« En Iran, nous n’avons pas d’homosexuels comme dans votre pays », déclarait l’ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad, le 24 septembre 2007, à l’université de Columbia, aux États-Unis. Alors qu’aujourd’hui plusieurs pays permettent les mariages gays et lesbiens, l’homosexualité reste toujours passible de la peine de mort en Iran. La photographe suisse Laurence Rasti s’est rendue à Denizli, petite
ville de Turquie, où des centaines de réfugiés homosexuels mettent leurs vies entre parenthèses dans l’attente de rejoindre un jour un pays d’accueil dans lequel ils pourront librement vivre leur sexualité. Elle leur a dédié cette série entre non-dits et tendresse. Cet article est à retrouver dans Fisheye #10.

© Laurence Rasti