C’est l’intime qui inspire Marjolaine Vuarnesson et Shania Semeli, nos coups de cœur #342. La première met en image sa propre relation à l’amour, tandis que la deuxième rend hommage à la beauté humaine.

Marjolaine Vuarnesson

D’abord attirée par le dessin et la peinture, Marjolaine Vuarnesson s’est initiée à la photographie avec l’argentique et le Polaroïd. En 2019, une formation de la Milk Masterclass, animée par Ljubisa Danilovic et Sabrina Biancuzzi, lui ouvre des portes créatives. « J’y ai rencontré Julien Magre, qui était le parrain de l’événement, et nous avons travaillé sur une sélection d’images anciennes et nouvelles. Les tirages des clichés en couleur se sont mélangés aux négatifs de Polaroïd et quelque chose s’est passé : une émotion face aux diptyques qui commençaient à émerger », se souvient-elle. Préférant se laisser porter par « les aléas de la chimie », l’artiste réalise des œuvres personnelles, explorant ses questionnements les plus intimes. Dans Apparitions, elle met en série sa propre histoire. « Celle d’une femme seule qui rêve encore de l’amour idéal. Qui combat sa dépendance affective, qui fait un choix d’indépendance suite à plusieurs déceptions amoureuses. C’est la petite fille qui demeure en nous, qui imagine le prince charmant, la relation parfaite fusionnelle… Mais c’est aussi la femme qui se rend compte que cette histoire n’existe que dans ses songes », raconte-t-elle. Un projet métaphorique où l’imaginaire et le réel se croisent pour tisser un récit aux multiples interprétations.

© Marjolaine Vuarnesson

Shania Semeli

« Je suis une étudiante en droit de vingt ans habitant à Bruxelles. Je prends des photos, je peins, et j’observe les étoiles tous les soirs », confie Shania Semeli, alias Purple Thoughts. Pour la jeune photographe, le médium est une manière « de partager à outrance ce que nous gardons caché ». Haut en couleur, son univers mêle portraits, paysages, minimalisme et intimité pour révéler la beauté de son environnement. « Je pense que toutes les personnes ont leur propre charme. Le monde est cruel, et je croise chaque jour quelqu’un qui a du mal à reconnaître sa propre valeur, et cela me rend extrêmement triste. Je pense que mon objectif est de rappeler aux gens – ainsi qu’à moi-même – que nous sommes beaux et cools », confie-t-elle. Passionnée par les enjeux sociétaux – l’égalité des genres, les droits de l’homme ou encore la santé mentale – Shania Semeli se laisse inspirer par l’art qui envahit son quotidien et imagine des mises en scène tendres, d’une honnêteté touchante. « Tout peut attirer mon attention, je n’ai pas qu’une seule influence. Si j’admire des auteurs tels que Théo Gosselin, Dietrich Halemeyer ou Alfred Eisenstaedt, je peux aussi être enchantée par une nuit froide et pluvieuse ! », précise-t-elle.

© Shania Semeli

Image d’ouverture : © Shania Semeli