Cette semaine, la rédaction a sélectionné deux travaux noir et blanc. Geoffroy Hauwen questionne la notion de solitude et Martin dresse le portrait d’une génération en quête d’identité. Voici les coups de cœur #204.

Geoffroy Hauwen

Geoffroy Hauwen est un photographe autodidacte qui associe le voyage à la pratique du 8ᵉ art. « Admirer la ville qui se réveille au petit matin, me balader dans une ville encore endormie, c’est ainsi que je capte les meilleures lumières », explique-t-il. À travers sa série Loneliness Geoffroy interroge la notion de solitude. « La plage est un endroit merveilleux pour se ressourcer et y trouver un moment de solitude et de méditation », précise-t-il.

© Geoffroy Hauwen

Martin Bertrand

« Si l’on nous voyait se déroule en Bretagne, mais elle aurait pu avoir lieu autre part. L’histoire se déroule à un moment décisif d’une vie : aux alentours de la vingtaine, on entame des études supérieures et on quitte le domicile familial. Être le seul maître à bord et commencer à ne rendre des comptes qu’à sa propre conscience. On devient soi-même et on se construit, on se rend compte que tellement de choses sont possibles. On se lance, pour le meilleur et pour le pire. » Martin Bertrand immortalise une génération en quête d’identité.

© Martin Bertrand