Eva Abeling

À travers cette série, Eva « explore les sentiments de perte et de solitude que provoque le contraste flou des désirs et des fantasmes, que la beauté peut transformer en une terreur indéfinie. » Dans son travail, la photographe se plaît à observer « les brefs éclats de paix, l’effort troublant et la force qui nous sont nécessaires pour mettre à l’épreuve nos aspirations et nos besoins. » Cette série rend compte des similitudes entre les rêves et les cauchemars, « dans leur souhaits et leurs peurs silencieuses. Les désirs et les rêves sont incroyablement forts. L’espoir est le seul vrai ennemi qu’il y a. »

http://evaabe.tumblr.com/

Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling
Extrait de « I thought there was something », © Eva Abeling