Pour Sébastien Aurric et Yoann Buetas, la photographie est une passion. Nos coups de cœur #325 capturent inlassablement leurs errances, et leur quotidien.

Sébastien Aurric

« Photographier, c’est comme voyager avec un partenaire, ayant tout autant son mot à dire que notre propre œil, qui nous guide », explique Sébastien Aurric. Tombé amoureux de la photographie à 20 ans, l’auteur est découragé par ses premières expériences : « mariages, petits reportages événementiels et trop alimentaires », se souvient-il. Pourtant, au gré de ses voyages, la présence familière de son boîtier lui manque et il renoue avec le médium après quelques années. « Le fait de prendre des photos est une nécessité qui n’a pas besoin de raison », précise-t-il. C’est dans le nord-est de la Turquie qu’il réalise les images présentées ici. « À chaque errance, un passager impromptu vous attire, un petit documentaire pointe son nez. Cette fois-ci, c’était un petit café à l’arrêt de bus de Ardahan. Un lieu où les personnages principaux étaient un Kurde et un Turc, très loin des remous locaux. Si je ne devais rester qu’un soir, j’ai finalement passé trois semaines là-bas », raconte Sébastien Aurric. Prises à l’argentique, ses images témoignent d’un attrait pour le territoire, d’une recherche d’une poésie fuyante que l’auteur s’applique à pister.

© Sébastien Aurric

Yoann Buetas

Depuis 2016, Yoann Buetas, auteur de 39 ans, installé dans le sud de la France, « vit photo ». « Mon appareil ne me quitte jamais, que ce soit mon boîtier numérique ou le vieux argentique de mon père. Ils font partie de moi. Mes enfants et ma famille ne s’en rendent même plus compte. Ainsi, je peux capturer des instants naturels du quotidien », explique-t-il. Grand observateur, le photographe fige tout ce qui le touche, qu’il s’agisse d’une belle lumière ou d’un moment chargé d’émotion. « Mes sujets favoris demeurent ma famille, mon environnement. Je possède un camion aménagé qui me permet de partir régulièrement en week-end pour trouver des endroits différents à capturer. Si je trouve l’inspiration sur Internet, ou dans des magazines photo, j’essaye aujourd’hui de me détacher de ces images pour développer mon propre style », ajoute-t-il. Jouant avec les contrastes et les ombres, Yoann Buetas donne à l’ordinaire une dimension théâtrale. Dans les espaces familiers, transformés en décors, ses proches deviennent les protagonistes de récits intimes.

© Yoann Buetas

Image d’ouverture : © Yoann Buetas