« Le noir et blanc est pour moi quelque chose d’intemporel et de puissant ! Il est difficile à travailler, contrairement à ce que
 certaines personnes peuvent penser, car il n’y a pas la couleur pour évoquer d’autres émotions dans l’image », précise Axel Morin.

Ce photographe, vidéaste et directeur artistique, qui a déjà publié un portfolio dans Fisheye #19, il y a trois ans. À l’époque, l’auteur se focalisait sur la street photography, la couleur, les cultures urbaines. « J’aime partager avec les gens, arpenter les rues pendant des heures et ressentir l’énergie d’une ville, regarder ce qui m’entoure au quotidien, immortaliser le temps et des instants de vie qui m’évoquent des choses. Mon inspiration s’y ressource tous les jours, c’est une peinture vivante », poursuit-il, bien que plus tourné aujourd’hui vers le domaine de la mode.

C’est d’ailleurs à l’occasion d’une pause entre deux shootings qu’il prend la photo en couverture de ce numéro, celle du modèle Uèle Lamore (@uele_lamore), cheffe d’orchestre et compositrice, qu’il ne connaissait pas au moment de la prise de vue. Une image réalisée avec un petit boîtier argentique qui ne le quitte jamais. « Je laisse souvent traîner dans mes tiroirs des bobines que je développe longtemps après, explique l’auteur. Je suis donc retombé sur cette photo et, d’une façon totalement instinctive, je me suis mis à la retoucher. Ce qui en ressort représente l’humeur que j’avais à ce moment-là. Je suis quelqu’un de très intuitif, mon travail évolue à son rythme sans calcul prédéfini, les changements viennent naturellement. »
 Diplômé de l’Institut supérieur des arts appliqués (Lisaa) de Paris, dont il est ressorti directeur artistique en 2008, Axel Morin poursuit sa carrière de photographe et de vidéaste pour des magazines de mode et pour des marques qui apprécient particulièrement l’énergie de ses images, en couleurs comme en noir et blanc.

Vidéo : © Nina Peyrachon

© Axel Morin