Au cours de ses flâneries dans les marchés rémois, Romu Ducros a photographié des sujets avec leurs produits. En résulte un ouvrage épuré, Duo des Halles.

« Duo des Halles est né un peu par hasard, chez moi, dans mon petit studio aménagé dans mon bureau, avec comme point de départ, une photo de ma fille (patiente et inspirante) tenant une plante verte dans ses mains. Elles formaient un bon duo », se souvient Romu Ducros, photographe et réalisateur rémois.

« Le marché est un bel endroit pour rencontrer des personnes diverses et variées », précise-t-il. L’artiste passe treize mois à arpenter les marchés de Reims, où il croise 240 personnes, et parvient à saisir la culture et l’art de vivre à la rémoise à travers un produit et son acheteur : « La flânerie, le goût du goût, le plaisir de se croiser, et de se rencontrer. »

« Derrière son appareil, l’artiste lève les lignes de partage, les frontières géographiques, les clivages, les préjugés pour élever ses portraits à l’universalité », commente Hélène Virion, docteure en arts et sciences de l’art et chercheuse à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, à propos du projet Duo des Halles. Pourtant, Romu Ducros dresse un constat social. « Je ressentais le besoin de faire quelque chose de simple et généreux, autant qu’identitaire et populaire », explique-t-il. En feuilletant son livre, on aperçoit des jeunes, des moins jeunes, des femmes ou encore des enfants qui témoignent de leur attachement aux produits du marché. On devine ceux qui viennent tôt, se dirigent vers leurs produits, achètent et repartent. Et puis ceux qui cherchent des conseils auprès des maraîchers. La seule consigne ? Ne pas voler la vedette au produit, c’est pourquoi il a demandé aux modèles de rester assez neutres. Un reportage touchant sur le bien manger et le bien vivre.

Duo des Halles, aux Éditions photographiques rémoises, 30 €, 98 p.

© Romu Ducros