Pour réaliser The star geezers, le photographe Jesse Rieser est parti à la rencontre d’une communauté de retraités passionnée par l’astronomie. Une série futuriste, prenant racine dans la culture américaine et la science-fiction.

« La première expérience dans une chambre noire a quelque chose de magique – comme si la science, l’art et un certain mysticisme se réunissaient. C’est cette sensation qui m’a fait tomber amoureux de la photographie », raconte Jesse Rieser. Cet artiste originaire du sud-ouest des États-Unis s’est d’abord intéressé au dessin et à la peinture avant de se tourner vers l’image. « En conséquence, mes clichés possèdent une dimension picturale, une atmosphère graphique », explique-t-il. Sensible aux émotions, l’auteur construit des récits d’apparence ordinaire, et y instaure des éléments mystérieux, fantaisistes lui permettant de déconstruire le réel.

C’est grâce à une commande pour une compagnie aérienne allemande que le photographe à découvert les Star Geezers. « Il s’agit d’une communauté fondée par Jack et Alice, deux Canadiens passionnés par les cieux. Il y a quelques années de cela, ils ont cherché sur une carte l’endroit le plus obscur d’Amérique du Nord, accessible par la route, et ont trouvé cet espace en Arizona », explique-t-il. Peu après, le couple achète le terrain, et y installe 22 parcelles… Rapidement occupées par des fans d’astronomie. « Beaucoup de résidents sont d’anciens scientifiques, militaires ou du ministère des affaires étrangères », précise Jesse Rieser. Parmi eux, des aventuriers prêts à se déraciner de leurs régions natales pour partager leur passion avec autrui. « J’ai l’impression que malgré une isolation de plus en plus présente, nous sommes davantage connectés », souligne, avec humour, le photographe.

Tatooine à la rencontre de l’Amérique classique

Situé à 1h30 du magasin le plus proche, Sky Village est complètement isolé. Pourtant, la communauté a des airs futuristes : chaque maison possède un dôme d’observation à la pointe de la technologie, utilisé pour observer et découvrir les étoiles. Un univers perdu entre les époques, interrogeant notre perception du temps. « Je cultive cette image d’une banlieue pavillonnaire dystopique, aussi sombre que belle, synonyme à la fois d’espoir et d’abattement », confie Jesse Rieser. À la manière d’un peintre qui, d’un coup de pinceau, affirme son esthétique, le photographe impose au regardeur sa propre vision du lieu. Un espace extraordinaire, pourtant ancré dans l’histoire du pays. « C’est comme si la planète Tatooine de Star Wars venait à la rencontre de l’Amérique classique, avec une touche de 2001 : l’Odyssée de l’espace : un territoire américain par excellence, à la portée interstellaire », poursuit-il.

Inspiré par ces œuvres de science-fiction, l’auteur construit un récit aussi curieux que passionnant. Portraits et paysages creusent la dichotomie du sujet : si les membres de la communauté représentent la familiarité de la culture occidentale, l’environnement évoque une tout autre planète. Dans ce désert aux couleurs rosées, les dômes des habitations deviennent des traces, des preuves de l’existence d’une civilisation. En frôlant l’absurde, Jesse Rieser capture toute l’extravagance d’un tel lieu. Une terre énigmatique semblable aux représentations imaginaires des planètes lointaines que les résidents aiment tant contempler.

© Jesse Rieser