Focus sur les cinq découvertes préférées des lecteurs, présentées en mars 2020 sur le site de Fisheye :  Kin Coedel, Carol Espíndola, François-Xavier Marciat, Caterina Theoharidou, et Rodrigo Sombra.

1. Kin Coedel 

Fasciné par le monde sauvage, Kin Coedel lui rend hommage dans ses images – jusqu’au moindre détail : d’une feuille posée avec délicatesse sur un visage, aux dégradés surnaturels d’une zone rocheuse.

© Kin Coedel

2. Carol Espíndola

Photographe, éducatrice, auteure d’essais littéraires inspirés par la culture contemporaine… Carol Espíndola ne cesse d’interroger la place de la femme dans notre monde, sa relation au corps, et les stéréotypes qu’elle doit combattre au quotidien. C’est en 2001 que l’artiste mexicaine découvre le 8e art. « J’ai très peu de photos de mon enfance. Lorsque mes filles sont nées, j’ai commencé à utiliser un boîtier pour documenter leur croissance », précise-t-elle.

© Carol Espíndola

3. François-Xavier Marciat

« J’ai un besoin constant de prendre du recul, et de me couper du monde pour me retrouver et réfléchir en toute quiétude », annonce François-Xavier Marciat. La dernière série de ce photographe installé en Belgique raisonne particulièrement avec notre triste actualité. Et pourtant, il a amorcé Lockdown (NDLR, le confinement) il y a un an. Son intention ? « Montrer un monde calme, au ralenti, et une nature à l’état brut ».

© François-Xavier Marciat

4. Caterina Theoharidou

« Le 8e art et l’architecture sont parfaitement liés entre eux. L’un complète l’autre », explique Caterina Theoharidou. L’indissociabilité des deux disciplines se remarque dans les œuvres pointilleuses de l’artiste. Elle revendique sa créativité comme l’outil adéquat pour produire un travail complexe, mais simple. Des silhouettes féminines – aux visages dissimulés – fleurissent dans des situations incongrues et devant des fonds monochromes.

© Caterina Theoharidou

5. Rodrigo Sombra

Entre 2014 et 2019, le photographe brésilien Rodrigo Sombra se rend à plusieurs reprises à Cuba. Il livre avec Insular Night : Invisible Gardens, un témoignage personnel d’une culture qui lui est étrangère et mystérieuse. Au lieu d’expliquer, il déconstruit les idées préconçues souvent associées à l’île. Ce projet a fait l’objet d’une publication par Paper Journal.

dente de ouro_ARQUIVP_ICP 001
ICP_scanner 007
planta negra_ARQUIVP_ICP 001

© Rodrigo Sombra

Image d’ouverture © Kin Coedel