Le Centre d’art Campredon à l’Isle-sur-la-Sorgue accueille jusqu’au 9 juin 2019 De l’archive à l’histoire, une anthologie de la collection photographique d’Howard Greenberg.

« Une archive photographique, c’est avant tout une sensibilité, soutient Anne Morin, commissaire de l’exposition De l’archive à l’histoire, présentée au Centre d’art Campredon, à l’Isle-sur-la-Sorgue, elle ne peut pas être régie par un ordre et une logique claire ». L’exposition, élaborée en binôme avec Howard Greenberg, a été conçue comme autant d’histoires que d’interprétations. « Chaque image est le début d’une histoire », annonce-t-elle.

Galeriste depuis quarante ans, Howard Greenberg est une des figures incontournables de la scène photographique internationale. Ses archives contiennent près de 30 000 tirages réalisés par les plus grands noms de la photographie du 20siècle qu’il conserve dans sa galerie à New York. En participant à l’élaboration de nombreuses collections, il a contribué à façonner le regard du spectateur et à construire une imagerie collective. Grâce à son œil et à son regard sur l’histoire, Howard Greenberg a fait redécouvrir d’importants maîtres du passé, et a créé un marché pour leurs œuvres.
Né à Brooklyn, Howard Greenberg démarre sa carrière en 1972 en tant que photojournaliste indépendant. Il s’installe alors à Woodstock, près de New York. Ses photographies paraissent dans des journaux comme The New York Times ou The Washington Post. En 1977, il fonde à Woodstock le Center for Photography, un lieu d’expositions, de résidences, et de formations. En 1981, à New York, il ouvre Photofind, un lieu d’exposition et de vente, qui prend le nom de Howard Greenberg Gallery dix ans plus tard. Parmi les photographes présents dans ses archives, on compte Alfred Stieglitz, Edward Weston, Edward Steichen, Walker Evans, Bruce Davidson, Saul Leiter ou Henri Cartier-Bresson. Autant de photographes que l’on retrouve au sein du Centre d’art Campredon, aux côtés de Berenice Abbott, William Eggleston, ou Man Ray.

De l’archive à l’histoire

Les images se juxtaposent et se regardent. Ensemble, ces photographies forment ce qu’André Malraux appelait un « Musée imaginaire ». Chacune d’elles dialogue avec les autres et raconte une histoire particulière. « J’appelle Musée imaginaire la totalité de ce que les gens peuvent connaître, même en n’étant pas dans un musée, c’est-à-dire ce qu’ils connaissent par les reproductions, les archives, les bibliothèques », écrivait Malraux. Le Musée imaginaire est un espace dépourvu d’existence physique, présent dans l’esprit seul du spectateur et matérialisé sous forme d’archive. Le Centre Campredon devient ce musée imaginaire, convoquant tous les chefs-d’œuvre de la photographie. Rassemblées, ces archives se transforment en une narration que le spectateur s’approprie. Les images s’unissent dans un espace-temps magique qui raconte, finalement, l’histoire de la photographie.

 

De l’archive à l’histoire, Howard Greenberg Gallery

Campredon Centre d’art, 20 Rue du Dr Tallet, 84800 L’Isle-sur-la-Sorgue 

Jusqu’au 16 juin 2019

© Helen LEVITT

© Saul LEITER Foundation / Courtesy Howard Greenberg Gallery

© HORST, Horst P. / Conde Nast

© Joel MEYEROWITZ

à.g. © Estate of Martin MUNKÁCSI, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York | à.d. © Mark CITRET

© Sid GROSSMAN / Howard Greenberg Gallery

© Bruce DAVIDSON / Howard Greenberg Gallery

© Shoji UEDA Office