« Si on veut, on n’a rien. Il ne faut pas vouloir, il faut être disponible, réceptif. C’est pour ça qu’il ne faut pas réfléchir. »

Cette réflexion d’Henri Cartier-Bresson, dépeint en quelques mots l’intention, le geste qui l’aura inspiré tout au long de sa carrière. Elle pourrait aussi se résumer en quatre mots, Images à la sauvette. Cet ouvrage fondamental (sorti en 1952) fait en ce moment l’objet d’une exposition à la Fondation Henri Cartier-Bresson jusqu’au 23 avril prochain. En son cœur réside cette notion cruciale de moment décisif, qui a influencé tant de photographes et qui inspire encore les jeunes générations. Agnès Sire, directrice de la Fondation, raconte aux auditeurs de France Inter le récit fabuleux de ce livre magnifique – dont Matisse a signé la couverture. Tout a commencé par un voyage en Asie, quelque temps après la création de Magnum…

Images à la Sauvette (Verve, 1952), Prostituées, Calle Cuauhtemoctzin, Mexico, Mexique, 1934 © Henri Cartier-Bresson / Magnum Photos

Images à la Sauvette (Verve, 1952), Les derniers jours du Kuomintang, Shanghai, Chine, décembre 1948 – janvier 1949 © Henri Cartier-Bresson / Magnum Photos
Henri Cartier-Bresson, Images à la Sauvette (Verve, 1952), couverture du livre © Henri Cartier-Bresson / Magnum Photos

En (sa)voir plus

« Regardez voir », une émission diffusée le dimanche sur France Inter, de 23h15 à minuit.

Rendez-vous sur la page Facebook de l’émission : @RegardezVoirFranceInter

Et sur le site de la Fondation : www.henricartierbresson.org


Le livre  (fac-similé) :

Images à la sauvette,
Henri Cartier-Bresson
Éd. Steidl
158 pages, 126 images,
98 euros