Coups de cœurs, actus, portfolios, concours… Voici un récapitulatif de ce que vous avez (peut-être) loupé cette semaine sur le site.

Coups de coeur #68

Guillaume, Zak et Maxime sont inspirés par leur pote et la nature. On vous propose de découvrir leur univers.

© Guillaume Gaubert

Interview

Ya Tender : le corps sous toutes ses coutures. Basée à Hô-Chi-Minh-Ville, au Viêtnam, Ya Tender s’est lancée dans la photo il y a un tout petit peu plus d’un an. Pourtant ses autoportraits et ses explorations visuelles autour du corps révèlent une maîtrise surprenante. Mais aussi d’une belle fragilité, comme en témoigne sa série « Persona ». Entretien.

Extrait de « Persona » © Ya Tender

Les amitiés d’Ophélie Rondeau. Ophélie Rondeau a 27 ans et s’est lancée dans la photographie il y a peu. Basée à Londres, la jeune femme évolue dans un univers qui met exergue sa conception de la féminité, sa vision de la beauté et de l’amitié. Entretien.

© Ophélie Rondeau

Instagram

@Instagramfr, c’est parti ! Instagram lance un compte officiel dédié aux francophones visant à mettre en avant un contenu original et inspirant.

@AurelyCerise / Instagram

La sélection Instagram #20. Vous êtes en manque d’inspiration ? Découvrez notre sélection hebdomadaire des comptes Instagram qui nous ont tapé dans l’œil !

© Andrea Alonso / Instagram

Portfolio

Forget home. À 24 ans, Kent Andreasen a déjà acquis une renommée internationale. Son truc : observer tout ce qui l’entoure et ne jamais planifier ce qu’il va photographier. L’été dernier, il nous accordait un entretien dans Fisheye #13 et évoquait son projet de voyage en Europe et aux Etats-Unis. Il en a tiré la série « Forget home ».

Photo extraite de la série « Forget Home » / © Kent Andreasen

 Appel à candidatures

Résidence BMW : l’appel à candidatures est lancé ! BMW Art & Culture lance pour la sixième année consécutive un appel à candidatures pour la Résidence BMW au musée Nicéphore Niépce. Un artiste photographe réalisera un projet photographique au cours d’un séjour de trois mois à Chalon-sur-Saône.

© Alinka Echeverria