entre haute et basse culture, entre musiques savantes et musiques populaires. L’humilité légendaire de Didier Veillault et de ses troupes a ses limites : ils veulent frapper fort en faisant venir des pointures indiscutables. Ils proposent au photographe Julien Mignot et JD Beauvallet, cofondateur des Inrockuptibles. Tous deux sont de vrais références et ont des attaches personnelles avec la région. Julien Mignot avait déjà travaillé en 2005, il achevait une résidence d’un an à la Coopérative de Mai. Son travail est devenu son premier livre. 15 ans plus tard, il se pince quand il est à nouveau contacté par la salle clermontoise : on lui propose de réfléchir, en compagnie de JD Beauvallet, à une carte blanche pour réaliser un nouvel ouvrage, cette fois à l’occasion du vingtième anniversaire de la Coopé.
    30,00
  • Quickview

    Fisheye Magazine #45

    Les arpenteurs de paysages

    Police, les photographes en ligne de mire IMMERSION : Palais augmenté, virtuel monumental PORTFOLIO : Les enchanteurs de Stéphane Lavoué EN APARTÉ : Le point du jour, à Cherbourg MUSIQUE : Le rap graphique de Rémi Besse ART VIDÉO : Les artistes s'invitent dans le virtuel PORTRAIT : Roei Amit, l'homme digital
    6,50
  • Quickview

    Pigalle People 1978–1979 – Jane Evelyn Atwood

    Un témoignage rare sur le Pigalle de la fin des années 1970, par une des plus grandes photographes actuelles.
    Paris, 1978. Jane Evelyn Atwood, jeune Américaine, arpente les rues de Pigalle après un tout premier reportage photographique dédié aux prostituées de la ville. C’est le quartier des trans- sexuels, avec ses bars pour habitués, sa chaleur, ses joies et sa violence. Un jour la photographe voit deux transsexuels entrer dans un immeuble. Elle les suit. Ils la laissent les photographier. C’est là que ce livre commence. Les images qu’il rassemble seront réalisées sur une période d’un peu plus d’un an, confirmant ce que seront désormais les principes de l’œuvre de Jane Evelyn Atwood : temps long, immersion, respect et empathie. Et l’univers de la nuit, qui la fascine. Ce livre plein de compassion et de lucidité raconte un Pigalle désormais disparu, emporté par le sida et le changement d’époque.
    36,00
  • Quickview

    Only Bleeding – Frédéric Stucin

    Un Las Vegas cinématographique et sans fard vu par un grand portraitiste contemporain.
    Las Vegas. Ville de jeu, de néons, de débauche, d’exagération, d’entertainment. Pourtant, ni casinos, ni palaces, ni machines à sous, ni strip-tease dans ce livre, première monographie du portraitiste Frédéric Stucin. Only Bleeding rassemble des images réalisées à Las Vegas entre 2011 et 2017, Downtown et le long du Strip, ce boulevard où se concentrent 35 à 40 millions de visiteurs par an. Mais de cette ville mirage, finalement, il est peu question... En noir et blanc pour aller à l’essentiel et gommer tout malen- tendu documentaire, au format horizontal pour en accentuer la dimension cinématographique, tel un long travelling mémoriel à la façon du début de Down By Law par Jim Jarmusch, mais dont chaque image laisserait à chaque fois le lecteur libre d’inventer ses propres souvenirs : ces images n’expliquent rien, elles constatent. Dans la plus pure ligne de la Street Photography, elles sondent l’âme d’une ville somme toute imaginaire, prennent le pouls de son bourdonnement, du mouvement, de l’errance, de la solitude et des marges. Elles ressemblent aux souvenirs de jours heureux auxquels celui qui se souvient n’aurait pas participé, et dont il ne parviendrait à glaner que débris fatigués.
    36,00
  • Quickview

