Les photographies de rue de Valérie Six sont empreintes d’une atmosphère singulière. Dans Shades of Thoughts, une série poétique où l’urbain est sublimé, la photographe française joue avec l’ombre et les contrastes.

Pour Valérie Six, la spontanéité est primordiale dans la photographie. Peu intéressée par la mise en scène, elle s’aventure au contact du monde pour réaliser ses clichés. « Tant de choses m’inspirent », confie l’artiste. « L’assemblage d’éléments – beaux ou laids – dans l’espace, une lumière, une tonalité, une atmosphère, une posture, un détail incongru… la possibilité de figer des instants qui me surprennent ». Imaginées comme des saynètes théâtrales, ses images urbaines, insolites et mystérieuses, appellent la narration.

Si la ville attire la photographe, c’est grâce à son passé. Dans les années 1980, elle part en Chine et assiste au développement phénoménal du pays. En 2012, elle découvre Dubaï et sa grandiloquence, une oasis urbaine dans le désert. Ses voyages la forment et deviennent un terrain de jeux indispensable : une multitude d’espaces, d’architectures uniques, portés par une société en pleine effervescence. « Ces expériences m’ont rendue plus attentive à la complexité humaine, à l’influence des traditions et des religions sur les comportements et les opinions », ajoute-t-elle. Cette diversité humaine l’enchante, l’aide à composer ses images et à révéler la singularité de chaque individu.

Ombres et lumières

Graphiques, les photographies de Valérie sont portées par des contrastes saisissants. Les expressions des hommes, les couleurs des vêtements sont sublimées par des clairs-obscurs tranchés. Un procédé populaire du 17e siècle qui laissait deviner, dans la peinture, le fil du récit dans une scène de vie, en illuminant certains détails. « Les jeux d’ombres et lumières permettent une certaine simplification visuelle, une volonté d’essentialisation que j’affectionne, qui me vient de mon intérêt pour la peinture abstraite, et de mon amour de la peinture flamande », précise la photographe. Mais cette obscurité est également symbolique. Les répercussions d’un passé douloureux pour l’artiste, pour qui l’ombre était alors synonyme de refuge. La lumière, elle, s’impose comme une présence bienveillante dans les clichés sombres. Si la noirceur domine, elle magnifie ces éclats de lumière, perçus par Valérie comme des « lueurs d’espoir ».

Symboliques, les photographies de Shades of Thoughts transforment l’urbain, et enchantent des scènes du quotidien. Une vision romancée de la ville, transcendée par l’obscurité.

© Valérie Six