Cette semaine, Brigitte Patient s’est intéressée à Marc Melki et William Daniels. Le premier interpelle les pouvoirs publics sur la situation des sans-abri, le second ramène une image iconique de la libération de Mossoul.

« Rien tout seul, tout ensemble. » La phrase de Pierre Grosz, écrivain et parolier de Michel Jonasz et Michel Polnareff entre autres, colle tout à fait au projet de Marc Melki. Ce photographe engagé, frère du comédien Gilbert Melki, a décidé de jouer collectif en invitant des personnalités à se mettre dans la peau d’un SDF et à poser devant son objectif. Brigitte Patient l’a rencontré à l’occasion de la publication de son ouvrage publié aux éditions Actes Sud  « Et si c’était vous ? » et de son exposition Exils Intra-Muros / Et si C’était Vous ? qui se tiendra jusqu’au 7 février au Grand Bouillon, le café culturel d’Aubervilliers. Depuis 2012, le photographe s’intéresse aux conditions de vie de ceux qui dorment à même le sol et, face à l’inaction des pouvoirs publics, il a choisi d’inverser les rôles… «  Et si c’était nous ? ».

« Les parois de verre ont été délicatement enlevées…». Exils Intra-Muros, à Paris le 11 décembre 2016, 11h33 © Marc Melki

Pierre Grosz © Marc Melki

Dimanche dernier, au micro de Brigitte Patient, il y avait Lionel Charrier, directeur de la photographie à Libération. Ensemble, ils reviennent sur la photographie ayant le plus marqué l’année 2017. Et pour Lionel, il s’agit d’une image réalisée par William Daniels. Le 6 juillet 2017, ce dernier se rend à Mossoul avec le reporter Luc Mathieu afin d’immortaliser la fin des combats et la libération de la ville. Il ramène, entre autres, une sombre image représentant une vieille femme épuisée, portée à bout de bras par deux personnes dont on ne voit pas le visage. C’est « comme si elle sortait de l’enfer », commente Lionel Charrier. Une photo à découvrir dans le Diaporama de la rétrospective 2017 vue par le service photo de Libération.

Vendredi 30 juin, des civils tentent de s’échapper du vieux Mossoul et de ses combats. © William Daniels pour Libération

Le 02 juillet 2017. A l’est de la ville de Mossoul, les jeunes Mossouliotes expérimentent de nouvelles coupes de cheveux chez le barbier © Photos William Daniels pour Libération