En partenariat avec Fisheye, la Maison Européenne de la Photographie lance un concours autour de la thématique de la ville. Photographes, amateurs ou professionnels, vous avez jusqu’au 2 mai pour révéler le street-photographe qui sommeille en vous !

En écho à l’exposition « Moriyama – Tomatsu : Tokyo », la MEP aborde un nouveau cycle thématique dédié à « Photographier la ville ». Au cœur – voire à la genèse – de l’histoire du 8e art, la ville s’est toujours présentée comme un sujet privilégié des photographes. Espaces publics indubitablement démocratiques, ils deviennent des théâtres à ciel ouvert. Les habitants, métamorphosés en personnages, se croisent et s’agencent hors de tout contrôle, et forment une infinité de mises en scène. New York, Paris, Londres… Les métropoles mondiales se dressent comme autant de modèles vivants et modulables. En évolution constante, elles flirtent de façon imprévisible avec l’objectif du photographe et ne se dévoilent jamais de la même façon. Henri-Cartier Bresson, Vivian Maier, Joel Meyerowitz, ou encore Sabine Weiss, se sont aventurés dans cet univers hétéroclite – qu’on nomme très justement street-photography.

Archives visuelles d’un monde en perpétuelle mutation, ces images constituent des témoignages singuliers de nos lieux de vie. « Les merveilles du quotidien sont passionnantes ; aucun réalisateur de cinéma ne peut arranger l’inattendu que l’on trouve dans la rue », déclarait Robert Doisneau. Observation sincère, mais qui met si bien en lumière la difficile tâche du street-photographe : saisir la ville et ses innombrables ruelles exige concentration, patience, mais aussi beaucoup de chance. Car la ville rime avec l’incertain, et l’artiste doit savoir épouser les mouvements de la dynamique urbaine. Et aujourd’hui, peut-être encore plus qu’hier, notre rapport au paysage citadin se bouleverse. Quand l’influence de la pandémie transforme notre relation à la métropole, il devient nécessaire de célébrer cet héritage photographique.

C’est pour cela que la MEP, en partenariat avec Fisheye, organise le concours photo MA VILLE. Ouvert à tous et gratuit, c’est l’occasion pour mettre en avant la diversité des regards sur les villes qui nous inspirent. Toutes et tous sont invité.e.s à prendre en photo leur ville en laissant libre cours à sa subjectivité.

© Daido Moriyama Photo Foundation. Courtesy of Akio Nagasawa Gallery

Comment participer ?

Pour participer au concours, il suffit de partager votre image sur Instagram ou sur Facebook (avec un compte public), en incluant les hashtags et mentions dédiées : #concoursmaville #mycitycontest et @mep.paris. Alors n’hésitez pas, vous avez jusqu’au 2 mai !

À l’issue du concours, six lauréats seront sélectionnés par un jury composé de :

  • Lise Sarfati, photographe et marraine du concours,
  • Simon Baker, directeur de la MEP,
  • Anaïs Viand, rédactrice en chef web de Fisheye
  • Lucile Gouge, responsable de la communication de la MEP.

Ces six photographies seront ensuite partagées sur les réseaux sociaux de la MEP, et un grand gagnant sera ensuite désigné par un vote en ligne.

Récompenses :

Les six lauréats sélectionnés par le jury recevront un an d’abonnement à la MEP. Et le grand gagnant désigné par les internautes recevra en plus un tirage offert de leur image chez Picto et un an d’abonnement au magazine Fisheye.

 

Le règlement complet est à télécharger ici.

à g. © Daido Moriyama Photo Foundation. Courtesy of Akio Nagasawa Gallery; à d. © Shomei Tomatsu – INTERFACE

Image d’ouverture : © Daido Moriyama Photo Foundation. Courtesy of Akio Nagasawa Gallery