Couleurs vives, robes texturées, accessoires raffinés, nuances surréalistes… Les créations de l’artiste coréen Rala Choi ressemblent davantage à des peintures qu’à des photographies. C’est un peu par hasard tandis qu’il rejoint l’armée que l’auteur, alors âgé d’une vingtaine d’années, découvre le médium. « Je devais utiliser un boîtier pour reporter divers accidents. Je me suis investi de plus en plus, jusqu’à décider d’étudier la photographie », se souvient-il. Pour Rala Choi, l’image est un miroir de son lui intime, une manière de traduire ce qu’il ressent, ce qu’il pense. Une plongée dans un univers personnel où les figures se muent en silhouettes flous, élégantes, et où les blocs de couleurs gomment toute trace de réel. « Je puise mon inspiration dans les peintures des 18e et 19e siècles : Eugène Delacroix, Gustav Moreau, Marcel Duchamp…. Mes peintres favori·es ? Edward Hopper et Georgia O’Keeffe. Je ressens la beauté dans sa forme la plus minimale. Ainsi, les poses et costumes de mes personnages sont simplifiés, la lumière, naturelle et le grain, présent. Ces éléments convoquent une esthétique picturale », commente-t-il. Embrassades passionnées ou paresseuses, réunions au sommet de l’étrange, divas inconnues aux parures luxueuses… Dans les clichés de Rala Choi, le récit est synonyme de raffinement, et chaque percée créative ne peut qu’ancrer, dans nos pupilles, une scène savoureuse, hommage aux tableaux des grands maîtres.

La Sheriff Gallery accueillera, du 13 janvier au 25 février, BLUE, une exposition dédiée à Rala Choi. Le vernissage aura lieu le 12 janvier à partir de 18h30.

 

 

 

 

 

 

 

© Rala Choi