Entre 2012 et 2017, Pascal Greco, cinéaste et photographe autodidacte a révélé les aspects prédominants de l’architecture résidentielle de Hong Kong. Son livre qui porte le nom de la mégalopole chinoise rassemble 135 images Polaroid d’immeubles individuels et d’ensembles résidentiels.

« Je me suis rendu la première fois à Hong Kong en 2010, car j’avais envie de découvrir ces vieilles habitations aperçues dans le cinéma de Wong Kar-Wai. Une fois sur place, j’ai été happé par l’architecture très graphique des buildings construits depuis les années 70 jusqu’à aujourd’hui, ainsi que par cette densité unique. », explique-t-il. Le cinéaste et photographe autodidacte Pascal Greco est depuis fasciné par la topologie particulière de la ville chinoise. « Là-bas, on y trouve une végétation luxuriante, beaucoup de terrain vallonné et accidentés et de la roche soit trop dure, soit des sols trop mouvants pour la construction. Tout cela fait qu’il y a très peu de terrains constructibles à Hong Kong – seulement 24% », précise-t-il.

La particularité de ce travail ? « Chaque image est de dimensions réduites : 8,5 par 10,6 cm, dimensions qui découlent de l’utilisation de films Polaroid, de type 100, ainsi que d’un appareil Polaroid 600SE, qui ne sont plus produits depuis de nombreuses années ». Pascal a souhaité proposer une vision différente sur la ville déjà photographiée à outrance. « Une grande majorité des photographies sur Hong Kong sont en couleurs, simplement parce que les buildings et les tours sont peints en couleurs vives et joyeuses, sûrement pour faire oublier voir cacher la réalité bien plus délicate, voire dramatique, de cette ville. Avec le noir & blanc, j’avais envie d’être plus frontal, plus proche de la réalité », confie-t-il.

Les dérives du capitalisme

« À force d’arpenter la ville et de rentrer dans de nombreux buildings, j’ai pu voir l’intérieur des appartements et je me suis rendu compte des conditions de logements : une partie des habitants vivaient dans de petits espaces, à plusieurs et pour la plupart dans des conditions très médiocres, se souvient-il, Hong Kong possède tout de même le plus grand nombre de millionnaires ». Sensible à cette situation socio-économique, Pascal a souhaité associer un texte à ses images. Il a donc sollicité le Dr Ernest Chui, professeur réputé en administration et travail social à l’Université de Hong Kong, et lui a demandé d’écrire un texte exposant ces aspects urbanistes et socio-économiques. Outre les nombreux chiffres, on y découvre des analyses justes : « les promoteurs immobiliers sont contributeurs ou coupables de cette crise du logement, créant de grands immeubles, à des prix élevés, favorisant une densité de plus en plus inquiétante ». Un livre coup de poing qui dénonce les dérives du capitalisme.

Hong Kong, Infolio Editions, Switzerland & Mccm Creations, 39,00 €, 224 p.

© Pascal Greco