    L’oiseau noir perché à droite dans ma tête – Jean-Christian Bourcart

    Un récit autobiographique à la fois sombre et lumineux, par un des grands photographes actuels de l’intime.
    L’oiseau noir perché à droite dans ma tête est un récit autobiographique qui mêle des photographies faussement disparates et des textes issus du journal intime de Jean-Christian Bourcart. Photographies et textes sont mis en dialogue, se répondant parfois directement, parfois de façon plus subjective. Alternants fragments narratifs issus de voyages lointains (Madagascar, Chine, Japon, Nicaragua...), reflets de vie intérieure (rêves, sentiments, fantasmes, cauchemars), regards sur la société américaine dans laquelle il vit et scènes familiales ou intimes, le livre témoigne de l’évolution de l’auteur dans une période de transition où il s’éloigne de sa vie sociale pour s’engager dans l’étude du chamanisme et des plantes sacrées d’Amazonie. Traversé par une vitalité brutale autant que par une impossible recherche de réconfort et de paix, tantôt sombre et douloureux, tantôt lumineux et doux, c’est à la traversée d’un univers obstinément instable que nous convie Jean-Christian Bourcart, fidèle à son attirance pour les motifs de contradiction et de mouvement. En transposant ce qui se passe dans sa propre vie, il aimerait suggérer la possibilité ineffable d’explorer – avec humour tant que faire se peut – de nouveaux territoires de l’expérience humaine, dont les limites sont trop souvent imposées par nous-même.
    30,00
  • Quickview

    Faux Bourgs – Yohanne Lamoulère

    Marseille dans l’objectif de Yohanne Lamoulère : une décennie d’observation intuitive et sensible
    Marseille fascine autant qu’elle dérange. Depuis 2009, Yohanne Lamoulère traque les soubresauts de la ville, en campe les désastres et brise ses représentations pour mieux les réinventer en compagnie de ceux qui l’habitent. La photographe y enracine ses obsessions : les quartiers périphériques – qui sont pour elle le cœur vibrant de la cité –, la jeunesse, l’image de soi et le lien identitaire qu’on entretient avec son territoire. Tout ici est montré de la réalité de quartiers relégués, avec la précision teintée de poésie de ceux qui savent ce qu’ils photographient. En définitive, c’est bien une énergie particulière qui se dégage de ces « faux bourgs » et témoigne de leur appartenance universelle à des mondes intranquilles, ceux d’où surgissent pourtant des possibles, de l’amour et du rêve.
    35,00
  • Quickview

    The Tourist – Kourtney Roy

    « Certains contextes indiquent si clairement nos intentions que nous n’avons même pas besoin de les exprimer pour être compris. Avec The Tourist, Kourtney Roy se distingue une fois encore comme une virtuose de la création contextuelle. The Tourist contient toutes les marques de fabrique de Roy que nous aimons et attendons : l’auto-portrait, une approche cinématographique, sa palette colorée bien particulière, ainsi qu’une tension entre le clin d’œil spirituel et l’atmosphère sinistre, la convention et le bizarre, le chic et le toc. Nous découvrons aussi avec plaisir que les frontières entre la réalité et l’imaginaire sont brouillées. Mais la qualité hors pair de The Tourist tient à l’organisation méticuleuse du moment où nous quittons notre monde extensif pour pénétrer dans son monde intensif. Roy crée une métaphore visuelle d’un univers que nous croyons connaître. Néanmoins, son emploi magistral de la juxtaposition nous souffle qu’il ne s’agit pas du monde que nous pensions. Les détails sont méticuleusement ciselés et agencés, les scènes, à la fois familières et étranges. Le masque de plongée au-dessus de la bouche d’où pend une cigarette, la serpillière du garçon de piscine abandonnée près d’un faux temple ; les mules en poils proches de l’eau ne sont jamais une bonne idée, de même les talons aiguilles sur le bord glissant d’un bassin. L’effet global est celui d’un grand coup de marteau assené sur le cliché des vacances. D’après de nombreuses études, la plupart des gens préfèrent l’anticipation et le souvenir à l’expérience réelle de leurs congés. Voilà pourquoi les photos sont si importantes pour eux. Elles éliminent les déceptions et créent un souvenir nacré de plaisirs qui n’ont pas eu lieu. Roy inverse le rituel en nous emmenant dans un décor apparemment glamour, mais qui en réalité est beaucoup plus proche de notre propre expérience : des coups d’un soir transformés en liaisons romantiques ; l’ennui qui pousse à vider une bouteille d’alcool selon une version extrême du cocktail savouré en bord de piscine ; la crème glacée qui fond et coule parmi les bijoux en toc ; une impression d’inquiétude, comme si quelqu’un allait crier « Requin ! », mais pas pour signaler la présence d’une baudruche en plastique turquoise... »

