Née à Modène, en Italie, la photographe Chiara Bonetti est aujourd’hui installée à Berlin. Fascinée par le fonctionnement du 8ᵉ, elle a exercé, à son arrivée dans la capitale allemande, le métier d’assistante-photographe. « J’ai beaucoup appris des artistes que j’ai épaulé, et certains d’entre eux sont encore mes mentors aujourd’hui », précise l’auteure. Créative, Chiara Bonetti se fie à son instinct, et voit son boîtier comme un outil qui lui permet d’apprendre et d’interagir avec les autres. Une approche qui la pousse à shooter partout, dans toute circonstance. « C’est le cas de Falling into place, précise-t-elle. Il s’agit d’un mélange de voyages, de commandes, ou même de séances photo improvisées entre amis ». De fil en aiguille, la série s’est construite, à la manière d’un puzzle, jusqu’à former un tout poétique. « Ce projet traite de l’espace, du corps humain, et de la relation entre ces deux notions », ajoute la photographe. Un récit qu’elle développe à l’aide de diptyques, mêlant paysages urbains et parties de corps. « Si une image reste fixe, la combiner à une autre permet de développer un mouvement, comme un court-métrage », confie-t-elle. Dans Falling into place, les corps, féminins, évoluent, évoquant sensualité et sensibilité. Ils subliment les paysages et les objets qui les entourent, en créant un rythme singulier. Des bribes de souvenirs qui érigent un tableau envoûtant.

© Chiara Bonetti