Sujets insolites ou tendance, faites un break avec notre curiosité. Thirza Schaap signe Plastic Ocean, une série faisant prendre conscience de l’invasion de plastique dans les océans.

Brosses à dents, bouteilles en plastique, pailles… l’artiste Thirza Schaap, photographe néerlandaise basée en Afrique du Sud, a récupéré de nombreux objets en plastique sur les plages d’Afrique du Sud, de l’Île de Sainte Hélène, du Mexique ou de Bali. Un geste écologique qui est rapidement devenu une performance artistique : elle a collecté les détritus rejetés par la mer pour composer des natures mortes, qu’elle a ensuite photographié. « Plastic Ocean est un projet que j’ai réalisé dans le but de sensibiliser le spectateur sur la pollution causée par l’utilisation de plastique », explique Thirza Schaap. « Enfant, je marchais sur les plages, pour ramasser des coquillages, des plumes et des branches aux formes amusantes. Lorsque j’ai quitté la Hollande pour l’Afrique du Sud, j’ai reproduit ce même rituel. Sauf qu’au lieu de collecter des trésors naturels, je remplissais mes poches avec des ordures – le plastique rejeté par l’océan  », révèle-t-elle.

Entre attirance et répulsion

En faisant des sculptures artistiques à partir des objets en plastique trouvés, elle propose une double lecture : « j’invoque une réponse émotionnelle chez le spectateur, entre l’attirance esthétique des images et le rejet face à une situation écologique tragique. »  Ses compositions esthétiques, et aux tonalités chaleureuses dérangent par leur arrière-plan tragique. Thirza Schaap partage ainsi un message écologique tout en interrogeant notre perception de la beauté. « Nos plages sont couvertes de confettis plastique. Pourtant, il n’y a rien à fêter », confie-t-elle. Avec cette série de photographies, elle invite le public à prendre conscience d’un problème urgent, tout en sensibilisant au recyclage. Une série engagée pour dénoncer la production et la surconsommation de plastique dans nos quotidiens.

© Thirza Schaap