Cette semaine, Brigitte Patient voyage à Houlgate, et découvre le festival Les Femmes s’exposent. À Paris, ensuite, un détour par la MEP s’impose, afin de se confronter à l’œuvre de James Nachtwey, dans Memoria.

Cap sur Houlgate, une cité balnéaire située sur la Côte Fleurie, où se tient la première édition du festival Les Femmes s’exposent. Dédié aux photographes professionnelles, l’événement vise à promouvoir les travaux de femmes artistes trop peu représentées – elles forment 25% seulement de la programmation des événements photos. Parmi les 14 exposées, Brigitte Patient se penche sur la série Les habitants de Florence Levillain. Une création autour de la ville de Houlgate et de ses habitués. Durant un mois de résidence dans ces lieux, la photographe a réalisé 12 portraits en surimpression, regroupant chacun 4 images, 4 parties d’un quotidien. Une œuvre sensible, révélant les visages des personnes ancrées dans la ville, à découvrir, dans le cadre du festival, jusqu’au 16 juillet.

© Florence Levillain

Retour à Paris, à la Maison Européenne de la Photographie, qui présente, jusqu’au 29 juillet, Memoria, une rétrospective de James Nachtwey. Une « difficile découverte », composée de 200 clichés, organisés en 17 sections. Dans une scénographie obscure, étouffante, l’œuvre du photo reporter prend tout son sens, et illustre génocides, attentats, famine, pauvreté, criminalité et autres catastrophes naturelles. James Nachtwey souhaite diriger son public vers « ses instincts, les meilleurs » et assume son rôle de témoin. Avec aplomb, il photographie la douleur, le désespoir, le chaos. Une exposition poignante qui nous immerge dans l’univers sombre de cet observateur.

© James Nachtwey Archive, Hood Museum of Art, Dartmouth

Image d’ouverture : Françoise Huguier, marraine de Les Femmes s’exposent