Célèbre et morose police de l’Allemagne de l’Est, la Stasi s’expose au festival Circulations, au Centquatre à Paris, jusqu’au 9 août. L’Allemand Simon Menner, né en 1978, étudie le rôle des images dans les conflits actuels. Dans sa série Images from the Secret Stasi Archives, l’artiste collecte d’anciens clichés de ce service de police d’espionnage à l’époque de la RDA – République démocratique allemande. « Les effractions des agents de la Stasi dans les maisons étaient illégales, même selon la loi de la RDA. Pour dissimuler leurs traces, les agents utilisaient fréquemment des appareils Polaroïd. Ainsi, lorsqu’ils entraient dans un logement, les agents prenaient des photos de tout ce qui semblait prometteur. Après plusieurs fouilles, les clichés Polaroïd permettaient de tout remettre en place. Ce qui paraît être alors, l’image la plus banale d’un lit non fait, est en réalité la preuve d’un acte brutal et illégal », explique Simon Menner. Entre grimage, dissimulation et camouflage d’un temps passé, ce projet interroge la banalisation de la surveillance actuelle à travers la technologie.

© Simon Menner