    Del Barrett, extrait.

    47,00
  • Quickview

    Badjaos – Pierre de Vallombreuse

    Perdus aux frontières du nord de Bornéo, de l’archipel des Célèbes en Indonésie et du sud des Philippines, naviguant sur les mers de Sulu et des Célèbes, des milliers de nomades de la mer de Badjao voient leur mode de vie menacé, tout comme leurs cousins sédentaires et toutes les populations de la région qui vivent de la pêche sur les hauts-fonds. Des millions de personnes sont concernées. Dans cette région, véritable poudrière, où les pirates, les extrémistes musulmans désormais liés à Daesh, les policiers corrompus, les trafiquants de toutes sortes (humains, drogue, cigarettes, armes...), ces quelques milliers de nomades apatrides tentent de survivre, victimes de ces groupes armés.

    35,00
  • 100,00
    Quickview

    Carte cadeau

    L’univers de la photographie n’attend que vous ! Offrez l'occasion de se plonger dans une sélection d’ouvrages rares, méconnus ou incontournables des plus grands éditeurs de livres photo, de hors-séries ou de magazines pour compléter votre collection d'une valeur de 100 €. Vous recevrez une carte à personnaliser aux couleurs de Fisheye pour offrir à la personne qui aura la chance d'en profiter.
    100,00
    100,00
  • Quickview

    Carte cadeau

    L’univers de la photographie n’attend que vous ! Offrez l'occasion de se plonger dans une sélection d’ouvrages rares, méconnus ou incontournables des plus grands éditeurs de livres photo, de hors-séries ou de magazines pour compléter votre collection d'une valeur de 50 €. Vous recevrez une carte à personnaliser aux couleurs de Fisheye pour offrir à la personne qui aura la chance d'en profiter.
    50,00
  • Quickview

    Carte cadeau

    L’univers de la photographie n’attend que vous ! Offrez l'occasion de se plonger dans une sélection d’ouvrages rares, méconnus ou incontournables des plus grands éditeurs de livres photo, de hors-séries ou de magazines pour compléter votre collection d'une valeur de 25 €. Vous recevrez une carte à personnaliser aux couleurs de Fisheye pour offrir à la personne qui aura la chance d'en profiter.
    25,00
  • Quickview

    Voir Paris – Eugène Atget

    Photographe le plus célèbre du vieux Paris, Eugène Atget (1857-1927) a parcouru inlassablement la capitale avec sa chambre à soufflet chargée de plaques de verre à partir de 1897, et ce pendant trente ans, en saisissant la topographie d’une ville qui change. Fruit d’un travail de recherche de deux ans, effectué conjointement par Anne de Mondenard et Agnès Sire, cet ouvrage rassemble une sélection de 146 photographies parmi les 9 164 tirages qui constituent le fonds Atget du musée Carnavalet. Conçu comme une promenade onirique et esthétique, Voir Paris nous fait voyager dans le temps à travers les étalages, cours d’immeuble, intérieurs cossus, ruelles, cafés, chiffonniers de la zone, jardins urbains, quais de la Seine… Privilégiant les lumières du petit matin, sa maîtrise absolue du cadrage, son attention aux lignes des bâtiments, aux détails inattendus, aux choses abandonnées élaborent un univers singulier. Chez Atget, la photographie est réduite à elle-même, elle n’a aucun apprêt. Par son regard, par sa vision qui mêle imaginaire et réel, Eugène Atget a inventé la photographie moderne. Les photographies, imprimées en quadrichromie, conservent leurs bords originaux dans l’ouvrage. Elles témoignent ainsi de la matérialité et de la tonalité des tirages originaux ce qui est sans précédent dans la publication de l’œuvre d’Atget. Textes Anne de Mondenard, responsable du département Photographies et Images numériques, musée Carnavalet Agnès Sire, directrice artistique Fondation HCB Peter Galassi, conservateur en chef du département photo du MoMA, New York, de 1991 à 2011 Exposition Eugène Atget - Voir Paris Fondation Henri Cartier-Bresson, Paris Début 2021, dates à confirmer
    42,00
  • Rupture de stock
    Quickview

