Bercée par ses errances imaginaires, la photographe madrilène de nature introvertie, Paula Yubero, a trouvé dans la photographie le moyen de se dévoiler et d’habiter le monde. S’inspirant de son entourage, de ses lectures, de ses expériences physiques et psychiques, l’artiste de 23 ans, crée ce qu’elle aime nommer ses « petits poèmes visuels ». Dans son univers personnel comme professionnel, les modèles qu’elle capture semblent plongé·e·s, tout comme elle, dans un état constant de rêveries. On découvre également des scènes tendres et lyriques, où les pieds feignent de se toucher, où les papillons ont des ailes brisées, où le corps nu devient impersonnel, et où les désirs de chairs sont inavoués. Les quelques autoportraits de Paula Yubero lui permettent de se retrouver et d’affirmer son essence, enfin. « Je crois que la photographie travaille avec l’invisible, à travers le visible. C’est elle qui me permet aujourd’hui de communiquer mon monde intérieur » confie-t-elle. En parcourant ses clichés, on découvre des éléments harmonieux, composant son œuvre ô combien intime et sensible.

 

 

© Paula Yubero