Le Prix Découverte Louis Roederer, présidé par Agnès b. a choisi de distinguer deux photographes : Máté Bartha et Laure Tiberghien. Deux artistes représentant à merveille la diversité du 8e art.

Depuis trois ans, la Fondation Louis Roederer encourage les Rencontres d’Arles dans leur volonté de défendre la photographie contemporaine et ses acteurs grâce au Prix Découverte Louis Roederer. Chaque année, dix projets, issus d’une collaboration entre un artiste et une galerie, sont exposés à Ground Control, cette grande halle située à deux pas de la gare d’Arles. Parmi ces finalistes, un lauréat est ensuite distingué par le jury du prix. Dans le cadre de la 50e édition des Rencontres, les jurés ont exceptionnellement choisi de récompenser deux travaux : ceux de Máté Bartha (Galerie Tobe, à Budapest) et Laure Tiberghien (Galerie Lumière des roses à Montreuil). Deux projets donnant à voir la diversité de la jeune photographie.

Du réel à l’abstrait

Dans Kontakt, Máté Bartha a documenté un camp d’été militaire organisé par l’ONG hongroise « École de la Défense ». Entre reportage et lyrisme, le photographe a capturé le quotidien d’enfants âgés de 10 à 18 ans, apprenant les notions de discipline, de patriotisme, et s’exerçant aux combats armés. Tout en délicatesse, l’auteur s’est immergé dans cet univers singulier, interrogeant la présence de la violence, de la guerre et de l’intolérance dans nos sociétés. Complexe et touchant, le projet souligne l’importance de la communauté, tout en avertissant des dangers d’une telle éducation. Un travail difficile, réalisé d’une main de maître.

C’est l’expérimentation qui intéresse Laure Tiberghien. Sans boîtier, elle réalise ses images à l’aide de la chimie, de la lumière et du temps. Les couleurs qui en découlent représentent l’épiderme des choses, leur surface sensible. Une manière de scruter l’intérieur du monde. Chaque création est le fruit d’une composition minutieuse, où les tons sont agencés, disposés pour obtenir le dégradé souhaité. Un travail d’équilibriste produisant des pièces uniques et fascinantes.

Du réel à l’abstrait, les deux lauréats du Prix Découverte Louis Roederer cherchent à révéler les mystères de notre environnement. En jouant avec les sujets ou les techniques, ils font évoluer le 8e art. Deux artistes représentatifs de la photographie émergente.

© Máté Bartha / Galerie Tobe

© Laure Tiberghien / Galerie Lumière des roses