    Pale Blue • 95.00 – Albarrán Cabrera

    Pale Blue · est un hommage à une photographie emblématique et à un personnage emblématique, l’astronome Carl Sagan.

    Cette photographie est celle montrant la planète Terre, prise le 14 février 1990 par la sonde spatiale Voyager 1 à une distance record d’environ 6 milliards de kilomètres, faisant partie du Portrait de famille (ensemble de photographies du système solaire prises ce jour-là).

    Elle est baptisée Un point bleu pâle, d’après le titre d’un livre inspiré par cette photographie, écrit en 1994 par Carl Sagan, car la terre y figure sous la forme d’un minuscule point bleu.

    Le livre Pale Blue · d’Albarrán Cabrera est un voyage symbolique débutant aux origines de la planète Terre.

    Les différentes strates de cette Terre aident l’humanité à mieux comprendre ses propres origines et son évolution, et cette « mémoire » semble vouloir lui signifier que leurs destinées sont indissociables, mais qu’il est de la responsabilité de l’humanité de « préserver et de chérir ce point bleu pâle, la seule maison qu’elle ait jamais connue ».

    Édition limitée à 500 exemplaires numérotés

    95,00
  • Quickview

    Conversations, vol.3 – Rémi Coignet

    Conversations est un ouvrage d’entretiens avec des photographes contemporains, menés par Rémi Coignet, critique de livres photo. Depuis 2014, date de parution du premier volume, il s’agit de donner une place de choix aux photographes, pour qu’ils puissent faire entendre leur voix dans le domaine de l’édition, souvent oubliée au profit de celle de critiques, journalistes et conservateurs. Photographes, éditeurs et concepteurs graphiques sont invités à revisiter leurs œuvres et révéler leurs intentions. Au cours de ces interviews, une géographie de la photographie contemporaine est esquissée, dans la continuité des deux précédents volumes, Conversations, publié en 2015, et Conversations 2, publié en 2016. Ce troisième volume fait la part belle à des photographes particulièrement intéressés par l’édition et le travail éditorial. Les photographes discutent ainsi pleinement de leur projet éditorial, de leur vision du livre photo et de son importance dans leur pratique photographique. Rémi Coignet interview également des éditeurs de livres photo afin de faire entendre leur voix dans un secteur sous-représenté. Entretiens avec : Laurence Aëgerter Julian Baron Sophie Calle Edmund Clark Antoine d’Agata Amaury da Cunha Mishka Henner William Klein Susan Meiselas Pino Musi Sophie Ristelhueber Dayanita Singh Carlos Sporttorno Kajta Stuke & Oliver Sieber Pierre von Kleist Donovan Wylie
    20,00
  • Quickview

