Cette semaine, la rédaction propose deux photographes français. Robin Voisin raconte la maladie en images tandis qu’Aurélien Buttin immortalise ses vacances entre amis. Voici les coups de cœur de la semaine.

Aurélien Buttin

Aurélien Buttin a démarré la photo il y a maintenant six ans, au cours d’un roadtrip entre amis. « Je prends des photos de ce qui m’entoure, mes amis, la nature, les paysages, les moments de vie au quotidien ou sur la route. J’essaie d’immortaliser ce qui m’entoure, sans trop réfléchir. La vie et mes amis, voilà ce qui m’inspire. Si les gens sont assez confiants et détachés, tout est tout de suite plus naturel et c’est ce qui me plaît : entrer dans leur intimité ». Croatie, Bosnie-Herzégovine, États-Unis, pour Aurélien, roadtrip entre amis et photos sont indissociables.

© Aurélien Buttin

Robin Voisin

Souffrant de troubles obsessionnels compulsifs depuis l’enfance, Robin Voisin utilise sa maladie dans sa recherche plastique. « Avec fragilité, j’essaie de reconstituer, des souvenirs, des sensations, des visions délectées avec le temps », explique-t-il.

Rotten Eggs présente un jeune adolescent rongé par un trouble névrotique envahissant. « L’œuf est utilisé de manière métaphorique, comme un vecteur émotionnel pour exprimer la sensibilité de ce garçon à résister à cette psychose. À son stade d’embryon, l’œuf symbolise un état stagnant. Puis, il se fissure, se craquelle et fragilise l’adolescent, jusqu’à cuire pour se coller sur la peau. Une fois l’œuf est fissuré, nous pouvons toujours recoller les morceaux, mais il est impossible de le réparer complètement, laissant à notre corps quelques cicatrices… »

© Robin Voisin

Image d’ouverture © Aurélien Buttin