Le prix Dahiden pour la photographie environnementale a besoin de vous ! Entre les trois lauréat·e·s de cette deuxième édition, votez pour soutenir Sandrine Elberg, l’une des artistes de notre Fisheye Gallery !

Dans un contexte mondial sanitaire et écologique en péril, le prix Dahiden, baptisé Vers une autre empreinte, s’engage à représenter les photographes contemporain·e·s, dont le propos et le processus artistiques dialoguent avec l’environnement. En vertu de la transition écologique, ce prix entend également mettre en valeur des procédés photographiques innovants.

Couronnée de succès, la première édition sur le thème de l’eau avait valu aux trois lauréat·e·s : Chow and Lin, Elsa Leydier et Daesung Lee − le prix du public pour sa série Sur le rivage d’une île qui disparaît −une exposition à la biennale Photoclimat en 2021. Cette année, c’est sur la thématique de la Terre que les artistes ont été sélectionné·e·s. Entendue comme le lieu sur lequel nous vivons, qui nous accueille, la Terre est aussi celle qui subit les interventions et les mutilations de l’homme : « La Terre fait également référence à la “Terre nourricière” qui illustre l’interdépendance qui a lieu entre l’être humain, les autres espèces et la planète que nous partageons. Cependant, aujourd’hui, cette interdépendance n’a jamais été aussi fragilisée », rajoutent les organisateur·ice·s.

Les trois lauréat·e·s

Pour cette édition 2022, vous avez une fois de plus l’occasion d’élire le prix du public, permettant au gagnant·e d’être exposé·e à la 25ème édition de Paris Photo. Et puisqu’une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, l’une des trois finalistes n’est autre que Sandrine Elberg, une artiste que nous représentons depuis plusieurs années à la Fisheye Gallery – et actuellement exposée à la galerie arlésienne. Pour le prix Dahiden, elle défend sa série Jökull, la mémoire des glaciers, un hommage appuyé au premier glacier  islandais, Okjökull, disparu depuis 2014. Une expérimentation plasticienne qui nous tient à cœur de défendre aujourd’hui, tant du point de vue de son écriture, que de son message, véritable rappel à l’ordre.

À ses côtés, Julien Coquentin présente sa série Oreille coupée, qui nous parle de l’écosystème forestier à travers les mythes et légendes des loups et louves peuplant sa région. Enfin, Xavier Dumoulin et ses Incandescances électriques et symboliques, qui évoquent celles du feu et de lumière avec lesquels l’homme entretient une relation particulière depuis des millénaires.

Comment voter ?

Pour voter, rien de plus simple, il suffit de répondre, avant la mi-octobre, à ce formulaire en choisissant votre finaliste. En ce qui nous concerne, nous avons d’ores et déjà voté pour notre gagnante : Sandrine Elberg. Et nous lui souhaitons, une victoire inscrite dans ses cieux étoilés…

© Sandrine Elberg