    Équation du temps- Raphaël Dallaporta

    Équation du Temps restitue une expérience à la fois artistique et scientifique initiée en 2018 à l’Observatoire de Paris par le photographe Raphaël Dallaporta. Menée conjointement avec les chercheurs du Syrte (Système de Références Temps-Espaces) de l’Observatoire de Paris, l’expérience « Équation du Temps » vise à vérifier les différences entre le temps solaire vrai, indiqué par les cadrans solaires, et le temps solaire moyen, indiqué par les horloges. Alors que le méridien du temps solaire vrai est une ligne droite, le méridien du temps moyen a la forme d’un huit allongé. Pendant un an, Raphaël Dallaporta a réalisé tous les jours au midi moyen une prise de vue de l’image du soleil entrant dans la salle Cassini de l’Observatoire de Paris. L’accumulation sur l’année révèle la courbe en 8 de l’équation du temps ∞ figuré par l’image du Soleil sur la Terre. À propos De l’équation du temps L’équation du temps est une notion qui traduit les inégalités du temps solaire. La notion de « temps solaire moyen » correspond à un temps idéal, fictif, où le soleil revient dans la même direction au bout de 24 h. Tous les jours où le Soleil est visible, le soleil passe au méridien de l’observatoire, dans cette salle Cassini. On y on voit cette tache de lumière qui coupe le méridien de Paris au midi solaire. Chacune des 365 premières pages du présent ouvrage est centrée sur la position de l’image du Soleil lors de son passage au midi moyen local dans la salle Cassini de l’Observatoire de Paris (48°50’11’’N – 02°20’14’’E). Les prises de vue ont été réalisées par Raphaël Dallaporta au plus près de l’œilleton situé à 9,933 m à l’aplomb sud de la méridienne. De ce point de vue, l’image du Soleil apparaît circulaire, la perspective réduisant les variations de sa projection elliptique au cours de l’année. L’astronome et historien des sciences Denis Savoie expose dans les pages suivantes les principes de l’équation du temps, d’après le tracé de la courbe en huit lorsque la révolution de la Terre autour du Soleil au bout d’un an est accomplie. Conçu comme un objet ludique flip book par le studio Kummer & Herrman, le lecteur découvre la courbe en huit qui se forme au fil des pages. Dans la postface, l’astronome Denis Savoie expose les principes de l’équation du temps, d’après le tracé de la courbe en huit, la révolution de la Terre autour du Soleil au bout d’un an. L’ouvrage a été réalisé dans le cadre du Prix Niépce Gens d’Images, dont The Eyes Publishing est mécène depuis 2019, en collaboration avec Picto Foundation.
    45,00
  • Quickview

    Antoine d’Agata – Francis Bacon

    Parallèle esthétique de deux œuvres viscérales. Livre d’artiste rassemblant 27 photographies d’Antoine d’Agata et 25 œuvres graphiques de Francis Bacon, cet ouvrage bilingue français-anglais, présenté sous la forme d’un livre double, établit un parallèle artistique entre le travail contemporain du photographe Antoine d’Agata et la peinture expressionniste du peintre Francis Bacon. Les deux livres reliés ensemble se consultent côte à côte, permettant de créer un vis à vis entre les œuvres des deux artistes. Les textes se présentent sur des cahiers autonomes de sorte qu’il est possible de lire le texte tout en parcourant le récit visuel. Antoine d’Agata est un photographe qui vit à la limite. Il s’immerge dans ses univers personnels, jusqu’à les épuiser. Il transforme la réalité à l’aide du temps, et nous montre des faits, des évènements, des textures mélangées ou des couleurs diffuses qui façonnent des formes humaines qui se perdent. On perçoit dans certaines œuvres de Francis Bacon ces photographies de d’Agata, les mêmes mondes pleins de clair-obscur, de hauts et de bas continus vers l’enfer, et cette tentative d’allonger le moment d’allégresse ou de solitude. La déformation des corps, provoquée par le tremblé des images, va-t-elle jusqu’à leur déshumanisation familière du peintre ? Antoine d’Agata ne refuserait sans doute pas de l’affirmer. N’est-ce pas précisément l’animalité qu’il revendique avec insistance des rapports sexuels qu’il photographie. Gilles Deleuze, philosophe, aurait parlé de son « devenir-animal », d’un devenir-chien, pour être précis. Partie intégrante de son travail, l’homme et l’œuvre luttent pour exister. Une lutte chromatique qui n’est pas sans rappeler les couleurs de Francis Bacon dont on retrouve aussi les chairs déformées, comme écartelées-évaporées. Après un ouvrage consacré aux correspondances entre les portraits des photographes Nan Goldin et Julia Margaret Cameron avec l’historien et collectionneur Marwan T. Assaf, dans ce deuxième volume, The Eyes Publishing propose une rencontre entre les œuvres d’Antoine d’Agata et Francis Bacon avec la complicité de l’autrice Perrine Le Querrec, de la critique d’art Léa Bismuth et du galeriste Bruno Sabatier.
    45,00
  • Quickview

