Le dimanche 9 mai, la Maison Européenne de la Photographie a annoncé les six photographies finalistes de son concours « MA VILLE ». À vos likes, vous avez jusqu’au 16 mai, pour désigner le grand gagnant sur Instagram !

Entre le 28 mars et le 2 mai, photographes du monde entier ont été invités à partager leurs visions singulières de la ville. Chine, Japon, États-Unis, Brésil, Italie… avec plus de 6 000 participations, les hashtags #concoursmaville et #mycitycontest ont envahi les réseaux sociaux et ont fait la part belle à la street-photography. Instants volés du quotidien, lumières sculptant la ville ou superpositions graphiques et colorées, les participations ont mis en lumière toute la richesse d’un genre indubitablement contemporain.

Le jury, composé de Lise Sarfati, photographe et marraine du concours, Simon Baker, directeur de la MEP, la rédaction de Fisheye et Lucile Gouge, responsable de la communication de la MEP, a sélectionné les six photographies finalistes du concours. Les auteurs ? Cyril Ruchet, Alexandre Alloul, Colin Fincoeur, Jean François Mollière, Yalim Vural et Gyoza and Sake. Ils remportent tous un an d’abonnement à la MEP. Mais le concours se poursuit ! Les six finalistes ont été publiés sur le compte Instagram de la MEP, et le lauréat sera celui qui remportera le plus de likes. Ce dernier recevra en plus un tirage offert de leur image chez Picto et un an d’abonnement au magazine Fisheye. Alors, rendez-vous sur Instagram pour voter ! Vous avez jusqu’au 16 mai !

Colin Fincoeur – Bruxelles, 2020

« J’ai pris beaucoup de photos lors des quelques rares et très courtes balades autorisées durant le confinement de 2020. Avec un léger recul, toutes mes photos avaient un point commun ; des espaces urbains vidés de toute présence humaine. Une fois ces photos mises les unes à côté des autres, elles ont alors pris la forme d’un reportage photographique que j’ai nommé “The Next Days”. »

© Colin Fincoeur / Instagram

Yalim Vural – Çanakkale, 2019

« J’ai pris cette photo avec mon Iphone en juin 2019. C’est un paysage simple et bleu de la côte de Çanakkale où je vis. » 

© Yalim Vural / Instagram

Cyril Ruchet – « New York, tête baissée », 2017

« Je me promenais dans New York, cette « ville debout », les yeux inlassablement attirés par les gratte-ciels. Soudain, une pluie conséquente vint me contraindre à changer de point de vue. Au détour d’une rue, je découvris alors par le plus grand des hasards un reflet surréaliste : le ciel, la terre et l’Empire State Building s’entrelaçaient sur le sol dans une composition originale et esthétique. Ce cliché fut le départ d’une série photographique intitulée Tête baissée. »

© Cyril Ruchet / Instagram

Jean François Mollière – New York, 2017

« Cette photographie fait partie de ma série « Fictions New Yorkaises », elle a été prise en juin 2017 à New York.  J’avais repéré ce bâtiment gigantesque en brique rouge et je cherchais comment le photographier.  Je l’ai pris depuis un ascenseur vitré de jaune, je pressentais que cela pouvait donner une image un peu hors du temps et picturale comme je les aime. Les personnages qui semblent flotter dans la lumière donnent du sens à cette image que je n’avais pas imaginée. C’est cela que je recherche en photographie : une image qui me dépasse. »

© Jean François Mollière / Instagram

Gyoza and Sake – Tokyo, 2017

« Je prends des photos depuis 8 ans – dont 7 au Japon. Cette image a été prise à Tokyo en 2017,  lors ma 2e ou 3e visite dans cette ville. J’essayais alors de capturer tout ce que je pouvais voir. À ce moment-là, j’étais encore assez novice en photographie, alors j’ai immortalisé tout ce qui attirait mon regard. Cette époque me manque parfois parce que mon approche de la prise de vue était d’une certaine manière « plus pure » quoique sans savoir-faire. » 

© Gyoza and sake / Instagram

Alexandre Alloul – « Jetta Benediction », Arcueil, 2021

« C’est à l’heure bleue et de but en blanc que tout à coup cette belle Jetta rouge m’a donné le feu vert pour l’immortaliser noir sur blanc. Gagner ce #concoursmaville avec elle, et je verrai la vie en rose, autrement je serai assurément… vert de rage. Cette photographie fait partie de ma série-exposition Street Therapy mettant en scène l’isolement, la solitude et le rapport humain à la ville. » 

© Alexandre Alloul / Instagram

Image d’ouverture : les six photographies lauréates du concours « MA VILLE »