Dans son ouvrage, Mais La Nuit Ne Part Pas Pour Autant, édité par La maison de Z, le photographe chinois Xiaoliang Huang invite à reconsidérer notre quotidien. Un voyage onirique doublé d’un bel objet.

« En ce temps de surinformation, notre vie est faite d’un quotidien répétitif, ennuyeux et d’engourdissements si bien que les gens semblent toujours attendre avec impatience une autre forme de stimulation (…) Nous sommes à la fois acteurs et spectateurs de notre vie et c’est là que se situe la surprise de la vie : notre quotidien », confie Xiaoliang Huang. Ce jeune artiste émergent basé à Pékin aime documenter le quotidien. Des oiseaux – beaucoup d’oiseaux -, un enfant courant au loin et puis quelques silhouettes défilent tout au long de son ouvrage, Mais La Nuit Ne Part Pas Pour Autant, édité par La maison de Z. Ombres, figures et découpes se superposent comme les pages de ce livre fonctionnant comme un loporello (livre que l’on déplie comme un accordéon). Un bel objet qui renferme mystères et secrets. Pour les découvrir ? Il faut déplier les pages, soulever des images, bref construire et déconstruire l’ouvrage. Et quelques vers accompagnent le lecteur dans cette quête de sens.

« Une brise a ébranlé notre imagination. Ce que nous attendions du bon vieux temps a été soufflé à distance »

Repenser notre rapport au temps

« Métro, boulot, bistro, mégots, dodo, zéro », écrivait Pierre Béarn en 1951 pour critiquer le mode de vie des Parisiens et des citadins plus largement. Plus que jamais, l’homme du 21e siècle est un automate qu’il est difficile de dérégler. Ici, on nous propose un voyage onirique où le temps n’existe plus tant les jeux d’ombres et de lumières s’enchaînent. On se croit tantôt dans un film, tantôt dans un rêve. L’infime frontière est plaisante et le quotidien, sublime. Plus qu’un livre, Mais La Nuit Ne Part Pas Pour Autant est une invitation à profiter de l’instant présent, à regarder notre quotidien et repenser notre rapport au temps. Et si on appréhendait notre environnement comme un théâtre dans lequel chaque scène participe à l’histoire, à notre histoire ? En proposant une infinité de lectures, Xiaoliang Huang ébranle notre imagination.

Mais La Nuit Ne Part Pas Pour Autant, La maison de Z, 50 €, 102 p

 

© Xiaoliang Huang