Felipe Barbosa, photographe brésilien basé à Paris, se spécialise dans le street portrait. Parcourant les rues à la recherche de modèles, il réalise des clichés qui subliment la diversité de la population urbaine.

« J’essaie de rendre le quotidien beau », déclare Felipe Barbosa. D’origine brésilienne, le photographe a déménagé en France il y a sept ans pour se consacrer à sa carrière. « Mes débuts étaient assez académiques », explique-t-il. « J’étais l’assistant de mon professeur de photo à l’université, et puis j’ai passé environ huit ans à assister des photographes de mode et des portraitistes, entre New York et le Brésil ». C’est finalement dans le portrait de rue que Felipe se spécialise. Son boîtier à la main, il écume les marchés près de chez lui, en quête d’inspiration. « C’est précisément ça que j’aime, dans la street, l’inattendu », ajoute-t-il. Choisis au hasard des rues, ses modèles défient l’objectif du regard, confiants et élégants.

Une mosaïque humaine

Rechercher le modèle parfait pour chaque cliché passionne Felipe. Peu timide, le photographe observe les passants et se présente volontiers lorsqu’il trouve la perle rare. « 99% de mes sujets sont des gens que j’ai découverts dans la rue », confie Felipe. « Je les prends parfois même en photo sur-le-champ, s’ils sont disponibles ». Pour l’artiste, chaque décor appartient à un modèle particulier, choisi spécialement pour sublimer l’environnement. « J’essaie de leur donner le moins de conseil possible », avoue le photographe. « Je veux qu’ils soient eux-mêmes, qu’ils se sentent à l’aise ».

Si Felipe ne cherche pas à représenter la diversité des ethnies, le quartier qu’il habite – Montreuil – le pousse à sélectionner des personnes aux origines variées. « Je pense que cela fait désormais partie de mes critères pour choisir mes modèles », ajoute Felipe. Ses portraits street forment alors une mosaïque humaine au sein de laquelle hommes et femmes de cultures différentes se rejoignent, à la fois fiers et beaux.

© Felipe Barbosa