    Transanatolia – Mathias Depardon

    TRANSANATOLIA est une pérégrination aux confins de l’Anatolie. Pendant 5 ans, Mathias Depardon photographie la nouvelle Turquie, jusqu’aux confins du Caucase. Des zones urbaines récemment installées dans l’ouest d’Istanbul, au Kurdistan turc où couve la révolution civile et sévit une véritable guerre de l’eau : il questionne la notion de périphé- ries et de frontières. Ces lieux reculés aident à comprendre les grandes mutations qui agitent la région. À travers des portraits, des paysages, Mathias Depardon sonde un pays tiraillé entre modernisation à tout crin et réminiscence ottomanes. La « Nouvelle Turquie » du président turc Recep Tayyip Erdoğan au pou- voir depuis 2003, c’est l’affirmation d’une puissance et d’une ambition. Grace à sa situation géographique stratégique et son histoire impériale, la Turquie veut jouer un rôle central dans la marche du monde. Erdoğan se voit en calife d’un vaste espace turco-islamique dont les contours, «les frontières du cœur », évoquent un passé mythifié. Le morcellement de l’Empire ottoman à la fin de la Première Guerre mondiale demeure un traumatisme et le leader turc impose un État autoritaire, paternaliste et policier pour reconquérir les territoires perdus. La méthode est souvent brutale. La transformation de la société qu’il impose est radicale. Dans ce livre Mathias Depardon tente d’imager les frontières du cœur évoqué par le Président turc. Pour sonder «l’âme turque » et percevoir toute la complexité de sa construction identitaire, il faut se projeter à ses frontières et même au-delà. En Azerbaïdjan ou en Crimée, la Turquie reste la «mère patrie ». Elle rayonne, diffuse son «soft power » des Balkans à l’Asie, de la mer Noire à la mer Rouge. Elle exporte ses machines à laver et ses séries télévisées, très populaires, dans des dizaines de pays. Son influence s’étend dans tous les anciens territoires ottomans et, au-delà, jusqu’aux confins de la Chine, en Asie centrale, lointaine terre d’origine du peuple turc.
    45,00
  • Quickview

    Sine Die – Myop

    (*sans en voir la fin) Une chronique photographique, conçue comme une ligne, pour documenter ce moment historique. Une réponse artistique, plurielle et collective pour faire mémoire du temps commun de la pandémie et du confinement. Chaque jour, depuis l’annonce du confinement, le 15 mars 2020, les photographes de l’agence MYOP mettent en commun leurs images de la veille. Chaque jour, 6 à 10 images sont sélectionnées et séquencées ensemble sous la forme d’une ligne valorisant la richesse des situations, des propos et des écritures photographiques. Chaque jour la “ligne” que forment ces images est postée sur instagram, dessinant ainsi, à l’instar d’un leporello, une vaste fresque temporelle. Chaque jour... sine die. L’ouvrage prend la forme d’un leporello de 120 pages avec d’un côté une image par page et par jour soit 56 images et au verso l’on retrouve la sélection complète des images dans leur chronologie de J à J+55. Michel Poivert s’en est librement inspiré pour rédiger une série d’antilégendes photographiques.
    39,00

Suivez l'actualité Fisheye