Anthony Micallef

Anthony Micallef est un photojournaliste spécialisé dans le reportage et le portrait, basé sur Paris et Montpellier. En 2014 lors d’un voyage en Inde, il se rend à Dhamramsala. Il y passe cinq jours. Là-bas, un village-école accueille les enfants tibétains en exil. C’est le Tibetan Children’s Village, créé en 1960 par le dalaï-lama.

http://www.anthonymicallef.com/

Le Tibetan Children’s Village (TCV) à Dharamsala, en Inde, accueille les enfants tibétains qui ont fui l’occupation chinoise. À près de 1700 mètres d’altitude, il s’étend sur plusieurs dizaines d’hectares / © Anthony Micallef, Haytham Pictures
Le rassemblement quotidien des élèves a lieu à 8h30. Pour leurs professeurs, c’est l’occasion de rappeler chaque jour les préceptes de l’école et de la vie en communauté. Près de 1800 enfants vivent au sein du TCV, âgés de 1 à 18 ans / © Anthony Micallef, Haytham Pictures
Au sein du TCV, les enfants vivent en communauté et grandissent ensemble. La plupart passent dix ans de leur vie, parfois davantage, au sein du village / © Anthony Micallef, Haytham Pictures
L’objectif du TCV est de préserver la culture et la langue tibétaine. Fondé en 1960 par le dalai-lama, quelques mois après sa fuite du Tibet et son arrivée à Dharamasala, il est essentiel à la communauté tibétaine locale / © Anthony Micallef, Haytham Pictures
A la fin des cours, vers 16h, les élèves nettoient entièrement la salle de classe. Le reste de la journée est consacré à la prière, aux tâches ménagères, à un peu de détente et surtout aux devoirs / © Anthony Micallef, Haytham Pictures
Au sein du TCV, l’enseignement du bouddhisme est omniprésent. Durant des moments dédiés comme celui-ci, ou plus simplement dans les actes quotidiens / © Anthony Micallef, Haytham Pictures
Les enfants sont rassemblés dans des « homes », par groupe de quarante environ. Il y a 42 homes au total, chacun d’entre eux est sous l’autorité d’une « amala », une mère, qui veille sur les enfants comme sur une famille / © Anthony Micallef, Haytham Pictures
Cuisine, lessive, nettoyage, vaisselle : toutes les tâches ménagères sont effectuées par les enfants à tour de rôle et selon leur âge / © Anthony Micallef, Haytham Pictures
Trois jeunes filles renouvellent l’encens de l’autel consacré au dalai-lama. Les enfants l’adulent littéralement : d’abord parce qu’il incarne leur chef spirituel, dans un environnement où la religion imprègne constamment la vie de la communauté. Ensuite parce qu’ils considèrent que c’est grâce à lui qu’ils pourront « faire des études et avoir une vie meilleure », selon une expression récurente chez eux / © Anthony Micallef, Haytham Pictures
Les enfants jouent avec leur « amala », la mère de leur foyer, qui tente de distribuer équitablement un reste de gâteau / © Anthony Micallef, Haytham Pictures
Dans le dortoir des garçons, juste avant de s’endormir, l’un d’entre eux ouvre son coffre, dans lequel il garde tous ses souvenirs / © Anthony Micallef, Haytham Pictures
Les enfants apprennent en priorité le tibétain, mais l’hindi et l’anglais sont très vite intégrés au programme / © Anthony Micallef, Haytham Pictures
L’institutrice de la section maternelle passe de la crème hydratante sur le visage des enfants. En dessous de 6 ans, ils ne portent pas d’uniforme / © Anthony Micallef, Haytham Pictures
La cloche de la récréation vient de sonner, comme dans toutes les écoles du monde les élèves en profitent immédiatement, y compris les jeunes moines / © Anthony Micallef, Haytham Pictures
Les pannes d’électricité sont fréquentes en Inde, en particulier dans les zones isolées. Les élèves du TCV y sont habitués et font leurs devoirs sous une lampe à piles / © Anthony Micallef, Haytham Pictures