Avec le hashtag #FreeAllBodies, une femme transgenre questionne l’incohérence des politiques de censure des réseaux sociaux autour de la nudité.

Il y a eu cette polémique virale autour des poitrines de femmes censurées par Instagram, et qui avait engendré un véritable mouvement autour du hashtag #FreeTheNipple (traduction: « Libérez le téton »). Face au scandale, le PDG d’Instagram Kevin Systrom avait même été contraint de justifier sa décision, rejetant la faute sur Apple. En effet, la censure établie sur le réseau social soulevait cette question: pourquoi s’épouvanter de la photo d’un téton de femme, et pas de celui d’un homme ?

Aujourd’hui une internaute donne une autre perspective au débat. Courtney Demone est une femme transgenre. Depuis plusieurs mois, elle poste des photos de sa transition sur Instagram pour documenter l’évolution de son corps en train de changer.

 

Libérer tous les corps de la censure

Le but de son action ? Savoir à quel moment ses tétons seront jugés suffisamment féminins pour être censurés par le réseau. Courtney a baptisé ce projet #FreeAllBodies (« Libérez tous les corps »). Interrogée par Buzzfeed Canada, elle explique: « Un jour mes seins deviendront assez gros pour que ces médias sociaux les jugent dignes d’être censurés[…] Leurs politiques visent à blâmer les corps de femmes torses nues pourtant elles ne s’appliquent à moi. Qu’est-ce que cela dit de la manière dont ils me perçoivent ? »

Pourquoi la jeune femme serait-elle une exception ? De fait, les seules poitrines à ne pas être condamnées par la censure d’Instagram sont celles de femmes qui allaitent ou qui ont subi une mastectomie. Courtney ne souhaite pas seulement souligner le ridicule de cette logique. Avec #FreeAllBodies, elle interroge la conception des réseaux sociaux sur les corps transgenres, aussi bien que sur la nudité. Quand elle était un homme, la question de savoir si oui ou non elle pouvait montrer son torse nu ne se posait pas. Pourquoi serait-ce différent maintenant qu’elle devient femme ?

« Ce que j’ai vraiment essayé de faire, c’est de présenter ma transition non pas sous un angle médical ou personnel, mais plutôt sur celui de la perte d’un privilège. »

Son projet a trouvé un écho dans la communauté transgenre, inspirant l’émergence d’un nouvel hashtag: #DoIHaveBoobsNow?. Traduction: « Est-ce que j’ai des nichons maintenant ? »

En (sa)voir plus

→ Rendez-vous sur la page Facebook de Courtney Demone

→ Son compte Instagram: @courtdemone

→ Son compte Twitter: @courtdemone

(via Dazed)

Par Marie Moglia