Andrea Pugiotto est un photographe italien. Il rêve depuis l’enfance de visiter l’Alaska. Ce qu’il fait l’été 2016, durant un mois. Le résultat : The End of the Road, portrait d’une terre inconnue loin de l’image d’Epinal de paysages glacés.

Andrea Pugiotto se définit comme un narrateur. Son intérêt pour la photographie naît à l’aéroport de Venise où il travaille peu après sa sortie du lycée. Là-bas, le flux constant de voyageurs le fascine, et il se prend à observer certains visages avec attention. « J’aime imaginer leurs pensées, juste en les regardant », explique-t-il. « J’ai alors commencé à prendre des clichés imaginaires de chacune de ces rencontres. »  C’est ainsi que la photographie s’impose de manière évidente comme un moyen de raconter une histoire, et de replacer ces personnages dans un paysage qui leur ressemble.

En 2016, il se rend en Alaska, contrée qui le fascine depuis l’enfance, en plein été. La grandeur du territoire et son atmosphère unique le poussent à sortir son boîtier et à entamer un nouveau récit, plus personnel cette fois. « L’Alaska est complètement différent de ce que l’on a l’habitude de voir. C’est à la fois un début et une fin, qui se forment autour de soi, et on devient un être projeté dans cette immensité. »

Dans des yeux d’enfant

Le portrait que brosse Andrea de l’Alaska est touchant. Il en donne une vision à la fois intime et solitaire. La nature y dialogue avec les lumières tamisées des cafés. Dehors, la neige laisse place à la pluie, et l’été transforme l’État en une terre inconnue. « C’était un rêve d’enfant de me perdre dans la nature sauvage, au milieu des ours polaires et des glaciers », confie le photographe. « J’ai attendu si longtemps pour y aller, mais malgré cette anticipation, je n’étais pas prêt. Ce fut une formidable surprise, et c’est cet étonnement que j’ai essayé de traduire dans mes photographies. »

The End of the Road révèle un territoire étrange, loin des paysages gelés habituels, un lieu où l’homme et son environnement cohabitent autrement. « Je ne voulais pas photographier un Alaska ‘cliché’, trop superficiel. C’est au contraire une région magnifique, où vivent des hommes respectueux de la nature. Un territoire où toutes les espèces sont liées », décrit Andrea. Bercé par les rêves de sa jeunesse, le photographe écrit un carnet de voyage qui oscille entre tendresse et émerveillement. « En Alaska, on est à la fois grand et minuscule. Et moi, je vis, libre et sauvage », conclut-il.

© Andrea Pugiotto