Voyage au cœur d’un combat contre la maladie ou jusqu’au bout de la terre, au Cape Town, où la lumière transforme le banal en beau. C’est ce que proposent les deux photographes coups de cœur de la rédaction : Manon Landeau et Simon Mignol.

Manon Landeau 

« Dans une maison jumelée, habitée d’un côté par ma grand-mère et de l’autre par sa sœur, deux nouvelles sont tombées. Pratiquement simultanément, mon grand-père et son beau-frère ont appris qu’ils étaient atteints d’un cancer. Suite à cette annonce, ils se sont soutenus. L’épreuve fut longue et douloureuse. Et puis, l’un s’en est allé, et l’autre est resté. Mon grand-père, en phase de rémission, a perdu son partenaire, son ami, et le sourire de ma grand-tante que l’on voit sur les photos s’est raréfié. » Si Manon n’a pu terminer cette série du fait d’un départ prématuré, elle cultive sa mémoire. « Si je tiens à présenter ce travail, c’est pour ne jamais oublier mon Gégé », confie-t-elle.

© Manon Landeau

Simon Mignol

« Essayer de transformer un morceau de banal en un morceau de beau », telle est la mission de Simon Mignol. « Quand je pose mon cadre photographique, c’est que j’ai ressenti face au réel une émotion, difficile à définir, et j’ai besoin de la traduire, de la poser sur papier », explique-t-il. Grand voyageur, il se rend à Cape Town en Afrique du Sud, en avril 2018. Un bel endroit où la « lumière recouvre tout d’une pellicule rose et dorée ». Sur place, il a une troublante impression : « être au bout de ce que la terre peut porter. »

© Simon Mignol