C’est l’heure du récap’ ! Raymond Depardon – exposé en ce moment même au Pavillon Populaire de Montpellier – célèbre une ruralité menacée par un urbanisme expansionniste. Une manière détournée de donner à voir une transformation dissimulée, également perceptible dans l’œuvre de Dinh Q. Lê, à laquelle le musée du quai Branly consacre actuellement une rétrospective. Celui-ci tisse l’autre mémoire du Vietnam, souvent occultée par les représentations dominantes esquissées par les États-Unis. Mitchell Moreno suit cette mouvance de l’évolution en montrant une autre facette de la communauté LGBTQI+. Nouvelle directrice et déménagement, la célèbre agence Magnum Photos avait elle aussi besoin de changement. Samantha McCoy nous fait part de ces mutations dans un article à retrouver dans notre dernier numéro. Et ne manquez pas l’arrivée imminente de Focus, notre nouveau format immersif ! Rendez-vous le 2 mars pour en savoir plus. Chaque image raconte une histoire, cliquez sur les légendes pour les découvrir.

L’actualité : Raymond Depardon fait l’éloge de la ruralitéà g. Aulas, à d. Saint-Jean-de-Védas © Raymond Depardon / Magnum Photos

L’actualité : Photoreportage, lévitation ou street photography… Tentez de participer à l’un des workshops du Venezia Photo Festival | © Reza

L’actualité : Dinh Q. Lê entremêle les clichés du Vietnam, au sens propre comme au sens figuré | Collection de l’artiste, Hô Chi Minh-Ville © Dinh Q. Lê

L’actualité : Le Festival 9ph revient après deux ans d’absence : c’est le moment de candidater ! | © Mahaut Lavoine

Extrait des coups de cœur #377 | © Ksenia Inverse

C’est dans le mag : Samantha McCoy a inauguré les nouveaux locaux de l’agence Magnum Photos | © Susan Meiselas / Magnum Photos

L’histoire : Mitchell Moreno documente son quotidien au sein d’un groupe LGBTQI+ | © Mitchell Moreno

L’histoire : Leonardo Scotti explore le monde sous « toutes ses facettes » | © Leonardo Scotti

Extraits de la sélection Instagram #338 | © à g. Sasha Mehta, à d. Vanessa Wall / Instagram

L’actualité : Anne Horel interroge notre rapport à l’image et aux réseaux sociaux | © Anne Horel

Image d’ouverture © Leonardo Scotti