Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Robert-Maurice Debois, extraterrestre et grand voyageur, a posé ses valises sur Terre. Immersion dans son quotidien étonnant.

Robert-Maurice Debois, curieux extraterrestre, a croisé la sonde Voyager, envoyée par la NASA, par hasard dans l’espace. Intrigué par une espèce visiblement intelligente, capable d’envoyer à 150 années-lumière de chez elle un message aussi cryptique que les numéros atomiques de l’hydrogène et du carbone, il se lance dans une enquête étrange : essayer de comprendre les humains. « Robert-Maurice Debois est l’être le plus classe de la voie lactée, voyageur interstellaire et alien extraordinaire, confie Brice Krummenacker, photographe habitant à Paris, et ami proche de l’humanoïde. Grâce à son passage, nous bénéficierons sans doute de quelques conseils vestimentaires ou même gastronomiques ! »

Après avoir enseigné dans un lycée d’arts appliqués, l’artiste est devenu assistant plateau dans un studio photographique. Il découvre ensuite l’argentique, et se lance dans la création de projets plus personnels. Sa rencontre avec l’extraterrestre, en 2015, agit comme une vive source d’inspiration. « À l’époque, j’étais saoulé par les réseaux sociaux, j’avais fermé mes comptes Instagram et Facebook, et je souhaitais réaliser un sujet à ce propos. Robert-Maurice était parfait », confie-t-il.

Une société accro aux réseaux

Avec un sarcasme maîtrisé, Brice Krummenacker invente une histoire élaborée au sujet de son protagoniste galactique. Passionné par la science-fiction des années 1980 et 1990, l’alien possède un style aussi kitsch qu’amusant, et ose laisser parler son imagination. Gifs, créations 3D, images numériques et argentiques peuplent sa galerie Instagram comptant désormais plus de 3000 abonnés. Au fil des publications, on découvre ses repas, ses photos de vacances, et quelques selfies surréalistes.

Un projet complexe faisant de l’humour une arme permettant de critiquer une société trop accro aux réseaux. En plaçant cet étrange individu au cœur de chaque image, le photographe dénonce la superficialité de telles interactions. Étranger à notre planète, Robert-Maurice Debois se transforme en miroir, reflétant l’absurdité de nos comportements. Pourtant, bien que satirique, l’artiste transforme également son acolyte en être engagé : « Récemment, Robert a pris parti pour les Gilets jaunes, et a participé au magazine (G)REVE, sur les thèmes du genre, des identités et du féminisme », précise-t-il. Nous voilà rassurés, cet extraterrestre est capable de lever les yeux de son écran.

 

Robert-Maurice Debois, André Frère Éditions, 33 €, 96 p.

© Brice Krummenacker