Nos coups de cœur #358, Hélène Langlois et Jorge Fabian Castillo, s’inspirent des multiples formes d’art pour réaliser des œuvres hybrides. L’une emprunte aux clairs-obscurs picturaux, et l’autre à la poésie.

Hélène Langlois

Artiste-photographe installée à Paris, Hélène Langlois a étudié à l’École du Louvre puis aux Beaux-arts du Mans. Passionnée par la peinture classique, elle place la lueur au cœur de ses expérimentations photographiques et fait de ses images des tableaux aux clairs-obscurs délicats. « J’articule mon travail autour de l’étude compulsive de la lumière et de ce qu’elle peut révéler de l’intime et du temps, précise-t-elle. L’objet lumière – ou la lumière-objet – convoquant l’essence même de la photographie est essentiel dans ma pratique. » Plongées dans la pénombre, les scènes qu’elle capture révèlent des détails, des formes, des architectures souvent ignorés par l’œil humain. « J’explore l’esthétique de l’ordinaire et du minime. La plupart du temps, il n’est pas nécessaire de provoquer les choses, l’événement est là, tous les jours, sous nos yeux », poursuit-elle. Natures mortes, décors urbains ou intimes… Avec un raffinement certain, Hélène Langlois fait de notre environnement familier un espace à part, fourmillant de trésors inattendus, de poésie déguisée.

© Hélène Langlois

Jorge Fabian Castillo

Entre mots et images, souvenirs et figuration, léthargie et sensations, le travail de Jorge Fabian Castillo se lit comme une étude introspective. Un désir d’apprendre à se connaître à travers de multiples formes d’art. Installé à Barcelone depuis 2002, l’auteur imagine des installations hybrides, où des poèmes, écrits à la main, viennent se fondre et nourrir ses propres photographies. « Je commence toujours à travailler de manière intuitive, à la recherche de nouvelles possibilités à explorer. Si je fais des erreurs, je les perçois comme une conséquence de l’apprentissage. J’aime laisser les différents matériaux s’exprimer, leur offrir la place qu’ils méritent. J’essaie de les intégrer à mes œuvres afin de créer une sorte de poème – un monde lyrique et suggestif », confie Jorge Fabian Castillo. Pictural, abstrait, brut… Son travail devient alors une porte d’entrée vers notre subconscient. Un moyen de mettre en formes le flux intarissable de nos pensées.

© Jorge Fabian Castillo

Image d’ouverture : © Hélène Langlois