INVISIBILITÉ

Fisheye décline pour ce deuxième numéro de la nouvelle formule ses longues histoires, avec notamment Mathieu Farcy, Sandrine Elberg, Eliott Verdier ou Ella Bats. Un petit régal notamment agrémenté des réflexions de Guillaume Herbaut. Lequel s’impose comme un des grands photographes de son époque. En tout cas, nous construisons avec Fisheye une réalité de la photo- graphie : celle des auteurs, celle du point de vue et d’une exigence que vos nombreux retours nous aident à garder constante. 

Actualités

À la hauteur des Pyrénées

Là-haut, sur la montagne, trois rêveurs sont en train de bâtir un havre de photographie, nommé IPP, où futur et passé, création et patrimoine, écologie et culture pourront se retrouver.

Tous des mèmes 

Confinement aidant, ces derniers mois ont été propices aux activités sur internet. Yugnat999 en sait quelque chose : il est l’un des « mèmeurs » les plus populaires de France, créateur d’images toujours plus virales. 

Héloïse Conésa, une experte de l’ombre

Historienne de l’art, conservatrice du patrimoine et commissaire d’expositions, Héloïse Conésa a rejoint la Bibliothèque nationale de France en 2014. Elle y est chargée de la collection de photographie contemporaine au département des estampes et de la photographie. Portrait d’une spécialiste bienveillante. 

Dans le studio de Bettina Rheims

Soucieux de valoriser des fonds d’archive, l’Institut pour la photographie propose une visite virtuelle de l’antre de la photographe (à partir du 7 octobre), où la Française a travaillé pendant près de quarante ans. Un projet rendu possible grâce à la photogrammétrie. 

Portfolio et histoires

Cartographie d’un Atlas imaginaire

« À quoi ressemble un pays qui n’existe pas ? À deux nouveau-nés emmaillotés sur une toile cirée dans l’hôpital d’une république non reconnue? À de la neige dans le désert, à un aéroport qui tourne à vide, à un taux de change aux dizaines de zéros? Quels sont ses odeurs, ses héros, ses fêtes et les plats qu’on y sert ? C’est tout un voyage imaginaire que proposent Lavinia Parlamenti et Manfredi Pantanella, deux photographes indépendants italiens, dans leur Atlas des pays qui n’existent pas. »

AIRCRAFT, the new anatomy

« Si Maxime Guyon n’est pas un passionné d’aviation, il a su photographier avec une attention minutieuse le secteur aéronautique. Ou plutôt remettre en question cette industrie en même temps que les conventions associées au médium photographique. »

Faire face

« À travers Je n’habitais pas mon visage, la cocréation initiée par Mathieu Farcy, photographe de l’agence Signatures, trois femmes et deux hommes partagent leur expérience de la maladie et de la perte de ce qui définissait en grande partie leur identité : leur visage. Avec pudeur et franchise, mots et images se mêlent pour composer un travail d’une intense sincérité. »

Désirs de couleurs

« Parmi les questions existentielles qui animent la photographe parisienne Ella Bats, les tensions amoureuses occupent une place de choix. « Quelles sont nos racines ? Qu’est-ce qui relie deux êtres ? Quelles sont les origines de l’amour ? » s’interroge-t-elle… »

Terre promise et compromise

« C’est cette nécessité de deuil qui a poussé le photographe Elliott Verdier à signer le premier livre des éditions Dunes, Reaching for Dawn, l’histoire d’une terre dévastée. À l’image de ses autres travaux photographiques, c’est « la mémoire, la mémoire collective, la résilience et la transmission intergénérationnelle » qui sont au cœur de l’ouvrage… »

De la terre à la lune

« Entre deux planètes lointaines, à l’intersection de notre galaxie et d’un univers mystérieux, inexploré, l’œuvre de Sandrine Elberg nous propulse dans un voyage intergalactique passionnant… »

Agenda

La mémoire retrouvée de l’Agence France-Presse

Redécouvert à l’occasion du 70e anniversaire de la libération des camps nazis, qu’il a été l’un des premiers à photographier pour l’AFP, Éric Schwab se révèle être beaucoup plus qu’un « simple » photographe d’actualité. 

Lumière des origines

Il y a presque un siècle et demi, les frères inventeurs du cinématographe venaient à Dinard explorer une grotte mystérieuse, La Goule aux Fées. Dans leur sillage, le photographe Pierre-Jérôme Jehel raconte l’histoire de cette cavité étrange et sa charge mythologique en poussant la photographie dans ses retranchements contemporains.