Sujets insolites ou tendance, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Gerwyn Davies, photographe australien, repousse les limites de l’autoportrait en prenant l’apparence de divers créatures, mi-homme, mi-objet.

Établi à Sydney, Gerwyn Davies perçoit la photographie comme une performance. Étudiant en doctorat, l’auteur rédige actuellement une thèse sur l’histoire et les stratégies de dissimulation dans l’autoportrait en photographie. Un sujet qui inspire ses propres séries. « Selon moi, le 8e art peut être utilisé comme un outil narratif, générateur de fiction », explique le photographe, qui définit son approche comme « très artificielle, mise en scène, et déformant la réalité. »

Alien, Idols, Sunny Boys, Beast… Si les noms des projets de Gerwyn Davies diffèrent, son concept reste le même: réinventer l’autoportrait en se transformant devant l’objectif. « Je construis moi-même mes costumes, avec l’intention de dissimuler mon corps, et je pose dans différents endroits : en studio, dans des lieux publics, ou même dans des univers numériques, construits en post-production », précise-t-il. Ses créations chimériques entre homme et objet déambulent dans un univers brillant, coloré et résolument artificiel.

Jouer avec le concept de l’autoportrait

« L’autoportrait est un art très prolifique, de nos jours. Les gens réalisent tous des performances, devant leur objectif, ou pour une public sur Instagram. Ce qui m’intéresse, c’est d’aller plus loin, trouver les limites de ce concept grâce à l’art visuel », confie le photographe. Ses costumes, aussi étranges qu’inconfortables, dictent les poses de l’auteur et, par conséquent, donnent naissance à ces personnages étranges. Si les matières utilisées attirent l’œil et captivent le regardeur, l’être humain, derrière la mise en scène, demeure inaccessible. « J’invite le public à pénétrer mon décor, tout en lui refusant le droit de me connaître, puisque mon visage reste invisible », explique Gerwyn Davies. En gardant l’anonymat, l’artiste joue avec le concept même de l’autoportrait. « Je suis bien l’auteur de mon image, je pose devant mon appareil, et pourtant, je ne révèle rien de ma propre identité… Et n’est-ce pas le but d’un tel portrait ? » interroge-t-il. Un travail singulier, mettant en perspective les nombreux #selfies saturant les réseaux sociaux.

© Gerwyn Davies