Guillaume Noury est un photographe de rue sensible à la beauté du quotidien. Il partage ici quelques sublimes moments volés durant l’été 2016.

« J’ai toujours mon boîtier avec moi, mes photos sont comme des pièces de puzzle que je cueille au jour le jour », révèle Guillaume Noury, un photographe du quotidien. Ce Nantais pratique la photo depuis bientôt quinze ans. Ses mentors ? Philippe Gicquel, Olivier Carpentier et Christophe Noguès, trois photographes membres du collectif images & créations. « Aussi loin que mes souvenirs remontent, j’ai toujours aimé mettre l’œil au viseur – dans les reflex de mon père comme dans ceux de mon grand-père », se souvient-il. Et puis le temps lui est venu de fixer son regard et de développer sa propre approche, une approche plus altruiste. « La photographie est sans doute la forme d’écriture qui laisse autant la place au spectateur, il suffit de visiter une exposition et d’écouter les visiteurs échanger et partager sur leur propre interprétation ! »

Trouver son imaginaire

Guillaume Noury est un adepte du noir et blanc pour deux raisons. D’abord, il permet une « rupture directe avec la réalité » et puis parce qu’il « révèle la lumière ». Force est de constater que ses images questionnent l’intime en même temps qu’elles racontent l’autre. Durant l‘été 2016, un moment « vécu avec beaucoup de liberté », Guillaume se laisse aller et réalise des clichés éparses de sa famille, de ses amis et de quelques inconnus. Vacances, abandon, lumière… devant ses photos, on se fabrique notre propre récit. Ceux qui ont lu le roman de Truman Capote, La Traversée de l’été, se rappelleront sans doute de leur dernière amourette. D’autres penseront à leur prochaine destination de voyage. Car voici une série qui invite à vagabonder au soleil comme dans les méandres de nos imaginaires…

© Guillaume Noury