Cette semaine, Brigitte Patient nous parle de Jean-Claude Gautrand et de Stéphane Lavoué. Le premier dévoile une œuvre poétique inspirée par l’architecture, le second nous immerge dans une communauté autarcique du Vermont.

À Paris, la galerie ARGENTIC met en avant le travail de Jean-Claude Gautrand. Âgé de 86 ans, cet artiste passionnant est resté relativement discret tout au long de sa carrière. Pourtant, ce militant et amoureux de la photographie se bat dès les années 1960 pour la reconnaissance de la photographie en tant qu’art. Il y a dans son œuvre des échos certains aux peintures de Soulages et de Marfaing. Cette « bataille » entre l’ombre et la lumière, tout en poésie, cette symétrie si captivante… Portée par des pièces maîtresses telles que Métalopolis ou encore Les Forteresses du dérisoire, l’exposition rend un bel hommage à ce grand homme.

Métalopolis © Jean-Claude Gautrand

Direction Nantes, ensuite. La galerie Confluence accueille le photographe Stéphane Lavoué et sa série The Kingdom. Les images, prises dans le Vermont aux États-Unis, subliment une communauté d’habitants qui a touché le photographe. Elles racontent le quotidien d’hommes vivant en autonomie, unis par des valeurs libérales, en harmonie avec leur territoire. Un mode de vie engagé qui nous plonge dans une profonde réflexion. Et Lavoué, pourtant portraitiste, saisit les paysages avec une grande justesse. Sa photographie nous plonge dans l’action, dans cette atmosphère particulière du Vermont, dans un univers unique. Pari réussi pour l’artiste qui souhaitait s’affranchir de la commande.

Shérif Trevor Colby dans son bureau Guildhall, Vermont. © Stéphane Lavoué

Image d’ouverture © Stéphane Lavoué