« Reproduire une sensation, retrouver une impression visuelle, capturer des sentiments… Je cherche cette chose qui ne peut être perçue qu’à travers des images », explique la photographe italienne Maria Maglionico. Son objectif ? Exprimer les sentiments qui dépassent le cadre du langage. Découvrant la profonde complexité qui découle de l’acte photographique, l’artiste se met en quête pour révéler l’ineffable. Dans les paysages romantiques de son enfance dans les Pouilles – au sud-est de l’Italie – Maria Maglionico devient la protagoniste de son récit onirique. Teintés d’un orange flamboyant et d’un bleu mélancolique, elle enchaîne les autoportraits face au soleil couchant et découvre les facettes de sa personnalité. « Le 8e art m’a appris à embrasser mon corps et mon âme de la manière la plus honnête, mais parfois la plus cruelle. Les autoportraits sont, pour moi, une sorte d’acte d’amour », confie-t-elle. Dans cet élan de tendresse pour elle-même et de dévouement total pour la photographie, Maria Maglionico nous inonde des souvenirs de sa jeunesse. Une douce plongée dans son univers.

© Maria Maglionico