À l’occasion des dix ans de Kyotographie, les fondateur·ices du festival, Lucille Reyboz et Yusuke Nakanishi, épaulé·es par Pauline Vermare, historienne de la photo et curatrice indépendante, ont conçu l’exposition 10/10 Celebrating Contemporary Japanese Women Photographers. Un événement soutenu par le programme Women In Motion de Kering, mettant en lumière les regards de dix femmes photographes nippones. Lumière aujourd’hui sur l’une d’entre elles : Yukari Chikura. 

C’est une suite de désastreux incidents qui ont inspiré Zaido à la photographe Yukari Chikura: « Le décès soudain de mon père, mon propre accident, le tremblement de terre et le tsunami qui ont frappé le Japon m’ont ôté l’envie de vivre», confie-t-elle. En plein deuil, elle se rend dans le village que son père habitait et y découvre un rituel vieux de 1300ans: le Zaido. Une cérémonie aussi brute que splendide, au cœur de laquelle les participants se fondent dans le paysage glacé. Face aux éléments, dans la neige immaculée, les hommes s’abandonnent à leur désir d’exister. « J’étais fascinée par leur dévouement, leur volonté de protéger ce que la guerre, la maladie, les catastrophes peuvent effacer», se souvient-elle. Dans les images de Yukari Chikura transparaît une volonté presque intarissable de retrouver le goût de vivre. Comme une bouffée d’air frais, dans un monde en apnée.

© Yukari Chikura