Installé à Brooklyn, le Français Arnaud Montagard étudie le concept du temps. Dans son premier livre, The Road Not Taken, l’artiste de 28 ans illustre une Amérique figée dans un nuancier de couleurs saturées. Un ouvrage vintage à contempler sans modération. 

Emprunter les chemins les moins fréquentés, voilà la morale du poème The Road Not Taken (« le chemin délaissé ») signé Robert Frost. Arnaud Montagard lui rend hommage, en offrant à sa première monographie le même titre. À l’instar du poète, le photographe sort des sentiers battus et explore de nombreux états américains méconnus du grand public. L’Alabama, le Wyoming ou encore l’Idaho, les pérégrinations s’enchaînent, et le temps s’arrête. « J’aime le fait que l’on puisse se demander à quelle période la photo a été prise. On y retrouve une sorte d’intemporalité et surtout une invitation à la décélération. Au cours de la réalisation de ce projet, j’ai commencé à photographier en numérique. Puis, petit à petit, je me suis mis au moyen format argentique, j’apprenais à prendre le temps », se souvient l’artiste, originaire de Nancy et installé à Ney-York depuis cinq ans. 

Sur les routes du temps

C’est grâce à ses photographies de rue qu’Arnaud Montagard s’est fait connaître sur Instagram. Aujourd’hui, il diversifie sa pratique du médium. Son objectif ? Construire une esthétique minimaliste tout en révélant des scènes banales du quotidien dans un angle inédit. Des diners, des vieux motels, des stations-service abandonnées… Les sujets de The Road Not Taken sont récurrents, mais la vision demeure différente. En se focalisant sur des détails précis, Arnaud Montagard montre un visage de l’Amérique éternelle et paralysée. Couleurs passées, visuels minimalistes, cet ouvrage se situe à la frontière entre cinéma et peinture. Et ses inspirations le confirment : les frères Coen, Quentin Tarantino, Andrew Wyeth, ou encore Edward Hopper. Côté photo, l’auteur s’inspire des plus grands : Joel Sternfeld, William Eggleston ou encore Stephen Shore. Dans The Road Not Taken, Arnaud Montagard sort de sa zone de confort, et suggère au lecteur d’en faire de même.

 

The Road Not Taken, Setanta Books, 110 p.

© Arnaud Montagard