Au cœur de la série Segni, réalisée par Michele Vittori, photographies contemporaines et images d’archives – trouvées dans des magazines italiens des années 1970 – dialoguent, et façonnent une nouvelle réalité. « Dans notre société, les images publiées par les médias sont cruciales à la confection d’une vision commune. J’ai utilisé des publicités, que j’ai collées à mes propres clichés pour représenter le gigantesque flux d’images auquel nous sommes confrontés chaque jour », précise le photographe italien de 40 ans. Visages dissimulés, paysages transformés et représentations abstraites forment un récit absurde, déconstruisant le rôle informatif du 8e art, et sa représentation du réel. Peut-on faire confiance aux images que l’on croise ? Une photographie dit-elle toujours la vérité ? « Je souhaite ainsi pointer du doigt les manipulations utilisées dans les domaines de la communication et du numérique », ajoute l’artiste. Sans contexte, ses créations se transforment au gré de notre perception. Une série graphique et intelligente.

© Michele Vittori