Coups de cœur

© Théo Giacometti
© Théo Giacometti
© Laura Berson
© Laura Berson

Instagram

La sélection #82. Vous êtes en manque d’inspiration ? Découvrez notre sélection hebdomadaire des comptes Instagram qui nous ont tapé dans l’œil.

© Cathy Land / Instagram
© Cathy Land

Interview

Regards jumelés. En 2012, la photographe américaine Susan Swihart démarre un travail au long cours, « About face », lorsqu’elle commence à photographier ses jumelles alors âgées de huit ans. Aujourd’hui, elles en ont 13.

Sans jamais montrer leur visage, elle révèle leurs similitudes et leurs différences. Pour Fisheye, elle revient sur ce projet poétique et intime.

Extrait de "About Face", © Susan Swihart
Extrait de "About Face", © Susan Swihart

C’est dans la mag’

Kerouac, l’ami armoricain. Le photographe René Tanguy est parti sur les traces d’une correspondance singulière entre deux écrivains : Jack Kerouac, l’auteur légendaire de Sur la route, et Youenn Gwernig, poète breton, qui fut son dernier ami.

Les origines armoricaines des trois auteurs tissent la trame d’une histoire qui nous entraîne en Amérique, en Bretagne et ailleurs.

© René Tanguy
© René Tanguy

Portfolio

Le choix à Bérengère. Chaque année, quelque 9 000 jeunes s’installent en tant qu’agriculteurs. Pourquoi font-ils ces choix de vie, aujourd’hui ? Être heureux, c’est apprendre à choisir sa voie, son métier, sa manière de vivre et d’aimer. Ces routes ne sont pas les seules, mais pour eux, ce sont les bonnes.

Le choix à Bérengère c’est aussi celui de Justin, de Claire et Antoine, de Jessica et Antoine… bergers transhumants, jeunes paysans éleveurs de chèvres ou de vaches laitières. Deuxième volet de la série documentaire réalisée pour la mission photographique La France vue d’ici et lauréate de la Bourse Déclics Jeunes de la Fondation de France.

Extrait de « Le choix à Bérengère », © Nadège Abadie / Signatures

Actu

Les paradis qui ne se montrent pas. À quoi ressemble un paradis fiscal ? C’est la question que soulève Brigitte Patient dans ce nouveau numéro de « Regardez voir ». Elle reçoit le photographe Paolo Woods qui, avec son acolyte Gabriele Galimberti, a mené l’enquête pour comprendre comment fonctionnent ces refuges où les riches exhibent en pleine lumière les revenus de leur patrimoine dissimulés dans l’ombre.

Ce travail est exposé à l’université Paris II – Panthéon Assas jusqu’au 21 avril, dans le cadre du Mois de la Photo du Grand Paris 2017.

© Paolo Woods et Gabriele Galimberti / Institute
Les paradis qui ne se montrent pas © Paolo Woods et Gabriele Galimberti